Avertir le modérateur

  • Sylvain Respaut est apiqueron, apiculteur et vigneron

    Sylvain Respaut inscrit le néologisme sur les étiquettes de ses bouteilles. "Apiqueron". Contraction d'apiculteur et de vigneron. Nous sommes juste en-dessous de Maury. D'un côté, 200 ruches à Caramany et de l'autre 4 hectares de vignes sur la commune de Montner. D'un côté du miel de lavande, de rhododendron, de buplèvre, d'inule visqueuse et de l'autre des quilles de grenache et de carignan.

    Ce jour-là, c'était un joli pétnat qui ne se la raconte pas et qui égaie l'apéritif (10 euros chez Terroirs d'Avenirs). On en redemande ! Et il nous faudrait goûter le miel...

    IMG_1002.JPG

  • Sancerre Akméniné 2008 de Sébastien Riffault

    Non seulement certaines bouteilles mettent tout le monde d'accord mais s'avèrent, à elles seules, la meilleure réponse aux poncifs qui courent sur le vin naturel. Le sancerre Akméniné de Sébastien Riffault en version 2008, c'est grandiose. De l'acidité, de la rondeur, du fruit, de la patine, de la truffe, une signature, tout ça pour trente euros chez un caviste parisien bien achalandé.

    IMG_1083.JPG

  • Faut-il encadrer le vin naturel ?

    FullSizeRender.jpg

    C'est le débat de ce début 2016. Faut-il décider une fois pour toutes de ce qu'est le vin naturel ? Faut-il y accoler un label identifiable par tous ? Il suscite une attente forte auprès des consommateurs, paraît-il.

    Le Manifeste du vin naturel avait déjà posé le débat, dans toute sa complexité. Avouons-le, ici, nous sommes peu friands d'une règlementation. Mark Angéli avait déjà résumé la chose. Après avoir descendu son Rosé d'un Jour, on arrivait à lire cette phrase de E.E. Cummings sur le dos de l'étiquette : "Tant que nous aurons des lèvres et des voix pour embrasser et pour chanter, qu’importe qu’un fils de pute invente un instrument pour mesurer le printemps."

    Fidèles à nous-mêmes, nous sommes partisans de tourner la tête ailleurs. Et cela tombe bien, on a autre chose à faire dans la vie. Boire un coup, par exemple. Ou aller à Brême, voir le crépuscule tomber sur le port.

    IMG_1341.JPG

    "Il était indifférent à la politique. Lui, ce qui l'intéressait, c'était de décrire le crépuscule qui tombe sur le port de Brême."

    Lien permanent Imprimer Catégories : Bibinographie 1 commentaire
  • Voici une solution pour manger chez Yves Camdeborde sans réserver des mois à l'avance

    Le comptoir du Relais d'Yves Camdeborde, on sait comment ça marche : c'est une brasserie alléchante ouverte tous les jours qui, les soirs de semaine, du lundi au vendredi, se mue en un restaurant gastronomique. Il s'avère plutôt simple de manger à la brasserie, au prix de quelques contorsions dans les horaires : venez faire la queue à 11h45 ou mangez le dimanche soir à 18h30. Par contre, c'est carrément galère de dégoter une place un soir de semaine au gastro.

    L'effet Masterchef ? Je peux témoigner la main sur le cœur pour y avoir manger avant, pendant et après l'émission de TF1 que cette dernière n'a pas changé grand-chose. Il y a 6 ans, la difficulté de dégoter une table était identique, il fallait réserver des mois à l'avance. 

    Des mois à l'avance ? Ouais...

    J'ai appelé ce matin, j'ai fait le test. Bonjour, je voudrais réserver pour deux couverts un soir de semaine. La première table de disponible c'est pour le 22 mars, un mardi. Si vous préférez un vendredi soir, ce ne sera pas avant le 27 mai. Mai, oui oui. Rappel : nous sommes le 8 février... Soit dans un mois et demi dans le meilleur des cas. Soit dans trois mois et demi, si vous voulez festoyer une veille de week-end.

    Alors, on fait comment ?

    Peut-être connaissez-vous le boss ? Un simple coup de fil et on peut s'arranger, m'avaient dit des vignerons. Je reste dubitatif sur cette possibilité, étant donné l'étroitesse du lieu. Et puis, surtout, problème : moi, je ne le connais pas le boss, je n'ai pas son 06...

    Mais j'ai une solution.

    Déjà, triez vos partenaires, il est bien plus facile d'être deux que huit, c'est l'évidence. Ensuite, armez-vous d'un téléphone, de patience et de flexibilité ; la technique ne marche pas forcément à tous les coups, il faut parfois réessayer plusieurs jours de suite. Et cela va sans dire : mon affaire fonctionne mieux le lundi que le vendredi. L'idée c'est d'appeler chaque matin vers 10h30/11h afin de voir s'il y a un désistement pour le soir même. Avec la légèreté des Parisiens, la frilosité actuelle des étrangers concernant Paris et ceux qui ont de véritables empêchements, vous pouvez avoir de la chance.

    Si tout fonctionne bien, vous aurez droit à ça.

    IMG_1047.JPG

    IMG_1048.JPG

    IMG_1054.JPG

    IMG_1057.JPG

    FullSizeRender.jpg

    Mention spéciale pour cet extraordinaire dessert : agrumes de Kalamata (j'imagine que ça vient d'une maison de bon goût, Profil Grec) réhaussés d'une crème de basilic et d'une glace au lait de brebis. Vous m'en mettrez 15 autres s'il vous plait, notamment pour mon petit-déjeuner et mes goûters. 

    IMG_1066.JPG

    Dans le verre, du bizarre jouissif : Anne, Françoise, Joseph (en version 2010) du domaine des Griottes... Oui, ça existe encore en cave ! Il accompagne tout le repas (sauf le pigeon qui s'entend bien avec un verre de bourgogne) et ne flingue pas l'addition.

    IMG_1052.JPG

    Evidemment, sur le fromage, j'attaquais le dépôt, d'où la couleur.

    IMG_1063.JPG

    Service au top, assiettes toujours bien troussées, moment intime non réfléchi des mois à l'avance : ah, si tous les restos du coin étaient du même tonneau...

    Le Comptoir du Relais, Yves Camdeborde, 5 Carrefour de l'Odéon, 75006 Paris, +33 1 44 27 07 97. Notez aussi que lors des vacances scolaires, tout redevient brasserie, même les soirs de semaines.

    ***

    ENGLISH VERSION How to having dinner at Camdeborde's Le Comptoir du Relais without booking several months in advance ?

    You know Yves Camdeborde's Le Comptoir du Relais restaurant : it is an enjoying Parisian brasserie open all days which turns into a gourmet restaurant on evenings, from Monday to Friday. It is rather easy to eat at the brasserie if you don't mind your schedule : come to queue at 11:45 or eat on Sunday night at 18:30. But its a pain to book a table at the weeknights gastro restaurant.

    READ THE FULL ARTICLE IN ENGLISH ! 

  • Le flan de l'artisan Bruno Solques surpasse (et de loin) celui de Cyril Lignac

    IMG_1231.jpg

    Ce gâteau est à l'image de l'époque : neutre, sans aspérité, quasi médical. La raison ? Cyril Lignac n'utilise pas d’œufs pour ses flans ! Je le tiens de la vendeuse, en boutique. De l'amidon de maïs à la place... "On gagne en texture" dit-elle. C'est aussi la marge du commerçant qui y gagne, la Maïzena revient moins cher que des œufs. Ce n'est pas mauvais, ce n'est pas terrible et est-ce encore du flan ? Certes, c'est joli au premier abord mais cela suffit-il ? Cyril Lignac, enfin ses pâtissiers plutôt, vendent la part 3 euros et 50 centimes. 

    Cet après-midi, je passe par la boutique de Bruno Solques, un véritable artisan boulanger. Ici, le flan est au même prix que chez Lignac et il y a à becqueter. C'est un autre monde.

    Texture, gourmandise, incroyable longueur en bouche (y a un peu de rhum là-dedans non ?) : je l'avale en deux minutes top chrono, c'est merveilleux. Au moins, ça ne ressemble pas à un produit parfait, mais à un classique que ta grand-mère faisait. Un vrai flan, quoi, un truc humain.

    IMG_1234.jpg

    Bruno Solques, 243 Rue Saint-Jacques, 75005 Paris, 01 43 54 62 33.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu