Avertir le modérateur

Chili con acharné

Ces jours-ci, si vous passez par le Chili, rapportez-moi pour le 27 janvier quelques bouteilles de chez Louis-Antoine Luyt

La première fois que j'ai entendu parlé de notre homme, c'était chez mon vieux MichelLouis-Antoine Luyt a appris la vinification à la naturelle dans le Beaujolais, à l'école Marcel Lapierre. Y a pire... Les terres étant trop chères dans notre cher pays, il décide de partir pour le Chili. En 2006 avec son cousin Matthieu de Genevraye, il s'installe à Cauquenes, une ville de 30 000 habitants au centre du pays. Il y fonde le Clos Ouvert, achète le raisin à ses voisins et vinifie. Les bouteilles font rapidement le chemin en sens inverse, vers la France. Je garde le souvenir ému d'un Huaso 2008 (cuvée 100 % païs), mais j'ai aussi bu quelques Otono (Cabernet Franc, Syrah, Carménère, Cabernet-Sauvignon et Païs) et Loncommilla (100 % carménère) de la même année. A chaque fois, mon aversion pour 99,9 % des vins du Nouveau Monde en est toute retournée. C'est extrêmement bien fait, soyeux et surtout sans aucune extraction qui pollue la bouche. Le vigneron affirme être ainsi capable de redonner aux vins le goût de leur terroir alors que les techniques hyper industrielles avaient gommé toute différence. Au fur et à mesure des mois, grossit le domaine "le plus radical du Chili".

Le 27 février 2010, un séisme d'une extrême violence frappe la région : on dénombre plus de 500 morts. L'épicentre se situe en mer mais à seulement 50 kilomètres de Cauquenes. Après avoir craint pour sa vie (il est resté bloqué sous les décombres avant d'être secouru) et celle de sa famille, le vigneron inspecte le domaine dévasté, à en juger les photos prises sur les lieux. Il perd 500 hectolitres sur 700. De suite, des appels à la solidarité sont lancés en France. Le vigneron rebondit très vite pour les vendanges 2010 qui ont lieu dès avril. Un an plus tard, en mars 2011, voici le bilan qu'en fait Louis-Antoine Luyt (source : IpanemaProductions).

Malgré tout, panser les plaies est difficile. L'an passé, Matthieu rentre en France. Louis-Antoine continue l'aventure. S'il garde 2/3 des références du Clos Ouvert, il vivinifie et commercialise d'autres cuvées sous son propre nom. Pas à pas, il s'oriente un peu plus vers le pais, splendide cépage autochtone chilien, trop peu mis en valeur seul alors qu'il se retrouve souvent assemblé avec le carménère

L'autre jour, je suis tombé sur la jolie bouteille de cinsault 2010. Elle a gardé la trace du séisme avec ce "8,8 Richter" collé à côté de la mention "non filtré". Je ne suis pas peu fier d'exhiber ce trophée, symbole de la résistance de la culture. Toutes choses mises à part, à l'ouverture, ce vin aurait de quoi faire peur : cela reste tout de même un vin chilien qui titre à 15°. Mais oubliez tout ce que vous connaissez des affreux breuvages industriels. C'est incroyablement digeste tout en étant présent, à l'image des autres quilles du Clos Ouvert. Splendide minéralité, soleil écrasant mais on sent le fruit aussi, une sorte de groseille terriblement amère. Un univers totalement différent des vins classiques du Nouveau Monde. Et tout aussi éloigné de la vision du Chili par par quelque vieux bougre

lal.JPG

En échange d'un peu moins de 15 euros, je l'ai dégotée au Vin en Tête (rue Saint-Placide, à Paris) où l'accueil est toujours des plus sympathiques pour qui n'y va qu'extrêmement rarement (comme moi). Toutes ces infos, je les tire du livre de Sylvie Augereau et d'une conversation avec Vincent Wallard (présent à la Dive pour faire déguster le malbec argentin qu'il produit avec le grand vigneron ligérien Emile Hérédia).

Mise à jour qui a son importance : contrairement à ce qui était annoncé, Louis-Antoine Luyt sera bel et bien présent à la Dive pour faire déguster ses vins. Qu'on se le dise !

Commentaires

  • Heureux de savoir qu'il continu, quand je l'ai rencontré (ya un an environ) il pensait abandonné et revenir en France. (de ce que j'avais compris).
    J'aime beaucoup son "paîs", beau vin de mémoire j'ai trouver que l'ensemble des vins donne du plaisir immédiat, c'est bien fait avec des arômes bien défini. Cependant je trouve que ça manque un peu de compléxité et je doute de la longévité des vins. Mais globalement c'est bien sympa.
    Il faut dire aussi que le Chili c'est le top pour la vigne, peu de maladie, des ceps franc de pied (comme au bon vieux temps) alors le vigneron qui fait pas du bio il est trop nul :-)

  • J'ai pu goûter récemment plusieurs de ses vins lors d'une dégustation organisée par Mrs Puzelat et Bonhomme au café de la nouvelle mairie dans le 5e à Paris et j'ai aussi été épaté par leur côté très digeste. Malgré le côté solaire évident, la grosse matière, tout était très plaisant, le païs comme le carignan! Et ce même sur les cuvées issues de (très) vieilles vignes (genre 300 ans si je me souviens bien!).

  • Bravo M. Luyt !

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu