Avertir le modérateur

Des fûts d'Alexandre Bain, on fait des couteaux

831AAAF9-49EB-4FB3-AAEF-076C4AE395F5.jpeg

‘‘Donner une nouvelle vie aux fûts du domaine", c’était la volonté d’Alexandre Bain. Un jour, en feuilletant un magazine spécialisé dans les couteaux, notre vigneron chéri a un coup de cœur pour les modèles de Pierre Thomas. Depuis janvier 2017, son Atelier Ôdae est installé à Thiers - la capitale française du couteau qui survit aujourd’hui grâce à des artisans hors pair et à leurs bonnes idées.

Ici, la bonne idée, c'est donc de transformer le bois des barriques en manche de couteaux. Alexandre a contacté Pierre afin de voir comment personnaliser ("customiser" comme on dit dans le métier, et en bon français) son couteau. Tous deux s’entendent sur la réalisation de 20 "Passagers". Pas un de plus. "Le thème du couteau est celui du voyage, l'idée étant qu'il devienne le passager de son propriétaire" explique l'Atelier Ôdae. 

J'ai le numéro 17 entre les mains. 

67039ACF-8F59-44B4-A583-0F1853D407C3.jpeg

Les amoureux des couteaux seront heureux d’apprendre qu’il s’agit d’un pliant à cran forcé (comme les thiers traditionnels), que la lame est en Alenox (un acier inoxydable d’origine française, qui garde assez longtemps son pouvoir de coupe), que le ressort en X20Cr13, la fausse pièce et les platines sont en 304L. Les mitres (le haut du manche) sont en corian rouge, un matériau composite assez haut-de-gamme que l’on retrouve de plus en plus dans les plans de travail des cuisines, par exemple. 

Les amoureux des vins seront, eux, heureux d’apprendre que le bois du manche vient donc d’un fût d’Alexandre Bain, ayant contenu plusieurs millésimes. "Travailler avec du chêne provenant de fût n'est pas si simple", nous explique le coutelier. "C'est une matière tendre et comme la tranche du fut est brûlée, il y a aussi des crevasse dans le bois. Mais aussi des dégradés de couleur ; aussi, cela va du brun très foncé à un beige clair".
 
L’atelier Ôdae a ajouté une petite astuce afin de personnaliser définitivement le couteau. "On retrouve un cadran horaire symbolisé autour de la vis centrale du couteau. Il est composé de 3 petits clous donnant l'heure à laquelle le couteau a était fini. Le clou seul symbolise la petite aiguille et les deux clous alignés la grande." Ce qui fait que le mien a été terminé à 9h25.

58A43A49-5C58-42AA-B6CA-BACBF2ECE549.jpeg

Un regret ? Pour un couteau de vigneron, on aurait aimé un tire-bouchon. On en usine encore à Thiers, et comme en plaisante le M.O.F. coutelier Robert Beillonnet : c’est à ça qu’on reconnaît un bon couteau... Or, le "passager" est un modèle assez fin, selon son concepteur. "J'ai déjà fait des tests et techniquement il n'y a tout simplement pas la place à l'intérieur du couteau pour loger la lame et le tire-bouchon".
 
Pour ceux qui cherchent un chouette tire-bouchon, il y a le magnifique sommelier développé récemment par Perceval : ici, le bois provient des fûts de Georges Descombes ou Bruno Schueller ! Une sacrée réussite côté design.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu