Avertir le modérateur

Casot des Mailloles, Clôt de Taillelauque 2002

IMG_3370.JPG

Les connaisseurs vont saliver dès le titre, car tout est dit. Premier jour d'ouverture : très tannique. Deuxième jour : idem, on sent encore un terrible potentiel de garde. Troisième jour : on s'envoie du fruit et des fleurs, une matière très soyeuse, plus aucune lourdeur en bouche. La bouteille a évolué sur la finesse. Avec Antonin, nous avons goûté les derniers millésimes à la Dive. Il n'y a pas à dire, le Casot des Mailloles, ce sont mes chouchous. Comme je le dis souvent, et à la limite de la mauvaise foi : "tu m'écris Casot des Mailloles sur une bouteille de coca, je suis prêt à aimer ça".

La petite soeur version 2005, simplement appelée Taillelauque, bue chez Michel, ex-Cave de l'Insolite, nous avait fait grand effet. 

Commentaires

  • T'as bien de la chance de t'eclater avec les vins du casot des mailloles parce que moi j'y suis jamais arrivé .. Et c'est pas faute d'essayer car je respecte énormément Alain Castex et le travail de titan qu'il excerce dans ses vignes. Pourtant je suis souvent le premier à excuser certaines déviances d'un vin quand un vigneron comme Castex y a mis toute son âme et son énergie ( combien de coups de pioches sur ces parcelles si difficile à travailler). Mais là ca va souvent trop loin: volatile limite supportable , oxydation quasi systématique me font penser aux vins de Gérald Oustric(Mazel) il y a 7 ou 8 ans quasi imbuvable ,il a depuis nettement rectifié le tir. Est ce un problème d'hygiène et de sérieux à la vinif? Je ne sais pas mais quand on fait des vins sans soufre ça ne pardonne pas,n'est pas Éric Pfifferling qui veut... Encore une fois je respecte beaucoup son travail à la vigne mais j'essaie aussi de ne pas devenir un buveur d'étiquettes "à l'envers",j'exècre le bordeaux extrait,boisé sans aucune personnalité mais je ne peux pas non plus excuser si je garde une certaine objectivité un vin suroxydé et proche du vinaigre sous prétexte que le mec est en bio,travaillant ses vignes comme un ouf et de surcroit fort sympathique et je ne parle meme pas des prix pratiqués,l'entrée de gamme chez Castex étant proche des 15 euros. En tout cas j'espère un jour changer d'avis et ressentir l'émotion que te procure ce domaine, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...

  • Ok avec Cyril (du verre volé ?).
    Des bouteilles fabuleuses mais trop de quilles imbuvables au Casot.
    A ce prix là ça devient génant.

  • Désolé les garçons, je n'ai que très rarement eu des quilles imbuvables au Casot. Sur le vin suroxydé proche du vinaigre, on n'a pas dû boire les mêmes quilles. Mais je redis ici qu'avec ce domaine, je ne suis pas très objectif (qui l'est vraiment ?).

  • Ok avec Cyril et Nikonicolas, j'ai moi même pu observer le talent de Castex sur ses vignes... Il n'en reste pas moins qu'il y a un problème en cave. Là où certains vins natures tolèrent des soi-disant défauts viti/oenologiques (oxydation, brets, vendanges non-mûres pour protéger un vin avec de l'acidité sous couvert de "croquant" ou de "fraîcheur"), le casot tire un peu sur la corde (en plus du porte-monaie). Dernier en date : 'tir a blanc' avec un goût gênant de cacahuète rance (typique d'un défaut de fermentation malo), qui pourrait presque passer pour une originalité agréable.
    Ce qui me gêne dans tout ça, c'est que le résultat n'est ni le reflet d'un terroir, ni le reflet du talent du vigneron/caviste. C'est simplement une déviation chimique, que l'on pourrait parfaitement appliquer à un vin 'industriel'.

    Je continuerai à me frotter au Casot. Trop rarement bu pour être catégorique.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu