Avertir le modérateur

Clin d'oeil - Page 2

  • Cancale : un repas d'huîtres et de muscadet

    3.JPG
    En descendant de la Pointe des Crolles au Port de la Houle, les promeneurs font une pose sur les marches en pierre face aux parcs à huîtres. Il est plus de midi, il fait chaud : ils filent s'acheter quelques huîtres sur les stands à côté et se sifflent un muscadet dans leur gobelet en plastique.
    4 1.JPG

    Franchement, c'est popu, c'est mignon et plutôt romantique. Pas besoin de poubelles, on envoie valser coquilles et demi-citron sur la plage, vu que c'est bio-dégradable.

    4 2.JPG

    Mais nous, ce midi, nous avons plutôt envie de galettes que d'huîtres.

  • Groupons-nous pour aller chez un (vrai) caviste ou chez le vigneron

    Ce matin dans ma boîte mél, une offre alléchante. Un site bien connu - spécialisé dans les achats groupés - nous incite à profiter de la promotion en cours. Aujourd'hui et aujourd'hui seulement, économisons 45 euros sur le prix d'un carton de vin. Au lieu de 84 euros les 6 bouteilles, le site les propose à 39 euros... Alléchant en effet...
    Bureau.jpg

    Et c'est sans frais de port puisqu'il faut aller retirer le carton chez le commerçant partenaire. Ah oui, pardon : sont promis aussi un "magnifique emballage cadeau" et un système de "calage pour les bouteilles". Donc allez, 6 vins pour 80 euros, ça fait un peu plus de 13 euros la bouteille... Hum... Entrons dans le détail et regardons sur le ouèb si on peut trouver une estimation de chacune des bouteilles. Et je ne ferai aucun commentaire sur les commentaires.

    Bureau2.jpg

    1 bouteille de premières côtes de Bordeaux rouge Château de Bernille 2008. Chez ce caviste à Epernay, c'est 5 euros. J'ai eu ce matin ce caviste de Cholet au téléphone qui la vend à l'unité 4,30 euros. Allez, on va dire que ça vaut en moyenne 5 euros chez un caviste lambda.

    1 bouteille de Bordeaux rouge Château du Moulin 2009. Sur le site du commerçant partenaire, il est vendu 2,90 euros. C'est peut-être un prix HT (mais ça ne semble pas) ou peut-être est-ce un prix grossiste. Allez, on va dire que ça vaut le double, soit 6 euros.

    1 bouteille de Rosé Coteaux du Tricastin « Cave Saint Pierre » 2008. Bon je n'ai rien trouvé hormis Mon Vin Pas Cher qui nous fait la bouteille à 5 euros. Bon je ne pense pas que ça soit beaucoup plus chez un caviste, mais mettons-nous dans la fourchette (très) haute. Allez, on va dire que ça vaut 7 euros.

    1 bouteille de Bordeaux Rosé « Baron D’Aslay » + 1 bouteille de Vin de Pays de l’atlantique Blanc « Baron D’Aslay ». Dans ce restaurant de Montreuil, une bouteille de chardonnay du même producteur se déguste sur table à 18 euros. Partons du principe que le rosé est moins cher que le blanc et que le coeff n'est que de 2... Allez, on va dire que le rosé vaut 7 euros et le blanc 9 euros. Oui, je suis vraiment très large !

    1 bouteille de Bordeaux Blanc Jean Degave 2009. En Allemagne, on vend le rouge 4 euros... En Italie, sur table la bouteille est à 10 euros. Allez, on va dire que ça coûte 5 euros.

    Faisons les comptes : en étant à chaque fois dans la fourchette (très) haute, en majorant sans doute le prix du vin, on en arrive péniblement à 37 euros. Je rapelle qu'avec le papier cadeau magnifique et le système de calage des bouteilles, le site internet nous fait un énorme rabais à 39 euros par rapport aux 84 euros de départ...

    Je l'avoue, ma méthode n'est pas infaillible : après un rapide tour sur internet, je peux tout à fait m'être trompé. Si c'est le cas, je suis prêt à faire amende honorable. Peut-être ai-je totalement sous-évalué le prix d'un vin ? J'attends donc des explications... De toute façon, ceux qui connaissent un peu le vin l'auront bien décodé à la lecture du nom des bouteilles : jamais cette sélection de 6 bouteilles ne vaut 84 euros...

    Moralité : groupons-nous pour aller chez un (vrai) caviste ou mieux, chez un vigneron...

    P.S. : rien ne sert de connaître le nom du site ou du commerçant : la pub même négative reste de la pub et le problème, c'est le système.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 5 commentaires
  • A suivre : Alfred, Fulvio, Glou, les blogueurs, Puzelat...

    Il y a des moments bénis par Qui-?-je-ne-sais-pas. Comme cette promenade entre l'Avant-Comptoir et Alfred. Saint-Germain, Pont-des-Arts, Louvre, Palais Royal.

    IMG_1835.JPG

    Donc bientôt Alfred, puis le fameux Fulvio (avec lequel Manu nous les brise menues - mais il a raison, c'est top), Glou, de jolies rencontres, un blanc de Puzelat... Y a du travail.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 1 commentaire
  • Petite exclu : le classement Wikio du mois de mars

    Olif avait été l'Elu il y a quelques mois, cette fois Wikio a choisi ma pomme pour dévoiler son classement "Top blogs Vin" du mois de mars. Dans un mail amical qui indiquait que j'avais bien progressé, ils m'ont expliqué que je pouvais publier la liste avant la date fatidique 5 avril. Il faut l'avouer, c'est bien sympathique de recevoir ce genre de missive et surtout ça donne un bon prétexte pour boire un coup. "Faut fêter ça..."

    Dans la réalité et au quotidien, on s'en fout un peu des classements. A quoi ça sert d'abord ? De manière assez diplomatique, on dit que ça permet de mettre en lumière tel ou tel blog, d'en connaître des nouveaux, de voir ce qui se fait ailleurs... Certes. Et l'ego dans tout ça ? Forcément...

    Mais heureusement, s'intéresser au vin constitue avant tout une école de la modestie ; on n'est pas des Ducasse courant après les troizétoiles. Du Morgon dans les Veines, c'est un petit blog artisanal, torché avec les moyens du bord, slalomant entre les quilles naturelles, les restos où on mange bien, quelques voyages d'agrément, les chansons d'Eddy... Et le Morgon c'est surtout (définition fondamentale d'un blog, même si beaucoup ne partagent pas mon avis) un truc qui n'a rien à vendre. On se concentre sur des bouteilles qu'on ouvre pour les copains, sur des moments qu'on veut partager, sur quelques coups de coeur. Comme dit Jérôme Leroy, c'est une "forme de dignité face à un monde qui vous souhaite soumis".

    valvignères2.jpg

    Bon allez, je dis un peu n'importe quoi ce matin. Mieux vaut arrêter de vous saouler et venons en au fait puisque je vais tout de même le publier ce classement plutôt agréable. Le Morgon arrive à la 15e place, à savoir 15 places de mieux que le mois dernier. BL et Eva sont indéboulonnables et ils le méritent. Miss Glouglou monte sur le podium. Je vous laisse découvrir le reste. L'intégralité du classement sera publiée le 5 avril.

    1 bourgogne live
    2 Oenos
    3 Miss GlouGlou
    4 Le blog d'Olif
    5 Vendredis du Vin
    6 Le blog d'iDealwine
    7 Chroniques Vineuses
    8 Lisson
    9 La Pipette aux quatre vins
    10 Echanges autour d'un verre de vin
    11 Sommelier-consultant, Paris
    12 Le Blog de Jacques Berthomeau
    13 Le blog de Nicolas de Rouyn
    14 Livr-esse
    15 Du Morgon dans les veines
    16 bicephale buveur
    17 L'Œnothèque
    18 Miss Vicky Wine
    19 Tasting Club
    20

    Blog Midi-Vin

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • Vendredis du Vin n°34 : un VINstantané

    aaaaaaaaaaa.JPG

    Un été à Banyuls, au Casot des Mailloles : du bric-à-brac d'Alain et Ghislaine ont surgi ces "vins fermiers" qui ont éclipsé tous les autres jus de raisins fermentés goûtés jusqu'alors. Ceux qui connaissent me comprendront. Ceux qui ne connaissent pas doivent s'attendre à ce qu'un jour ou l'autre, ces purs grenaches changent leur vie.

  • Séisme au Japon : une soirée de soutien au marché des Enfants Rouges

    La très intelligente cave Versant Vins annonce la tenue d'une soirée exceptionnelle au profit des associations d'aide aux sinistrés du Japon. Ce sera mercredi 30 mars de 18h30 à 21h30 au restaurant Taeko et la cave fournira le vin. En prime, le flyer. Viendez !

    flyer Taeko.jpg
  • "La fin du monde, ce n'était pas ce nuage nucléaire..."

    "La fin du monde, ce n'était pas ce nuage nucléaire venu d'elle ne savait quelle centrale kazakh qui devait arriver au-dessus de Paris d'ici une semaine ; la fin du monde, c'était un couple regardant une émission de téléréalité dans un lit du Val-de-Marne plutôt que de faire l'amour".

    Jérôme Leroy, La Minute prescrite pour l'assaut (éd. Mille et Unes Nuits, 2008)

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • Le Père-Lachaise a oublié Antoine Blondin

    P1190232.JPG

    A voir la file d'attente devant sa tombe au Père-Lachaise ce dimanche, il semble n'y en avoir que pour Annie Girardot. Beaucoup plus grave, le cimetière a complètement oublié un écrivain majeur du XXe siècle, auteur d'Un singe en hiver et des Enfants du Bon Dieu : Antoine Blondin. L'amoureux du vin, du tour de France, du monde d'avant. "Longtemps, j'ai cru que je m'appelais Blondin, mon véritable nom est Jadis".

    Sa tombe située dans la 74e division n'est pas indiquée sur le plan à l'entrée et le promeneur solitaire doit vadrouiller entre les sépultures pour trouver celle qu'il recherche. "Depuis 30 ans, je cache ma renommée dans les bars à vin" s'amusait Blondin. Et depuis 20 ans, il se planque en contrebas du chemin Léger, face au mur d'enceinte, loin des honneurs dus.

    P1190228.JPG
  • Venise, ça arrive. Et le chocolat aussi.

    Un peu submergé en ce moment, je vais me mettre à fond dans la rédaction de quelques posts sur Venise, Trévise et Padoue. Ce sera à retrouver juste en-dessous... Et demain, on n'oublie pas la 33e édition des Vendredis du vin consacré ce mois au vin et au chocolat...

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • Vendredi du Vin n°32 : La bouteille pour la fin du monde

    Je ne pouvais pas passer à côté de la 32ème édition des Vendredis du Vin chapeautée par Hub l'Oenothèque... Comme je l'explique par ailleurs, l'expression Du morgon dans les veines n'est pas sortie de mon cerveau (peu) fécond mais de celui de René Fallet, un des plus grands écrivains du siècle dernier, aujourd'hui mort et enterré.

    Bon, après avoir dit ça, je suis bien emmerdé. Parce qu'au départ, je n'avais aucune idée. Je me voyais bien faire un jeu de mots à la con du genre... euh non, même pas de jeux de mots. J'aurais pu me la jouer docteur en lettres et parler des vins de Catherine Marin-Pestel (domaine de la Treille-Muscate) entièrement dédiés à Colette. Oui mais voilà, ce n'est pas à force de boire du Corbières blanc que j'apprends des choses sur l'écrivain.

    Ah il y avait aussi cette bouteille de Mark Angeli ouverte il y a deux ans. En vidant le Rosé d’un Jour, on arrivait à lire par transparence cette phrase de E.E. Cummings : "Tant que nous aurons des lèvres et des voix pour embrasser et pour chanter, qu’importe qu’un fils de pute invente un instrument pour mesurer le printemps."

    P1170253.JPG

    Et puis, regardant ma bibliothèque, j'ai trouvé. Un écrivain trop peu célébré : Jérôme Leroy. Et  des titres évocateurs : A vos Marx, prêts, partez !, La Minute prescrite pour l'assaut... Et surtout cette phrase que j'avais griffonnée sur un carnet, un extrait de son recueil de poésie Le Déclenchement muet des opérations cannibales. En faisant quelques recherches dans ma mémoire, je l'ai retrouvée. C'est Sébastien Lapaque qui la cite dans la première édition du Petit Lapaque des vins de copains.

    "Je boirai la dernière bouteille de Pur Sang
    De Didier Dagueneau
    Quand je ne sais qui, je ne sais quoi, aura
    Empoisonné les derniers points d'eau"

    P1170260.JPG

    A quoi peut ressembler une bouteille que l'on garde pour la fin du monde ? Ceux qui en ont tâté parlent d'explosions au nez, en bouche, dans la gorge, dans le ventre. Un peu comme l'apocalypse du sauvignon : après avoir bu cette bouteille, les autres n'existent plus. Comme disent les journalistes, plus rien ne sera jamais (bu) comme avant. Pour ma part, j'ai décidé de prendre Jérôme Leroy au pied de la lettre et j'ouvrirai ce Pur Sang une heure avant la fin du monde. Mais bon, qu'elle prenne son temps... De toute façon, ce Pur Sang est taillé pour la garde. Et grâce à Manu qui m'en a dénichée une 2005, je l'attends désormais plutôt sereinement, la fin du monde.

    Pouilly Fumé Pur Sang Didier Dagueneau 1995

  • L'inauguration du bal des trentenaires

    Au début du mois de mars 1951, Jackie Brenston et Ike Turner enregistrent la chanson Rocket 88 rapidement considérée comme le premier succès de l'histoire du rock. C'est-à-dire qu'en 2011, le rock'n'roll a 60 ans et nous la moitié. Happy Birthday Thomas et Manu et Happy Birthday rock'n'roll !

    <

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • Strasbourg en marche pour Noël

    IMGP0910.JPG
    A Strasbourg cette année, les bibelots made in Taïwan ont été priés de dégager. Place à "la féerie de Noël bien de chez nous". Mouais... c'est toujours aussi kitch. Et comme tous les ans, tout cela attire du monde. Et pour quelques restos aussi. Mais foule des grands jours oblige, il faut se lever de bonne heure pour aller dans les restaurants préférés de Loukoum. A midi le lundi, tout est déjà complet au Saint-Sépulcre (Heilige Grab) et surtout chez Vince'Stub. Faudra revenir. Nous avons atterri Chez Yvonne, ses murs recouverts de people et ses assiettes médiocres.
     
     
    IMGP0915.JPG
    Rien à voir : quelle autre ville de France peut se targuer d'avoir une Rue de l'Ail ? Je trouve ça absolument merveilleux.
    IMGP0928.JPG
    Et puis toujours comme point de repère, cette cathédrale pointée vers le ciel que vient taper le soleil d'hiver. On ne s'en lasse pas tant elle fait penser au Doigt de Dieu, la superbe bière de la géniale brasserie Uberach. On en reparle vite pour une dégustation exhaustive.
     
     
     

  • "Les petits producteurs, ces empêcheurs de s'enrichir en rond"

    Voici ce que m'écrit un petit vigneron d'une grande appellation, un artisan qui vinifie des jus de raisin fermenté sans trop d'intervention à la vigne comme à la cave. Et qui porte haut les couleurs de sa région. Mais pour éviter les embrouilles, je préfère biffer son nom.

    "Mon analyse - et je ne suis pas le seul à le penser, loin de là -, c'est qu'il y a une tendance actuelle à << nettoyer >> les campagnes. Il faut éliminer les petits producteurs, ces empêcheurs de s'enrichir en rond. Et la façon la plus simple d'arriver à ce résultat, c'est de décréter que leur vin n'est pas conforme aux critères de l'appellation, et donc de le classer en vin de table. Comme la plupart des ces petits producteurs sont dépendant des négociants, et que ceux-ci refusent d'acheter les vins de table, le tour est joué....."
    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • Le vin nouveau est arrivé

    Ca y est ! C'est le jour J : Le 18 novembre, date légale de mise en vente du beaujolais nouveau. Mais aussi des autres vins primeurs : les loire nouveaux, les bourgogne nouveaux, les rhône nouveaux... Comme quoi, même quand on boit du morgon, on n'est pas raciste.

    C'est un bon prétexte pour boire un coup ce jeudi. Comme toujours, évitons les vins déjà morts et testons les vins vivants, naturels, sans soufre, non filtrés. La journée va nous emmener aux caves Augé, à la Bonne Franquette et ailleurs... A suivre jeudi et vendredi sur ce petit blog !

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • Un peu de ménage...

    Ce blog vient de subir un peu de ménage : un lien twitter est apparu et surtout pas mal de notes ont été rédigées et rangées au jour où elles se sont effectivement déroulées. Puisque le but est de me confectionner un vrai carnet de dégustation : que la bouteille B bue le jour J apparaisse dans le post daté du jour J...

    Quelques posts ont donc été déplacés. En gros, dans les nouveautés on a pas mal de choses sur la Bourgogne juste en dessous, un déjeûner à la Gazzetta, la série des bouteilles ouvertes le 15 août qui a déménagée à la date... du 15 août, L'Avant-Comptoir d'Yves Camdeborde terriblement en forme, deux vins exceptionnels à la Crémerie, un morgon 2009 de Marcel Lapierre, le nouveau bouquin de Christian Millau ou encore le radis-boutargue dans un resto japonais plus que sympa.

    A partir de maintenant, promis, je vais tenter de mettre tout à jour bien plus rapidement...

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • Bonne rentrée et un peu de rangement

    Le week-end du 15 août ayant été propice à quelques débouchages de quilles, toutes les dégustations de la bande des Quatre sont à retrouver autour de cette date. Début septembre aussi, je vais bientôt tout mettre à jour. De même certains articles risquent d'être un peu déplacés consécutivement à ce petit rangement de rentrée. L'année s'annonce belle.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • Le pastis m'amuse

    Un petit pastis sans sucre pour cet été ? Direction les Landes et la Muse Verte. Belle couleur dorée, très fin en bouche mais la couleur se dilue assez difficilement : il reste pas mal de reflets or. Je le préfère même sans eau, on the rocks. En un mois, la bouteille fut vidée.

    IMG_7670.JPG

    Il faudrait tester l'Artémise, autre version que je crois avoir déjà goûtée, un poil sucrée celle-là et donnant un lait tout blanc. Peut-être plus ronde, plus facile d'accès. Pour un vrai respect des saveurs, la bouteille est protégée de la lumière par du papier... Il ne sert donc à rien d'essayer de l'enlever.

  • Banyuls : des vins de messe et de dessert

    IMG_8260.JPG

    Sur un pan de mur de la rue Dugommier...

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • Collioure : alerte au saucisson savoyard

    Ah, les marchés du sud de la France, l'été durant...

    "Il est beau mon saucisson... Et en plus madame, c'est du saucisson artisanal. Je vous en mets combien ?" On s'imagine déjà le beau sifflard pyrénéen au pique-nique de ce midi.

    A 46 euros le kilo (vous avez bien lu, pas de faute de frappe), on tâte et on observe. Et on soulève le petit fil qui pendouille avec l'étiquette qui précise "Fabriqué en Savoie". Sans doute est-il très bon (sic) mais on l'attendait plutôt du coin...

    P14-07-10_11.20.JPG
    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • Un autocollant antédiluvien

    Avant l'an 2000, on trouvait des menus complets à moins de 200 francs. Soit autour de 30 ans. Et dans des bons restaurants. La preuve, ce vieil autocollant sur la vitrine de Piccolo Teatro, l'un des premiers (sinon le premier) végétarien de Paris. Fermé depuis 2 ans.

    P11-07-10_13.27.JPG

    Aujourd'hui, pour 30 euros, t'as plus rien. Enfin si quelques bons trucs. Mais souvent c'est bien plus cher. Reste le menu de La Cantine du Troquet. Pile-poil 30 euros. Et reste à rajouter le vin...

  • Photo volée au supermarché

    P01-07-10_17.07.JPG
    "Y a pas d'arête dans le bifteck ? Ben, dans le poisson machin non plus".

    D'accord pour le bifteck, on est rarement tombé sur une arête en coupant son boeuf. Mais dans le poisson, c'est une autre histoire. Voilà où nous ont mené quarante ans de poissonnerie industrielle : faire croire aux enfants qu'il n'y a pas d'arête dans le poisson. Dans son sketch sur la publicité, Coluche s'en prenait déjà à une entreprise de produits surgelés. "C'est des poissons carrés avec les yeux dans les coins. Vous enlevez la tête et la queue, il reste un bouillon de cube et de la sciure !"

    J'ai délibérément rougi les logos. Déjà parce qu'un logo c'est pas beau. Et ensuite pour ne pas pointer du doigt tel ou tel, car le problème est bien plus global.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 1 commentaire
  • Il faut savoir être sobre

    Alors autant boire des choses extraordinaires qui rappellent le fruité et l'acidité d'un vin blanc, sans trop de sucre : le nectar de rhubarbe de chez EARL Rigault, producteur dans l'Oise, à Groslay. Je n'ai aucun scrupule à lui faire un peu de pub. Chaque personne qui l'a goûté chez moi était conquise.

    Et quelle couleur ! J'en bave encore !

    P05-06-10_22.45.JPG

    Leur jus de pomme rappelle même le cidre. Fameux ! Et pour pousser le parallèle avec le vin, il faut savoir que je m'en procure chez un caviste ! Autour de 5 euros la bouteille chez Jeanne, de Versant Vins.

  • "Vivent les Vins Libres !"

    Vivent.jpg

    Un élan gaullien pour déguster les vins que l'on aime. C'est ce dimanche 13 juin 2010 chez Quedubon dont je ne dis que du bien ici.

    Pêle-mêle les Jousset, Noëlla Morantin (que j'adore et dont je n'ai pas encore parlé) , Emmanuel Houillon (le successeur de Pierre Overnoy), Gramenon, Château Sainte-Anne, etc. Que du bon, vous dis-je.

    Quedubon, 22 rue du Plateau, 75 019 Paris, 01 42 38 18 65.

  • Twitter va enfin servir à quelque chose de sympa

    Le 6 mai, de 20h à 22h, le Twitterstan va s'enflammer pour le chardonnay.

    La règle est sympa : vous organisez vous-même votre dégustation avec votre bouteille de chardonnay à portée de main et vous commentez le tout sur Twitter. En prenant bien soin de coller #chardonnay dans le tweet.

    Pour plus d'info, c'est ici.

    Et pour retrouver Du Morgon dans les veines sur Twitter, direction http://twitter.com/GuillaumeNB

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • Joli, joli mois de mai

    J'aurais aimé mettre une vidéo de Bourvil ; mais les droits d'auteur, une fois de plus, appartiennent à l'INA : il suffit donc de faire une petite recherche sur votre moteur préféré pour un peu de poésie.

    Joli, joli, joli mois de mai,
    celle que j'aimais
    m'abandonne.
    Elle est partie pour longtemps,
    chercher ailleurs son printemps.
    Joli, joli, joli mois de mai,
    je n'ai désormais
    plus personne.
    Il faut que tu me pardonnes,
    si je n'ai pas le coeur gai.

    A la ville on criait,
    achetez du muguet,
    ça porte bonheur.
    J'en ai pris un bouquet
    mais ça n'a rien fait,
    c'est tous des farceurs.
    Joli, joli, joli mois de mai,
    avec mon bouquet j'ai l'air dôle.
    Y a même des gens qui rigolent
    Joli, joli mois de mai.

    Joli, joli, joli mois de mai,
    même si ça me fait
    quelque chose,
    il faut que je soie content,
    c'est la fête du printemps.
    Joli, joli, joli mois de mai,
    c'est ton premier jour,
    ça s'arrose.
    Je veux voir la vie en rose,
    joli, joli mois de mai.

    Arrosons le muguet,
    je veux être gai
    et vaille que vaille.
    J'ai l'droit d'être pompette,
    si c'est pas ma fête,
    c'est celle du travail.
    Joli, joli, joli mois de mai,
    ô toi qui connait
    tant de chose,
    toi qui fait naître les roses,
    fais qu'elle revienne vers moi
    joli, joli, joli mois
    joli, joli, mois de mai,
    joli, joli, joli mai.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • Pour les Parisiens, le tracteur est un objet insolite

    P27-04-10_11.56.JPG

    Durant la manif des tracteurs, ce midi, boulevard Voltaire à Paris.

    P27-04-10_11.47[01].JPG

    Si beaucoup sortent leur téléphone, d'autres saluent les agriculteurs voire applaudissent. Personne ne semble les traiter de ploucs. Tant mieux. Les Parisiens aiment-ils les agriculteurs comme d'autres les pompiers ? Ou bien est-ce parce qu'ils n'ont pas l'habitude d'en voir ?

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • On commence à respirer dans le vignoble

    Il était temps. Sauf que certains ne sont motivés que par l'appât du gain...

     

    Aux primeurs 2009, les vins bios surfent sur une "lame de fond" mondiale
    Par Chantal VALERY

    SAINT-EMILION (Gironde), 3 avr 2010 (AFP) – Les vins bios et biodynamiques se sont taillé une part de choix sur le marché des primeurs 2009 à la faveur d'un engouement mondial pour la viticulture sans pesticide, d'une "véritable lame de fond irréversible" qui semble les mettre à l'abri de la crise. Au coeur du vignoble de Saint-Emilion, les visiteurs français et étrangers se pressaient à Château Fonroque, grand cru classé, pour déguster le millésime 2009 de 38 propriétés biodynamiques de toute la France et d'Allemagne à l'occasion de la semaine des primeurs, qui s'achève ce week-end à Bordeaux. […] "Le côté baba cool, post-soixante-huitard, c'est révolu", déclare à l'AFP Christophe Ehrhart, vigneron et président du domaine Josmeyer en Alsace, "on sent maintenant un vrai frémissement pour la biodynamie", qui vise à "amener l'équilibre du terrain dans la bouteille". […] "Ce mouvement de fond est à pondérer pays par pays", ajoute Thierry Valette, propriétaire de Clos Puy Arnaud dans les côtes de Castillon (Gironde). Il y a des marchés qui "frémissent" comme le Japon et les Etats-Unis où le "green" est à la mode, et d'autres qui restent hermétiques comme la Chine ou la Russie, "en pleine mutation industrielle pour lesquels la pollution n'est pas le premier souci". […] Le bordelais "se met à bouger", estime M. Valette : 5% des crus prestigieux expérimentent la viticulture bio ou biodynamique. Il y a, selon lui, à peine 4 % de viticulteurs bios dans le monde et moins de 1 % de biodynamiques. "Très clairement, la viticulture n'est pas entrée assez tôt dans ce créneau porteur", souligne Laurent Gapenne, président de la fédération des grands vins de Bordeaux. "Il y a un décalage entre la demande du consommateur et la prise de conscience de la filière", juge aussi M. Valette, convaincu que certains crus bios et biodynamiques "écrasent au niveau gustatif énormément de grandes marques". […]

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • Merci.

    Chaque jour qui passe, grâce aux réseaux sociaux desquels, je l'avoue, je ne suis pas un ardent défenseur, vous êtes de plus en plus nombreux à lire ces quelques lignes, à lire le Morgon.

    Merci donc.

    Même si au départ, ce petit carnet de vie s'adressait à mes très proches, je ne vois rien de mal à ce que plus de 100 personnes (des VU comme on dit dans le milieu) le consultent quotidiennement. Certes le Morgon n'a pas la même fréquentation que TF1.fr mais ça tombe bien, il n'en a jamais eu l'intention. Je visais trois amis par jour. Et surtout je m'en foutais. Bon là, il y en a trente fois plus. Tant mieux si ça intéresse quelqu'un.

    Certains d'entre vous laissent des commentaires très sympathiques, ainsi Bernard aujourd'hui qui a réagi à la belle phrase de Guy Debord.

    Merci donc.

    Et pour vous remercier encore, je me permets juste de rappeler cette phrase fondatrice de René Fallet, dans Le beaujolais nouveau est arrivé

    "Tu comprendrais, si tu avais pour deux sous de sensibilité, si tu avais un peu de morgon dans les veines, si les filles ne t'avaient pas bouffé le coeur en bourguignon. Tu comprendrais que ta place n'est pas à l'hôtel de la Faucille et du Marteau réunis, mais là ! Là ! Là, dans ma maison. Dans ma modeste demeure, ouverte à tous les zéphyrs de l'amitié."

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • Un poil de poésie non bachique

    C'est à l'aéroport de Phnom Penh, au retour de trois semaines denses à travers le Cambodge que j'ai appris la disparition de Jean Ferrat. Certains couplets ne s'oublient pas.

    Mais ma môme elle a vingt-cinq berges
    Et je crois bien que la Sainte Vierge
    Des églises
    N'a pas plus d'amour dans les yeux
    Et ne sourit pas mieux
    Quoi qu'on dise.

  • Remettez-moi ça !

    Et dans la catégorie "c'était un autre siècle"...

    Lorsqu'un provocateur bien connu rencontre l'un des plus grands écrivains du XXe siècle, cela donne un dialogue surréaliste. Hors de propos pour notre époque trop chaste. Pourtant seuls vingt ans nous séparent de ce dialogue entre Serge Gainsbourg et Antoine Blondin.

    Blondin Gainsbourg.jpg

    Pour d'évidentes raisons de droits d'auteurs, je ne peux pas reproduire la vidéo en intégralité. Je participe donc au succès de l'INA en renvoyant sur leur site. Suffit de cliquer sur cette jolie image pour voir la vidéo.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu