Avertir le modérateur

Le grand p'tit blanc de San Gimignano (au naturel)

Cette quille n'a rien à voir avec les bouteilles ultra-soufrées et un peu strictes que le touriste pressé achète trop rapidement dans les innombrables wine shops de San Gimignano. Quand toutes les bouteilles se ressemblent, c'est qu'il n'y a plus grand-chose d'intéressant à boire. Notons juste en passant : j'ai été sidéré par le nombre de cavistes, ici. A croire que les touristes et les locaux ont la descente pentue.

Ce qui m'a mis sur la trace de Canneta, ce sont leurs importateurs US, Jenny Lefcourt et François Ecot. Nouvelle parenthèse à propos de ce dernier : il y a quelques semaines, Jeanne la boss de Versant Vins m'a fait boire un sublime magnum de bourgogne... On en reparlera. Revenons en Toscane. A voir les références de Jenny et François (Meylet, Binner, Claude Courtois, Anglore...), on se dit qu'on peut leur faire confiance.

Une fois à San Gimignano, bon courage pour mettre la main sur Canneta. Encore une fois, il faut se rendre soit chez les vignerons, soit dans la seule épicerie digne de ce nom Antica Latteria (Via San Matteo 19, enoantlat@libero.it). On trouve ce p'tit blanc à 7 euros. Enfin "petit"... Un bijou, oui.

Une fois débouchée dans la campagne toscane, face aux tours de la célèbre cité, le jus est ébouriffant de plaisir. Glouglou comme on l'aime, certes sans grande prétention mais idéal pour tout : les apéros, les sorties au grand air, les repas qui demandent des bouteilles plus prestigieuses. Car avec 90 % de vernaccia et 10 % d'autres cépages (malvaisie, riesling, sauvignon), le vin se fait caméléon, à la fois citronné, frizzante, porté par de jolis amers. Du vrai vin, quoi. Du vin, quoi. 

photo 1.JPG

N'ayons pas peur de parler sous. C'est le genre de vin au prix pas exorbitant que la France a un peu de mal à faire, même si ça existe aussi évidemment. Notre couple de vignerons, Valeria et Stefano ont quitté les lumières de la ville, répondant à leurs idéaux "un peu hippies" (ils le disent) du retour à la terre. Labellisés bio depuis 1988, il n'y a pas de secret. A voir la bubulle et le côté troublard dans le verre, on se dit que les doses de soufre doivent être minimales.

On sent que cuvée "d'au-dessus" est élevée plus longtemps, c'est un style que certains aiment. Ce n'est pas trop mon cas, même si on a là aussi (et pour 9 euros) une bien belle bouteille. La quille s'appelle La Lune et Les Tours, ça tombe bien : ce soir là, il y avait les tours de San Gimignano et la lune à portée de main.

photo 2.JPG

photo 3.JPG

Alors, youpi tralala, c'est mignon, tu vas en Italie, tu trouves une belle bouteille, youpi tralala. Et tu rentres à la maison, parce que bon, faut bien rentrer. Et tu tombes sur un os : où vais-je dégoter à nouveau ma petite quille de blanc ? Ma mère en raffolerait, je suis sûr. Or, si nos vignerons participent au salon Millésimes Bio, à Montpellier, je n'ai pas l'impression que leurs vins soient distribués dans l'Hexagone. Et ça, c'est moche. Avis aux amateurs professionnels. Tout est .

Commentaires

  • Merci de faire partager l'info, de plus en plus de personne recherche des vins bio, et le nom j'adore !!

  • Merci pour la bonne idée et surtout pour l'adresse.
    YAKA.

  • Ah le Vernaccia di San Gimignano, pas de prétention mais beaucoup de plaisir pour celui qui le boit, surtout sur place :) Ça me rappelle mon voyage là bas et les nombreuses bouteilles que nous avons descendu avec ma femme, héhé.
    Un autre flacon que j'ai bien aimé, l'Albereta du petit producteur Il Colombaio di Santa Chiara (http://www.colombaiosantachiara.it/wine.php).

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu