Avertir le modérateur

  • "Comment une femme peut vinifier de si bons vins ?" : la cave Bossetti prise en flagrant délit de machisme

    La cave Bossetti, située à Paris, dans le Marais, est un endroit que j'apprécie pour la diversité de ses crus, la richesse de ses bourgognes, sa connaissance de la chartreuse, son intérêt pour le vin naturel au milieu de bouteilles plus classiques. Ajoutons à cela que les prix sont souvent plus serrés qu'ailleurs. Le tableau ainsi brossé est idyllique.

    Puis ce matin, dans ma boite aux lettres électronique, je reçois leur newsletter annonçant les dégustations à venir. On y parle de la venue à Paris du très célèbre domaine Lamarche, de Vosne Romanée, en Bourgogne. En ces termes

    "L'attente fut longue, 2 années sans voir les Lamarche aux Caves Bossetti c'est dur, c'est cruel, c'est moche, c'est pire que de boire cul sec une petite récolte Nicolas, pire encore qu'une journée sans Chartreuse ; pire qu'un 30 Février un jour de grêle. Alors c'est peu dire si leur venue nous met en joie ! Merci les filles ! (Comment une femme peut vinifier de si bon Vins ?)"

    Si, si. La preuve en image.

    boessetti23.jpg

    Leur mail est visible aussi par tout un chacun en cliquant sur ce lien.

    Les fautes d'orthographe me font tellement mal aux yeux que je me permets de rétablir l'incroyable dernière phrase... "Comment une femme peut vinifier de si bons vins ?" 

    Euh... Trait d'humour mal compris ? Bavure malheureuse ? Volonté de provoquer ? Phrase exprimée à dessein ? Je ne sais pas : demandez (entre autres) à Lalou Bize-Leroy, Catherine Marin-Pestel, Elodie Balme, Laurence Joly, Véronique Souloy, Noëlla Morantin, Isabelle Perraud, Eve Maurice...

    Allez, ça suffit, je n'ai même pas besoin de répondre à une phrase aussi idiote. 

    bossettiforefront.jpg

    Je ferme cette parenthèse et m'en retourne à mes houmous et araks.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Beurk ! 1 commentaire
  • Visite d'un kibboutz qui fait du vin : on est loin du folklore

    Nombreux sont ceux que le kibboutz fait fantasmer. Souvent, on me demande ce que c'est, en quoi ça consiste, si j'en ai déjà vu, à quoi ça ressemble...

    Voici un kibboutz.

    1.JPG

    1 avant.JPG

    Rien de très sensationnel à première vue...

    Un kibboutz (une assemblée, en français) c'est un système d'organisation collectiviste propre à Israël, car sioniste, c'est-à-dire visant à établir une présence juive sur la terre d'Israël. Pour simplifier, c'est un village plus ou moins gros où les gens décident de vivre ensemble, de résoudre les problèmes du quotidien en commun, de travailler pour le bien de l'assemblée. Tous rêvent d'égalité.

    Rêvaient, devrait-on dire...

    La chose remonte au début du XXe siècle, bien avant les questions actuelles sur la colonisation de la Cisjordanie. L'influence des kibboutzim en Israël a été fondamentale au milieu du siècle dernier. Ainsi l'histoire du Premier ministre Ben Gourion est totalement associée au kibboutz de Sde Boker. Mais au fur et à mesure, la modernité s'en est mêlée. Ils se sont raréfiés. Ou bien les règlements internes ont changé. Un exemple parmi d'autres, mais un symbole fort : les enfants ont désormais le droit de dormir dans la maison de leurs parents. Il y a plusieurs décennies, le dortoir des enfants se trouvait séparé. De plus, une véritable "privatisation" des kibboutzim a éloigné le fameux rêve d'égalité : chacun gagne désormais un salaire différent car on travaille pour soi, plus pour la communauté.

    Résumer la complexité du kibboutz en quelques lignes est illusoire et ce n'est pas le lieu. Ceux que ça intéresse iront lire le polar de Batya Gour, Meurtre au kibboutz, la meilleure introduction à ce milieu particulier.

    2.JPG

    3.JPG

    Si les kibboutzim se sont développés dans les villages, leur taille peut varier, allant de quelques maisons à une véritable petite ville, comme le kibboutz Tzora (Tzora Vineyards). Il se trouve à l'ouest de Jérusalem, au pied des monts de Judée. Plutôt étendu, habité par 800 personnes, il est totalement privatisé depuis 2008.

    Mais en 1993, il a été le premier kibboutz à produire son propre vin. L'idée de départ est de fuir le système des coopératives qui nuit à la qualité du vin, à quelques exceptions près évidemment. On veut faire du bon vin ? Alors on y met les moyens. Avant tout, on bichonne ses propres vignes. Notez que l'entrée de la salle de dégustation de Tzora Vineyards est plutôt bien entretenue par rapport au reste des locaux du kibboutz, les photos l'attestent. 

    4.JPG

    Le nom de Tzora reste attaché à celui de Ronnie James, le père de la viticulture israélienne moderne, celui qui a introduit ici l'idée révolutionnaire de terroir. Son élève Zeev Dunie (Sea Horse Winery), une future Tronche de Vin, a même dédié une cuvée de chenin à James. "C'est une façon de remercier l'artiste qui a donné, à moi et à d'autres, beaucoup de moments de plaisirs".

    Aujourd'hui, la maison a confié sa stratégie au français Jean-Claude Berrouet, ancien vinificateur de Petrus. "On veut copier la France ou l'Italie, indique clairement la maîtresse des lieux, pas le Nouveau-Monde". Tant dans le style de l'endroit que dans celui des vins.

    5.JPG

    Et dans le verre ? Nous sommes loin des vins sur-extraits, sur-boisés, sur-chiants qui se déversent souvent chez les cavistes israéliens. Il faut l'avouer : ce que l'on sait du vin israélien, couplé au prétendu folklore du kibboutz, laissait imaginer quelque chose d'insipide. Qu'il est bon d'avoir tort. Les bouteilles s'avèrent assez fameuses, intéressantes et gustativement au point. Certes, nous sommes loin des trucs bizarroïdes qui, je l'avoue, flattent mon palais... Mais reconnaissons que la production de Tzora, c'est bon.

    Ainsi, les cuvées "de base" baptisées Judean Hills, c'est-à-dire Monts de Judée (assemblage chardonnay à plus de 80% et sauvignon pour le blanc ; cabernet, merlot, syrah, petit verdot pour le rouge) se montrent classes et maîtrisées. Une vraie bonne bouteille.

    6.JPG

    Shoresh fait passer à un cran au-dessus en terme de complexité viticole. Il s'agit là d'un terroir bien délimité. En réalité, c'est un ensemble de parcelles en altitude, aux caractéristiques géologiques différentes mais qui s'associent dans un lieu délimité. Seulement du sauvignon pour le blanc ; cabernet, syrah et merlot pour le rouge. L'hôte donne l'impression d'une cuvée plus aboutie, plus recherchée, plus complexe. On ne peut pas dire que Shoresh pète plus haut que son cul, mais les goûts et les couleurs ne se discutant pas, notre goût se porte plutôt sur les cuvées de base Judean Hills.

    Allez, j'en rebois une gorgée. Je change un peu d'avis sur le rouge : frais et soyeux, il n'a aucune lourdeur et finit par emporter mon approbation. 

    8 avant.jpg

    Vient ensuite Misty Hills, la grande cuvée de rouge avec 60 % de cabernet et le reste de syrah. Restons sur la finesse et la tendresse du précédent.

    8.jpg

    Le gewurztraminer est souvent employé en Israël, parfois pour le meilleur, souvent pour le pire. Ici, un entre-deux, comme un résultat attendu : un peu lourd et pâteux, le vin manque d'acidité pour contrecarrer le sucre. Mais bon, il ne s'en sort pas si mal. Je suis dans un bon jour.

    9.jpg

    Pour résumer, on est bien loin d'un vin de hippies qui ne pensent qu'à fumer, d'un vin de gauchistes voulant retrouver la terre ou d'un vin d'ultra-sionistes voulant coloniser la Palestine biblique. Nous sommes loin d'un quelconque folklore.

    Et question prix ? Là encore, on comprend que le rêve d'égalité, de bon vin accessible à tous, s'est envolé. L'idée est de faire un grand vin. La cuvée de base, Judean Hills, se monte à une vingtaine d'euros à la propriété, comme chez le caviste. Chacune des cuvées au-dessus prend une petite dizaine d'euros supplémentaire. C'est peu face aux grands crus bordelais, c'est beaucoup par rapport à l'image que l'on se fait du kibboutz et beaucoup aussi par rapport au coût de la vie. Le salaire médian en Israël tourne autour de 1330 euros bruts par mois, avec de grosses disparités.

    Un seul problème, la vigne... Elle est assez éloignée du chai, à une bonne dizaine de kilomètres, autour d'Abu Gosh, pour ceux à qui ça parle. L'entreprise, puisqu'il faut l'appeler ainsi, devrait bientôt déménager. C'est la route que l'on reprend pour rentrer à Jérusalem, via Bet Shemesh et Ein Kerem. Dans les monts de Judée, par beau temps (donc souvent), on voit jusqu'à Tel Aviv. Et on comprend qu'Israël soit une terre d'élection pour le vin, même si le pays a trop souvent manqué de vinificateurs de grand talent.

    11.JPG

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu