Avertir le modérateur

La pause

Je ferai le tour du monde pour voir à chaque étape
Si tous les gars du monde veulent bien me lâcher la grappe

Au quotidien, chacun soupire sur sa routine. Des milliers de frustrations se transforment en rancoeur. Beaucoup les expriment, certains les gardent pour eux avant d'exploser, d'autres font semblant de les oublier. Faut dire que la société dans laquelle il nous est donné de vivre et que l'on façonne tous les jours n'est pas des plus agréables - d'autres expriment cela bien mieux que moi, je pense par exemple à Jérôme Leroy.

J'encourage donc chacun à faire une pause. On pourrait ainsi commencer avec ce ravageur gamay de Laurent Saillard, un grand "petit" vin qui donne les idées claires.

retest.jpg

Mais j'encourage tout le monde à faire aussi une vraie pause. Partir, ailleurs, loin ou moins loin, dans le but de voir autre chose, de se mettre en danger (intellectuellement), de sentir d'autres parfums, de changer ses habitudes. À mon tour, plutôt que de parler, de me plaindre, de râler, j'ai décidé de faire une pause.

Ce sera ailleurs, pendant un bon paquet de mois. Forcément, le blog sera un peu délaissé mais comme il y a du vin, de la bière, de l'alcool et de la bonne bouffe (presque) partout sur cette terre, ça devrait donner prétexte à quelques articles.

Et puis, après, la pause prendra fin et on reviendra au quotidien. Enfin, on verra.

D'ici là, j'aime continuellement relire cet extrait du dernier livre de Christian Authier (De chez nous, 2014). Le sédentaire qu'il est a bien croqué l'idée de cette pause ailleurs que désirent ceux qui préfèrent les "contraintes choisies aux conventions qui humilient". Et, heureux hasard, il en a même deviné le lieu, qui se dévoilera sans doute lors des prochains articles.

"D'un naturel sédentaire rétif aux voyages qui bouleversent les repères bien établis, je ne peux m'empêcher de considérer les voyageurs comme une espèce aussi curieuse qu'admirable. Madagascar, Buenos Aires, la Patagonie, Israël, l'Ethiopie ou la Turquie : leurs destinations n'obéissent pas au nomadisme qu'imposent désormais bien des professions et des carrières mondialisées ou les distractions avariées du tourisme de masse. Mes amis s'installaient à l'étranger plutôt pour suivre leurs goûts, leurs envies de découvertes, leurs rêves d'enfant, leurs mythologies personnelles. Aucun ne se pliait aux devoirs du rendement, de la productivité, du profit, de la technique et de la vitesse.
[...]
Pour Constantin et tant d'autres, la France n'est pas une zone gardée par des miradors et des papiers d'identité, une raison sociale ou un code-barres. Non, notre France s'incarne dans un panel d'attitudes, de pensées, de réflexes, de mots, de songes, de fidélités, d'espérances, dans une alchimie faite de motifs paradoxaux et d'heures secrètes que presque personne ne mentionne. Elle peut se porter en bandoulière autour du coeur, dans la promesse des retrouvailles et le souvenir de ce qui a été et qui sera. Ici et ailleurs, au Tibet, à Jérusalem ou Constantinople, nous sommes chez nous".

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu