Avertir le modérateur

  • Le vin, c'est meilleur dans une grosse bouteille

    C'est un match poids lourd contre poids plume. Goliath contre David. Sur ma gauche, un jéroboam. Sur ma droite, une bouteille, tout ce qu'il y a de plus classique... 3 litres face à 75 centilitres...

    photo 2.JPG

    Dans chaque quille, le même vin : le morgon 2012 de Mathieu Lapierre, le fils de Marcel

    Petite digression. Ce soir, c'est mon retour à La Cave de l'Insolite. Je n'y étais plus revenu depuis l'époque Michel (la grande époque, quoi) et ce dernier repas en août 2011 où nous avions ouvert un magnum 2001 de Lapierre

    Deux ans et demi plus tard donc, on débouche une bouteille normale et un mastodonte. Résultat, les deux jajas n'ont pas du tout la même gueule... Marrant non ? 

    photo 1.JPG

    La différence est flagrante dans le verre. Dans la bouteille classique, le nez est étriqué, les parfums un peu serrés. Dans le jéroboam, le vin s'avance plus souple, comme content d'être là : il déteint sur les buveurs, il donne le sourire. 

    Explications. Tu l'as d'ailleurs déjà remarqué chez ton caviste préféré : le prix de deux bouteilles de 75 centilitres n'est jamais tout à fait égal au prix du magnum (1,5 litre), ce dernier étant toujours un peu plus cher. Déjà, il y a la théorie des économies d'échelle : une bouteille courante coûte moins cher à produire qu'un gros contenant moins répandu. 

    Mais surtout, plus la bouteille est grosse, mieux le vin se conserve. C'est logique, la surface de vin au contact de l'air est bien moins importante dans un jéroboam que dans une bouteille. Ce soir, on en a fait l'expérience.

    photo 3.JPG

    Bon, soyons juste, cela dépend aussi de chaque bouteille. En réalité, ce test montre surtout que le vin naturel est un produit vivant. Ceci dit, avant je ne buvais qu'en magnum ; maintenant, je ne bois plus qu'en jéroboam !

  • Un chenin sud-africain au naturel et macéré sur peaux pendant... 2 ans !

    Le vin naturel sud-africain existe, je l'ai rencontré. Et c'est un bandit de grand cheNin.

    photo 1.JPG

    Ici orange, le chenin de El Bandito millésime 2010 a cette particularité d'avoir été macéré deux ans sur peaux. Oui, tu l'as lu dans le titre, il n'y a pas de faute de frappe : c'est bien deux ans. Soit 24 mois. Ou 730 jours. Un vin "classique", disons un vin blanc que toi et moi buvons habituellement, un vin blanc quoi, c'est entre 1 et 2 jours à peine, au pire. Tu imagines le décalage, le fossé, l'abîme. 

    Autant dire qu'on est sur un autre continent du vin. Bonjour la planète Mars. Dès l'ouverture, on comprend que l'on a affaire à une bouteille qui va marquer. Il pourrait paraître rugueux au début,  mais les tanins disparaissent très vite. Ils laissent la place à une délicatesse sans fin, avec une toute petite pointe oxydative vraiment pas prenante. C'est fou cette impression de croquer dans la peau brute du raisin. Un verre en appelle un autre, aucun écœurement comme parfois avec ces vins dits oranges. 

    photo 3.JPG

    Le vigneron, Craig Hawkins, semble déjà être notre ami. "On travaille dur pour essayer de démontrer que quelque chose d'autre est possible en Afrique du sud. Ce chenin 2010 est une première étape".
     
    Le domaine Lammershoek est situé à une heure de voiture du Cap, un peu dans les terres. Là-bas, le climat très sec et chaud, un peu comme la Sicile ou le sud de la France. Pour ceux qu'intéressent les considérations géologiques, les vignes ont 46 ans et repose sur un terrain en pente : c'est du granite décomposé recouvert d'une couche sableuse. Les sols sont particulièrement vieux, peut-être les plus vieux au monde en ce qui concerne la vigne. Dans cet environnement très sec, où aucune irrigation ne vient perturber le travail de la nature, on vendange tôt pour garder l'acidité dans le raisin.
     
    Pourquoi cette macération de deux ans ? C'est sans doute l'un des vins blancs où le processus est le plus long. Un record du monde ? Craig ne sait pas précisément. "J'aime les vins blancs de longue macération, pourtant, curieusement, c'est la première fois que j'en fait. Je faisais ces vins pour moi, pour voir jusqu'où ça va en terme d'extraction et de potentiel de garde". Et ce 2010 ? Il peut durer "forever".

    photo 2.JPG

    Et grain de raisin sur le gâteau, lors de la mise, Craig a même laissé traîner quelques fruits dans quelques bouteilles. Sur la photo, le grain bien sombre récupéré au fond de la quille provient du fameux chenin macéré deux ans. Les chanceux auront donc la fève. 

    lammershoek,craig hawkins,afrique du sud

    Ce trésor se trouve au paradis des vins naturels d'ailleurs, Le Cave, pour 44 euros tout de même. Le temps a un prix.

  • Ulysse Collin égale Jacques Selosse

    Des pépites dorment dans certaines caves. C'est sûr, je ne parle pas de Lafite 61 ni de La Tâche, n'importe quel millésime, bouteilles qui me feraient hypothéquer ma maison. Non, cultivons la simplicité. Il existe des bouteilles achetées il y a deux ou trois ans et oubliées volontairement en cave. Après un certain laps de temps, notre esprit lui aussi les oubliées. On les redécouvre par un heureux hasard. Ah bon, il t'en reste une ?...

    En octobre 2011 chez Augé, la première fois où nous avons rencontré Olivier Collin (champagne Ulysse Collin), le coup de foudre fut immédiat. L'autre Olivier et moi partîmes avec le carton de Blanc de blancs extra-brut 2007. Seulement, si moi j'ai très vite tout bu, Olivier en a laissé à la cave.

    Depuis, la Seine a coulé sous le Pont Mirabeau. Depuis, j'ai brossé le portrait d'Olivier (Collin) dans Tronches de Vin et bu les autres quilles au hasard et souvent : le blanc de blancs devenu Les Perrières, l'introuvable Les Roises (autre parcelle gourmande) et Les Maillons, le blanc de noir magnifiquement épicé. Depuis, j'ai même tenu le stand d'Olivier (Collin) au salon Rue89 un après-midi de 2013.

    Et donc, le 1er janvier, vers 00h15, l'autre Olivier a trifouillé dans sa cave pour récupéré un 2007. Rien n'était prévu et c'était temps mieux.

    collin1.JPG

    A voir le sourire béat des chanceux qui mirent leur nez au-dessus de leur verre, on se dit que l'affaire était entendue. Que notre intuition était vérifiée : les champagnes Ulysse Collin dépassent ce que la région peut produire de mieux. Dans Tronches de Vin, je lançais l'hypothèse qu'un jour Olivier Collin égalerait le maître Anselme Selosse (domaine Jacques Selosse). Comment ne pas en être convaincu avec le 2007 dans le verre ?

    Des l'ouverture, il respire la classe. La fine bulle laisse la place à quelque chose comme un grand vin de Bourgogne. De toute façon, preuve en est que la tablée réclame un autre verre. Puis un magnum. 

    collin2.JPG

    Alors, forcément : bonne année !

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu