La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

05 août 2011

Cancale, 1ère étape du Roellinger Tour : dormir face à la baie

Quelques explications sur le Roellinger Tour, c'est par ici.
1.JPG

A quoi reconnait-on qu'on est chez Olivier Roellinger ? Même les places de parking portent le nom d'épices...

2.JPG

Le cottage Les Rimains est suspendu au-dessus du sentier des Douaniers (GR 34) dans un coin plutôt sauvage. Le bâtiment renferme 4 chambres mais il y a aussi possibilité de louer des gîtes autour mais ça semble un peu moins classe.

 

3.JPG
L'endroit s'avère très calme, juste le cri de quelques mouettes et le bruit de quelques bateaux. Pas de réception à proprement parler, plutôt un comptoir et une armoire qui renferme quelques épices et tisanes maison.
4a.JPG
4a (2).JPG

La chambre "muscade" au rez-de-chaussée.

6.JPG
7.JPG

Lieu parfait pour se planquer.

7 1.JPG
8 3.JPG
10.JPG

Avec vue sur toute la baie du Mont-Saint-Michel.

11.JPG
12.JPG

Deux petites fraises bretonnes et un sachet d'épices.

14.JPG

Mais surtout, surtout : une petite fiole de sherry (xérès). Vous en connaissez beaucoup des hôtels qui vous accueillent comme ça ? Bu le soir même. C'est un poil oxydé, très long en bouche, vraiment sur des fruits blets.

15.JPG
Cottage Les Rimains, 62 rue des Rimains, 35260 Cancale.

04 août 2011

Beaucoup plus que des recettes

Après la lecture d'un petit article sur Facebook de Pierre Jancou (Vivant) qui disait qu'Alain Chapel "devait se retourner dans sa tombe de voir que son combat contre la 'nouvelle cuisine' des années 70 revient au galop", m'est revenu en tête cette phrase du grand cuisinier extraite de son livre La cuisine, c’est beaucoup plus que des recettes : "Des produits d’abord et avant tout, et des émotions sans doute qui s’enracinent dans des paysages, des visages, un quotidien familier, un bonheur plus ample que la table". Elle me semble tout à fait coller aux problèmes actuels de la restauration et de la viticulture.

11:06 Publié dans Clin d'oeil | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

02 août 2011

Le son du Marcel un soir de juillet

Certains dégustateurs cherchent le cuir de Russie dans un sous-bois après la pluie sans oublier de s'exciter sur des arômes de ketchup. Ou quelque connerie du même genre. D'autres nous apportent un magnum de morgon 2001 de Marcel Lapierre : merci Jérémy, pour la bouteille et pour t'être prêté à cet exercice à haut risque.

Pour être franc, Jérémy m'a dit que ce n'était pas le meilleur magnum de Marcel qu'il ait débouché. Pour être franc, il a sans doute raison. Pour être franc, tout de même quelle tranche d'histoire, quels privilégiés nous fûmes ce soir-là à la Cave de l'Insolite ! Pour être franc, nous l'avons bu trop frais. Pour être franc, une fois consumé, c'était assez terrible.

23:17 Publié dans Beaujolais joli | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook

31 juillet 2011

Son auberge était ouverte aux gens sans feu ni lieu

Pour ceux qui vivraient sur une autre planète, je rappelle que depuis hier soir, Michel Moulherat et Giuseppe ont définitivement baissé le rideau de la Cave de l'Insolite, à Paris. La rue de la Folie-Méricourt n'aura plus le même parfum.

Et ce n'est pas moi qui le dit, ce sont les autres. La preuve...

* Antonin : « Michel transpire la générosité ; la Cave de l'Insolite avait d'ailleurs ceci d'insolite qu'on s'y sentait comme chez un très bon ami, aussitôt à l'aise. Reste que je n'ai toujours pas compris son histoire de légionnaire ! A bientôt, Michel. » 

* Bruno« Ma cave référence et pourtant je suis caviste en banlieue, Michel est un exemple, si un vigneron me visite et me dis être chez Michel je ne goute même pas. Tristesse :-( » 

* Camilo« Au Japon il existe un concept de patrimoine culturel vivant. Si cela avait été le cas chez nous, jamais les tauliers de "l'Insolite" n'auraient pu fermer. C'est, outre la bonne humeur provoquée par la maison, de la culture que l'on perd à travers cette fermeture. »

* David« Rendez-vous avait été pris pour partager les bouteilles à la Cave de l’Insolite avec la jeune garde des blogs viniques. Ca a dégusté avec une ferveur que seuls les pochtrons ou les passionnés peuvent avoir. Avec une abnégation hors du commun, n'hésitant pas à regoûter, le tout sans filet (les crachoirs, c'est pour les chochottes). Difficile pour moi de faire un quelconque compte rendu, cette rencontre a été orgasmique. Nous avons bu du très bon, du Bois-Moisset, du Labet, du Boyat, du Blanchard, du Guillot-Broux... Mais aussi du Morgon de Guignier (celui de Villié Morgon), et bien d'autres, dans un enchaînement de malade, le tout avec le gentil brouhaha des amateurs qui trinquent et qui deviennent au fil des heures de moins en moins amateur mais de plus en plus trinqueur. Une adresse de cave démente et atypique qu'il faut faire une fois dans sa vie parisienne. »  

* Denis« Je n'ai eu qu'une brève discussion avec lui sur le marché auprès d'un stand de vin. C'est une personne très généreuse et très passionnée qui donne envie tout de suite de se frotter au vin. C'est triste que nous ne puissions pas garder ce genre d'endroit pointu et pas si insolite que ça. Vers quoi allons-nous ? Vers quelle consommation du vin ? Est-ce vraiment ça que nous voulons ? »

* Eva« Chez Michel, c’est un peu comme chez un bon copain, on s’y sent tout de suite chez soi, on ouvre quille sur quille sans trop réfléchir, on rigole, on parle fort, on rigole encore, on mange une chartreuse monstrueuse, on amène ses propres quilles, on les fait goûter à Michel, on rigole encore, on se ressert… Et on n’arrive jamais à partir. Alors bonne continuation Michel, en espérant que Guillaume trouve vite une autre deuxième maison. »

* Franckie : « Moi je suis juste resté scotché sur les bouteilles de légionnaire à chaque fois que je suis venu ! Moi je trouvais ça important, je les ai jamais vu ailleurs, et je me suis dit que ça reflétait bien Michel ces bouteilles. »

* Frédéric : « Merci à Michel pour son sens de l’accueil, sa gouaille et sa grande sympathie. Dommage que le lieu ferme, on se vraiment comme chez soi là-bas. Bon courage au bonhomme pour la suite. »

* Hélène : « Un lieu magique qui nous a fait voyager jusque dans les racines des vignes provinciales. Un endroit où le temps s arrete et où Paris reverdit ! Merci Mitch. »

* Henri : « Un endroit hors du temps, comme à la maison. Une cuisine avec des produits simples mais travaillé avec une grande complexité. Un personnage. »

Hubert : « J'en retiendrai le côté intelligemment improvisé et sympa tant par l'accueil que le cadre ; l'ambiance "grande table paysanne au coeur de Paris nous a séduits. » 

* Jeff « Moi qui ai été le premier vigneron a faire une livraison chez Michel avant l'ouverture, ça me faitvraiment un vide.... mais Michel va rebondir, il y a toujours de la place pour les personnes généreuses comme lui.... quant à Giuseppe, il m'a promis de venir presser quelques olives avec moi cet automne.... encore du bonheur à partager... »

* Jérémy : « Michel et la fermeture de l'Insolite c'est comme le meilleur jouet du monde qu'on offre à un enfant et qu'on lui retire du jour au lendemain. Michel, c'est le génie et la folie réunis. Et cette cave est d'une convivialité avec son ilot central lieu d'échange et de partage. Bref, on aura du mal à trouver aussi bien. Et espérons que ne pullulent pas les tables à manger dans cette merveilleuse cave prochainement. Vivement aussi que nous connaissions la nouvelle adresse ou le nouveau repère de Michel ! »

Ju : « Généreux, humainement et culinairement. »

Juju : « Son accueil, pas de sectarisme, l'huile d'olive de Giuseppe, sa grosse voix, sa phrase : "tiens, goûte ça, c'est super !'' »

Maréva : « Tellement sympathique une fois la glace brisée - venu faire la fête avec nous. Et si c’était ça, savoir recevoir : que les gens se sentent chez eux ? »

* Mathilde et Olivier : « Ce samedi-là, nous avons rejoint Guillaume à la Cave de l'Insolite. Le ciel de ce mois de juin était bas et lourd et nous y avons trouvé un havre de paix. Michel, celui dont on nous avait dit le plus grand bien n'était pas là et c'est Giuseppe qui nous a accueilli à bras ouverts : il a cet accent méditerranéen capable réchauffer tous les cœurs. Et c'est avec une parfaite générosité qu'il nous a fait partager sa connaissance de produits rares parce qu'exigeants, ceux qui forment le goût et qui élèvent l'âme. Je ne me souviens pas de ce que nous bu ce jour-là, mais une chose est sûre, après 15 heures nous n'avions aucune envie de repartir. »

* Omar-Régis : « La chute du dernier dinosaure, ce grand et exceptionnel Monsieur qu'est Michel. J’apprends avec tristesse la fermeture de chez Michel, même si c’était inévitable. La résistance prend un grand coup sur la tête. Le moral doit rester au beau fixe car ce n’est pas la fin mais reculer pour mieux sauter. A un de ces quatre chez le nouveau Michel pour déguster les meilleurs vins de France et parler de la bataille de Diên Biên Phu en chantant "c’est pour la France, pour notre vieille Légion, nous défendrons la France même si nous tombons.’’ »

* Samia : « Cette soirée à l'Insolite a été une découverte pour moi, j'ai passé un très bon moment et bien que je n'aie pas eu l'occasion d'avoir une grande conversation avec Michel, le peu que nous avons échangé m'a permis d'apprécier sa générosité et sa convivialité. Le naturel qui le caractérise m'a mise très à l'aise... moi si réservée ! J'espère avoir très vite des nouvelles sur les suites de son aventure et le retrouver pour le meilleur. » 

* Slybud« Wahou la claque, j'aurais du y aller plus souvent ! Découvert par hasard en poussant la poussette de mon fils au hasard d'une garde partagé temporaire à deux numéros, j'ai vite franchi le pas de la porte. Les rares fois où ce fut l'occasion, je suis reparti de là avec des vins et des cépages dont je ne soupçonnais même pas l'existence avant, formaté que j'étais à lire la RVF et Michel et Thierry. Bref, c'est vraiment dommage que des lieux comme ça n'arrivent pas à exister. M... à Michel pour la suite ! »

Stéphanie : « Des hommes au coeur gros comme ça, il n'y en a plus beaucoup, et que je lui dois pour l'instant parmi mes meilleurs souvenirs viniques et amicaux de cette moitié d'année 2011. Michel, c'est ça pour moi : un fabricant d'émotions. »

* Thomas : « Le soir des 30 ans de Guillaume, à propos de la saucisse à tartiner allemande (schmirrwurst), j'ai dit : ''quand c'est gras et salé, c'est forcément bon''. Main sur le coeur, dans son t-shirt troué, Michel a répondu : '''c'est tellement vrai !'' avant de me faire un gros bécot. »

* ...

Poux ceux qui veulent témoigner, n'hésitez pas ! Envoyez-moi un mot, une phrase, un roman et cela viendra rejoindre les autres. Une dernière fois et à ceux qui n'y sont jamais allés, je voudrais leur faire comprendre ce qu'était la Cave de l'Insolite. Pour cela, j'ai convoqué un moustachu qui joue de la guitare et qui semble avoir connu quelque chose de similaire.

17:16 Publié dans Bonnes adresses parisiennes | Lien permanent | Commentaires (9) | | |  Facebook

30 juillet 2011

Le vin naturel espagnol existe, je l'ai rencontré

Apporté de Banyuls via El Xadic del Mar, je l'ai ouvert avec des amateurs de rouges puissants. Je ne sais trop que dire... C'est assurément intéressant mais nous l'avons sans doute bu trop chaud. Et surtout, ce n'est pas vraiment mon goût cette extraction. Cependant, ça n'a rien à voir avec des vins espagnols classiques, qui sont eux SUR-extraits, maquillés comme une voiture volée... J'ai deux autres bouteilles de vins naturels espagnols de deux autres vignerons, nous verrons bien.

P1200096.JPG

La Llopetera 2007, un Conca de Barbera en Catalogne. C'est du pinot noir parait-il, mais j'avoue avoir du mal à le retrouver.

22:24 Publié dans Ailleurs dans le monde | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

29 juillet 2011

Cet été, c'est mon caviste qui m'abandonne...

Ces Vendredis du Vin tombent relativement mal pour moi : je n'ai pas le coeur à rire aujourd'hui, ni à partager les superbes découvertes d'un caviste extraordinaire. Car les superbes découvertes, pfffuit, et le caviste extraordinaire, pfffuit aussi : ils s'envolent. J'en ai déjà pas mal parlé : mon caviste, ma cantine, mon repaire, ma deuxième maison ferme. Et pas que pour l'été. Michel Moulherat ferme définitivement sa Cave de l'Insolite. De caviste, il avait fait évoluer un peu la chose en faisant des trucs incroyables à grignoter pour accompagner ses vins. Il y a eu mes 30 ans, un repas orgasmique avec les copains blogueurs, tant d'apéros, tant de quilles, tant de repas en petits comité...

Je suis un peu orphelin. Alors, ces jours-ci j'en profite. Dîner hier avec Stéphanie et Eva. Et en compagnie de Mathias Marquet, vigneron du Château Lestignac. Superbe pâté de tête, chartreuse énorme (saucisse de Montbéliard, chair à saucisse, le tout recouvert de chou), bouteilles terribles : j'entrerai dans le détail de tout cela un peu plus tard, je n'en ai aujourd'hui ni le temps, ni l'envie. Ni l'envie tant ma gorge est serrée. Ni le temps, car ce soir nouveau repas de prévu chez Michel avec Jérémy qui nous a mis de côté un magnum de morgon de Lapierre 2001. C'est pour faire passer la pilule.

Pour faire saliver les absents et ceux qui ne connaitront jamais l'endroit, voyez juste en-dessous quelques photos d'hier soir.

19:12 Publié dans Bonnes adresses parisiennes | Lien permanent | Commentaires (3) | | |  Facebook

28 juillet 2011

A la Cave de l'Insolite : l'avant-dernière soirée

Ce jeudi chez Michel à la Cave de l'Insolite avant changement de gérant. Comme il n'a plus beaucoup de bouteilles, on en a nous-mêmes apportées quelques-unes. Stéphanie nous a sortir le nouveau Drappier Brut Nature rosé. Ce qui permet de convertir à ce champagne à la mode les plus récalcitrants dont je suis.

00001.JPG

Invité de marque, Mathias Marquet le vigneron du Château Lestignac (Bergerac) qui nous a ouvert son blanc, les abeilles des collinettes. Pur sauvignon corsé, il n'a pas fait long feu.

1.JPG

Fromage de tête.

2.JPG

Laurent Herlin, cuvée Tsoin-tsoin, le bourgueil en macération carbonique. C'est un peu âpre bizarrement ce soir, mais ça file droit avec la charcuterie. Je ne connais pas le reste, je ne demande qu'à connaître.

3.JPG

Mention spéciale pour la ravigote du chef. Avec ses petits grains de coriandre fraiche... Ce sont ces genres de trucs, de petits détails qui font que Michel et l'Insolite surpassaient tous les autres endroits.

4.JPG

Je l'ai dit à la tablée, je ne suis pas objectif avec ce domaine. Soula IX du Casot des Mailloles. Surprenant, car après un coup de carafe ça goûte déjà super bien. Hormis un nez d'ammoniac qui s'évapore, la bouche est terriblement envoûtante.

5.JPG

Monstrueuse chartreuse, je reprends le qualificatif d'Eva. De la chair à saucisse, de la Montbéliard, le tout recouverte d'un superbe chou vinaigré.

6.JPG

7.JPG

Deux quilles maison de Jean-Philippe Padié dans le Roussillon. A choisir entre les deux, le blanc : à l'aveugle, on l'aurait pris pour un très grand vin. Les gens autour de la table étaient médusés par sa complexité. "Alors ça, c'est vraiment très bon..." Quelle belle phrase.

8.JPG

9.JPG

Quelqu'un a ouvert ça... Calvados Réserve de Julien Frémont. Je ne l'ai jamais bu et pourtant on m'en dit beaucoup de bien. Grand mal me fait de ne pas en avoir ouvert plus tôt, car c'est tout bonnement extraordinaire. Après une soirée comme ça, les papilles ne sont plus vraiment là mais il m'a cru n'y déceler aucun sucre, une folle longueur et un goût de reviens-y qui n'est que trop rarement l'apanage du calva.

11.JPG

C'était chez Michel, à la Cave de l'Insolite.

22:50 Publié dans Bonnes adresses parisiennes | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

22 juillet 2011

Soirée Facebulles

Prof particulière d'une utilisation responsable de Facebook, Eva nous a réuni avec Stéphanie. Les réseaux sociaux d'accord. Mais on boit quoi avec tout ça ? Eva a déjà tout expliqué ici mais j'en remets une couche. 

Le montlouis Brut Nature des Loges de la Folie. Aucune lourdeur, aucune difficulté... Encore une fois, voici un crémant qui met un coup dans les couilles à tant de champagnes

P1200084.JPG

Une quille déjà beaucoup bue. Le vouvray pétillant des Breton, La Dilettante. C'est un peu plus rond et tout aussi fin. Qu'on est bien en chenin...

P1200095.JPG

Cuvée sans soufre ajouté du Brut Nature de Drappier. Un coup de carafe et c'est parti. On est sur un joli vin, un poil court dirais-je. Rien à voir avec l'idée qu'on se fait du champagne, c'est bien plus pointu. Et si c'était ça le vrai champagne

P1200087.JPG

Rien à voir. Mon premier champagne de Francis Boulard est Petraea 1997-2006, c'est-à-dire vinifié selon le principe de la solera (chaque année, on assemble la nouvelle cuvée avec les millésimes précédents). C'est tout à fait grandiose mais extrêmement beurré : ça peut en refroidir plus d'un. 60 % pinot noir, 20 % pinot meunier et 20 % chardonnay et pas de liqueur d'expédition non plus (Brut Nature). Je suis impatient de goûter le reste de la gamme.

P1200088.JPG

22:01 Publié dans Entre copains | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

18 juillet 2011

Rouen : l'hôtel de Dieppe sans son canard

Même Walt Disney est venu ici. En témoigne ce Donald pestant contre le fait qu'on sert ici un plat mythique, le canard à la rouennaise (c'est-à-dire à la presse, c'est-à-dire au sang, à l'image de celui de La Tour d'Argent).

P1200049.JPG

Trente-neuf euros par convive, à condition de le commander : le canard à la rouennaise, ce ne sera pas pour aujourd'hui. A n'en pas douter, on passe à côté de quelque chose. Mais on y reviendra un beau jour. Ce midi, "petit" menu à 33 euros. EPD comme on dit dans le métier. D'abord, le traditionnel amuse-bouche, un gazpacho de betterave et sa mousse de chaipakoi. Très bien foutu.

P1200047.JPG

En entrée, avec le fameux chablis de la coopérative La Chablisienne (en demi-bouteille, totalement passe-partout, malgré la bonne réputation de cette cave), un foie gras maison tout à fait appréciable en ce 14 juillet automnal.

P1200053.JPG

Sandre en papillote aux artichauts, encore une fois bien réalisé. Avec une jolie idée : utiliser un papier transparent. Avant, après.

P1200062.JPG
P1200063.JPG

En vin, comme tous les autres avaient de la viande, on est parti sur un rouge. Léger, pour qu'il aille avec mes légumes. Le chinon de Couly-Dutheil. Pas mauvais, mais très classique.

P1200057.JPG

Un très joli dessert, vraiment bien foutu : tarte rhubarbe-fraises. Rien de très original mais assez bon. Un peu à l'image du restaurant en fait.

P1200068.JPG

Reste le fait qu'il faudra revenir pour tester le matos spécial coin-coin.

P1200074.JPG

Hôtel de Dieppe, Restaurant les 4 SaisonsPlace Bernard Tissot, 76 000 Rouen, face à la gare, 02 35 71 96 00.

17 juillet 2011

Trente ans et toutes ses quilles

Pour le trentième anniversaire d'Olivier, c'est durant tout un week-end que nous avons descendu maintes et maintes quilles, au hasard et souvent. Ou comment Vernon a vu arriver une escadrille de vins naturels (on aurait pu ouvrir une cave). Petite revue des troupes.

Olivier et moi avons fait livrer une vingtaine de quilles de chez Drappier, ça va donc défiler. Normal donc de commencer le défilé ce vendredi soir avec le Général. Si Jules Chauvet lui fournissait son beaujolais ordinaire, c'est Drappier qui l'approvisionnait en bulles. En hommage, une cuvée Charles de Gaulle (80 % pinot noir, 20 % chardonnay, ici en version 2006) qui existe depuis 1990 : j'ai déjà dit que ce n'était pas du tout une cuvée marketing. Par contre, il parait moins citronné que les autres fois, comme s'il venait d'être dégorgé il n'y a pas si longtemps. Il faudra attendre que les autres bouteilles prennent leurs marques.

1.JPG

Un magnum de Au Hasard et Souvent, de Jean-Christophe Comor dont j'ai déjà dit beaucoup de bien ici, tout en expliquant ce que c'était. Servi à bonne température, c'est encore plus terrible que la première fois... Comme si la vigne se levait et pressait elle-même son raisin, avec ses petits bras musclés. Quoi ? Je délire ?

2.JPG

Le lendemain midi, pour se remettre les papilles en place, on ressort les vieux dossiers. Voici l'une des bouteilles qui m'a irrésistiblement attiré vers le vin naturel. Le bourgogne à Ligoter (tirage de printemps, 2010) des De Moor. On pourrait le croire parent pauvre des autres grands blancs de la région : non, ça m'excite plus que d'autres bouteilles plus chères et déjà mortes. Indice de torchabilité extrême, mais avec une bouteille pour 10 personnes, ça devient tout de suite plus compliqué...

3.JPG

Ce samedi midi, on est vraiment gâté. Le morgon 2007 de Marcel Lapierre, en magnum. Unanimité intergénérationnelle autour de la table. Ai-je encore besoin d'ajouter quelque chose ?

4.JPG

Du fin fond de la cave du père d'Olivier, nous avons remonté un roussillon rouge, Mas Crémat 1995. Franchement, on s'attendait à un truc mort de chez mort mais non, ça pulse encore. Plus raide évidemment que les bouteilles débouchées depuis le début du séjour, mais franchement, bonne surprise.

5.JPG

Vu qu'on est raisonnable, on est parti se balader. Mais bon, voilà, vers 19h il manque un coup de Drappier. Là on est désormais 15 à table, il faut bien deux magnums de Brut Nature tout simple. Je l'avoue : je le bois depuis au moins cinq ans, dans toutes les occasions, par tous les temps, dans toutes les positions... Jamais il ne m'a semblé aussi fin que ce soir là.

6.JPG

Arrive l'une des raretés du week-end. L'Anglore aux Foulards rouges 2005, dégoté tout au fond de la cave du Verre Volé (45 euros le magnum). Si j'ai bien compris, c'est le grenache de l'un qui va chez l'autre pour être vinifié. C'est incroyablement épicé, sur le poivre, le poivron. C'est fin et ça coule dans tout le gosier. Une bouteille bue à son apogée sans doute. Par contre, le gecko fait peur aux filles.

7.JPG

Côté digestif, nous retrouvons le Golden Arak de Ramallah en Cisjordanie, même si notre coeur penche plutôt pour l'arak Sabat de Bethléem. Mais ce dernier étant encore plus rare de la Romanée-Conti par nos contrées, on a sorti le cousin. On en reparlera.

8.JPG

Avec les cigares du Nicaragua (marque Cumpay, module de taille modeste : je ne suis qu'un débutant) trouvés via Guillaume Tesson, sortons un cognac de la famille Estève. Le Très Vieux Cognac de la Propriété, c'est un assemblage de cognacs de 1950, 1968 et 1970. Je tiens tout cela, bouteilles et conseils, de la bouche de Jacques Estève, rencontré à Paris il y a quelques mois. Un cognac hors du temps, rond, apaisant... Un moment d'exception et ce n'est pas Christian Bétourné qui devrait dire le contraire (enfin, j'espère...)

9.JPG

La nuit fut douce. Le lendemain midi, réveil au Quattuor de Drappier. Je pourrais faire mon chieur et asséner la même critique que sur le De Gaulle : on aurait dû l'attendre un peu. Mais on est déjà sur un truc grandiose. Pareil, j'en ai déjà beaucoup parlé : pour plus de détails, c'est ici.

10.JPG

Arbalète et Coquelicots, le petit dernier de Jean-Baptiste Sénat (le vigneron naturel qui vient de gagner un 94 chez Parker...). 70 % grenache, 30 % cinsault et une mise en bouteilles un jour "fruit" donnent justement un jus de fruit relevé. A près de 15 autour de la table, ça part vite, vite, vite... (le saumur-champigny en arrière-plan, on ne l'a pas ouvert).

11.JPG

Voici un des poids lourds de ce week-end. Quelqu'un l'a-t-il reconnu sur la photo ? Une chose est sûre : c'est du vin naturel (vignes conduites en bio, non filtré, non collé, peu de soufre) mais ça, je ne l'ai appris que le mois dernier. Le producteur ne communique pas trop là-dessus, il préfère parler de l'élevage de 7 ans. Cette bouteille, dans un millésime plus ancien (1997) m'a fait comprendre il y a de cela 9 ans que le vin pouvait être terriblement bon. Etudiants à Toulouse avec Thomas et Olivier, nous sifflions très raisonnablement les cochonneries de Nicolas ou de la supérette d'en-bas. Raisonnablement, car ce n'était pas très bon, on en convenait déjà un peu et donc pas besoin d'en boire des litres. Jusqu'à cette bouteille apportée un soir par Olivier. Tous les trois étions sur le cul et, à partir de ce moment, nous n'avons plus regardé le vin de la même façon.

12 bis.JPG

Pour nous c'est un mythe mais c'est aussi un mythe pour beaucoup d'autres buveurs. C'est le Château Musar, ici en version 1999. Oui, il y a 9 ans, c'est un vin libanais qui m'a fait comprendre combien le jus de raisin fermenté pouvait être grandiose. Pour rendre la pareille à Olivier, je lui ai retrouvé une bouteille de Musar. C'est d'ailleurs assez difficile à dénicher, si quelqu'un a des pistes pour en acheter d'autres... Le 1999 est incroyablement frais, le bois n'est pas envahissant, les tannins fondus, la bouche ample, même s'il est plutôt court (ce n'est pas forcément un défaut). C'est un domaine rare.

12.JPG

Difficile de passer sur autre chose, alors allons faire un tour de vélo. Jusqu'à l'apéro du dimanche soir et le rully 1er Cru les Margotés (domaine de Bussière) dans sa version 1987. Lui aussi est loin d'être mort, il n'a aucun défaut radical même si évidemment, il a pris un coup de vieux. Servi un peu frais aussi au départ pour voir s'il avait du répondant ensuite : réponse positive.

13.JPG

Allez, une beauté. Le tavel 2009 d'Eric Pfifferling apportée par Nico. Autant le dire tout de suite, je considère que c'est l'un des meilleurs vins au monde. Est-il vraiment raisonnable de l'ouvrir quand on est autant à table ? Pourquoi ne pas se la garder pour soi ? Comment ça, faut partager ?

14.JPG

Enfin, pour clore le week-end et mes parties de ping-pong perdues, retentons le Quattuor de Drappier. Il est bien plus ouvert qu'à midi, on lui a laissé le temps de se reposer après l'ouverture, ça joue beaucoup. L'un des meilleurs champagnes qui existent.

15.JPG

14 juillet 2011

Hélène, les garçons et l'andouillette

Pour le 31ème anniversaire d'Hélène, rendez-vous est pris avec Olivier et Thomas chez Racines. Depuis le temps qu'il fallait le faire ce resto... Niché dans le passage des Panoramas, l'ancien repaire de Pierre Jancou, avant qu'il ne parte ouvrir Vivant, n'a rien perdu de ses vins naturels. Pour commencer, champagne ! Agrapart, cuvée Les 7 crus. Le chardonnay rend évidemment la chose très classe et le dosage de 7 grammes n'est pas du tout embêtant, même si on est désormais habitué à l'extra-brut. C'est droit, plein, le champagne de fête. Unanimité...

IMG_2635.JPG

Pour l'accompagner, burrata ou soupe verte au tourteau. C'est frais, les morceaux de carapace dans la soupe le prouvent, et bien bon mais il n'y a tout de même pas de quoi se pâmer.

IMG_2630.JPG
IMG_2632.JPG

Là où il y a de quoi se pâmer, c'est quand on passe à l'andouillette servie par la maison. Elle arrive de Sainte-Savine, à côté de Troyes. L'immense artisan qui est derrière s'appelle Daniel Thierry. Première chose, aucune odeur désagréable caractéristique de l'andouillette. C'est presque décevant mais cela permet de plonger dedans sans le sourire narquois des autres convives. Deuxième chose, elle est pochée et non pas grillée : quelle douceur, quelle cuisson ! Mention supplémentaire pour l'écrasé de pommes de terre absolument sublime... C'est le plat le moins cher de la carte, 17 euros : ruons-nous dessus ! Enfin, dernière chose : elle est belle ! Oui, cette andouillette m'a tapé dans l'oeil. Au lieu de nous bourrer le mou avec ses poires ou ses pommes, Cézanne aurait mieux fait de peindre une andouillette. Quel philosophe génial osera nous gratifier d'une "Esthétique de l'andouillette" en trois tomes ?

IMG_2642.JPG
IMG_2643.JPG

De son côté, Hélène préfère s'exciter (à raison) sur la poularde et les légumes d'Annie Bertin.

IMG_2639.JPG

Pour accompagner le plat, le pinot noir de Loire La Pierre aux Chiens 2010 de Christian Venier est un poil trop léger et trop jeune ce soir, dans la chaleur ambiante.

IMG_2638.JPG

Fromage, maestro !

IMG_2646.JPG

On cherchait enfin un rouge pour finir sur une note puissante mais pas trop rude non plus. J'ai vu une étiquette et j'ai fait le test : j'ai dit "Occhipinti !" et Olivier a tout de suite réagi à la manière d'un vieux slogan publicitaire : "Occhipinti ! Oh oui !" Un genre de réflexe pavlovien quand il entend ce nom de domaine sicilien. Du rouge, du rouge, du rouge, mais pas du trop lourd. Siccagno 2007 à base du capage sicilien, le nero d'avola : ou comment le vin devient sexy... Arianna Occhipinti y est pour beaucoup.

IMG_2645.JPG

Racines8 passage des Panoramas, 75002 Paris, 01 40 13 06 41. A peu près 60 euros par tête, mais on n'a pas pris les pinards les moins chers.

Ne jamais se fier aux apparences

La capsule laisse penser que ça va pétiller, le dessin presque enfantin que ça va être sucré, la couleur du jus que ça va être assez léger et on voudrait croire que l'ensemble sera assez vite oublié, comme un vin d'été. C'est tout l'inverse. Aucune bulle, très peu de sucre résiduel, un vin présent et finalement, une bien belle bouteille, plus complexe qu'un rosé à la con.

IMG_2654.JPG
IMG_2655.JPG
C'est le rosé de Sylvain Saux au domaine Péchigo, dans l'Aude et plus exactement à Malras.

18:04 Publié dans Sud-Ouest sympa (pléonasme) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pechigo, rosé, sylvain saux, aude | | |  Facebook

12 juillet 2011

Quand Antonin casse certains de nos rêves...

Notre cher Guide nous a convié chez lui un soir de juillet. Dans le XIIe arrondissement de Paris dorment de belles quilles chouchoutées par Antonin. A la fin de la lecture de l'article, certains penseront peut-être à aller y faire un fric-frac : je donne l'adresse, le code et l'étage au plus offrant...

IMG_2604.JPG

Thème de la soirée, le rouge. Avec plein de rouges. Sept bouteilles patientent sagement devant les yeux impatients d'Emilie, Eva, Samia, Stéphanie, Frédéric, Laurent et moi.

IMG_2605.JPG

Première bouteille. Nez et bouche très légers : une macération carbonique ? Un beaujolais ? Non, plus lourd, plus d'alcool. Pas un pinot non plus. Léger, poivré et plus généralement épicé, j'ai même noté "cacao". Puisqu'Antonin nous demande de mettre des notes, allons-y : 15/20 soit un vin particulièrement bon et savoureux selon la typologie Vindicateur. C'est quoi, c'est quoi ? Premier cri d'orfraie de la soirée : j'ai été incapable de reconnaître un domaine que je connais pourtant très bien, Les Foulards Rouges de Jean-François Nicq. Cuvée Glaneuses, 70 % grenache, 30 % syrah. Voilà que ça commence bien cette dégustation... Prix caviste : 13 euros.

IMG_2614.JPG

Deuxième bouteille. Là, j'en suis sûr, le nez est caractéristique d'un vin naturel. En bouche, quelques tannins adoucis et une première impression : "c'est super bon !" On n'est pas plus avancé... Je crois deviner un Languedoc. En tout cas, il vaut bien ses 16,5. Entre le très bon vin et le vin délicieux. Alors ? C'est un corbières naturel, l'Alternapif 2008 du domaine Les Sabots d'Hélène (Alban Michel). Antonin adore et il a raison. Prix caviste : une dizaine d'euros.

IMG_2615.JPG

Ouh là, là, tout ce vin naturel ce soir... Troisième bouteille. Oui, j'ai entraperçu l'étiquette au moment du service. Mais pour moi, ça se devine très fortement au nez et à la bouche : c'est un pinot noir bourguignon. C'est trop léger, ça s'arrête net mais j'adore ça. Alors zou, 16. Regoûté une heure après, il a perdu de son intérêt, une partie de son fruit s'est évaporé. Allez, 15. Vin particulièrement bon. Là, je me dis aïe, car j'ai vu l'étiquette et c'est Henri Gouges aux commandes. Tu me diras, 15/20 pour un bourgogne générique c'est pas si mal. Quoi ? Comment ça c'est pas un générique ? C'est un nuits-saint-georges ? Ah ben merde alors... Quoi ? C'est un Premier cru ? Tu déconnes ? Quoi ? C'est le Premier cru les Saint-Georges 2004 ? Ah ben merde de chez merde, parce que franchement c'est beaucoup trop court pour une appellation aussi prestigieuse. Parfois la dégustation à l'aveugle, ça ne pardonne pas. Parfois... Prix caviste, aïe : 80 euros.

IMG_2617.JPG

Quatrième bouteille. Whaou... Fin, long et de très beaux amers. On est encore en Bourgogne mais c'est clairement quelques crans au-dessus. On dirait bien que ça vaut 17 (vin délicieux, complexe et très charmeur à la fois), voire 18 (grand vin, excellent et mémorable) une heure plus tard tellement on gagne en complexité. Allez dis Antonin, c'est quoi ? Rien de moins que le latricières-chambertin du domaine Trapet, version 2006. Alors là, merci... Mais fallait nous dire qu'on allait boire des trucs comme ça ce soir : on se serait lavé, on aurait repassé nos chemises ou mis un tailleur. Trève de plaisanterie, c'est exquis. Prix caviste : 80 euros, rien à voir avec le précédent.

IMG_2619.JPG

Cinquième bouteille. Et ouais, après le Trapet, on n'en est qu'à la cinquième bouteille, ça promet. Alors là, c'est boum-boum : un nez absolument hallucinant, je ne sais pas si j'en ai déjà rencontré de tels. C'est un nez à la Usain Bolt : on n'arrive pas à le suivre. Et ça part dans tous les sens, ça évoque plein de choses, de parfums, d'arbres... La bouche a donc du mal à suivre : ce qui est sûr, c'est que le goût est plus rude (élevage) que précédemment. Va pour 16,5. Regoûté une heure plus tard, il a terriblement grandi : la bouche est incroyablement longue, mais aussi massive. Se révèle un très, très grand vin, de ceux qu'on ne boit pas tous les jours évidemment. Avec la complexité folle du nez, je l'avoue, j'ai mis 19 (vin exceptionnel, expression rare et géniale de son appellation). La Grande Rue 2002 du domaine Lamarche, un des grands noms de Bourgogne. Nouveau cri à l'évocation de ce climat aussi mythique... Prix caviste : un peu plus de 150 euros.

IMG_2620.JPG
Qu'il est bien situé ce climat La Grande Rue : on ne le voit pas bien sur la photo, mais c'est entre La Tâche et La Romanée-Conti. Sympas les voisins...
IMG_2621.JPG

Sixième bouteille. Urgh... C'est quoi ça ? Antonin, t'es pas cool : tu nous excites avec des bouteilles incroyables et là, tu nous fais dégringoler de plusieurs étages. Les palabres commencent : bouchon défectueux ? Amertume classique ? Problème de conservation ? Pourtant, on sent qu'il pourrait y avoir un truc pas mal dans le verre. Ah non, c'est la sève... C'est âpre au possible. Après le précédent, il rame sévère. Je relis mes notes : j'ai mis 14 (vin tout juste bon) avec cette phrase "ça vaut 10 euros". Petit problème : c'est le château Haut-Brion 2002. Des cris effarouchés dans l'assistance, des injures, des poings levés, des "mais-c'est-quoi-ce-cirque", des "mais-tu-t'es-fait-refiler-une-bouteille-contrefaite", on commence à fomenter des révolutions, on en vient à se poser des questions sur l'avenir de nos blogs ou le sens de la vie plus généralement... Cette bouteille sans intérêt relève du mythe que nous voulions tous goûter, au moins une fois dans notre vie : tout de même, Haut-Brion, ça fait rêver un minimum. On aurait aimé adorer, dire que c'est génial, que c'est une apparition divine... Mais on ne va pas faire semblant. Et même, on a l'impression d'avoir été dépossédé d'un joli rêve. Ah bien sûr, on sait que ces grands crus ne valent pas forcément les euros nécessaires à leur achat ; mais qu'un grand vin puisse être aussi petit... On le savait déjà, on en est désormais sûr grâce à l'observation empirique : mieux vaut se concentrer sur les "petits" vins qui, eux, ont vraiment le potentiel des grands. Et comme quoi, il n'y a pas que le vin naturel qui puisse tourner au pré-vinaigre. Prix caviste : autour de 350 euros. Si, si...

IMG_2622.JPG

Septième et dernière bouteille. Forcément, on a un peu peur. Tiens, ça aussi c'est Bordeaux. Oui mais lequel ? Antonin ne nous ayant pas servi de pipi de chat pour finir, c'est forcément Laffite, Mouton ou Petrus. C'est assez bon, mais d'un classicisme extrême : 15,5 et je vais même monter jusqu'à 16 (très bon vin). Gagné ! C'est Mouton-Rothschild 2002 ! Franchement ça va, mais ce n'est ni à la hauteur de la réputation de Mouton, ni à la hauteur de son prix (400-500 euros). Pareil, on ne va pas faire semblant. Déception moindre que pour la bouteille précédente, mais déception là aussi.

IMG_2628.JPG
On est totalement désarçonné par la différence abyssale entre la réputation des domaines et la réalité des breuvages. Nous faisons les comptes. Le gagnant de la soirée est bourguignon : La Grande Rue 2002 de Lamarche avec 16,75/20 de note moyenne (sans doute grâce à mon 19). Il bat d'une courte tête le latricières-chambertin de Trapet (16,62). Sur le podium, un vin naturel ! L'Alternapif arrive troisième et décroche 15,96 pas très loin des Foulards Rouges ex-aequo avec Mouton-Rothschild 2002 (15,92). Le résultat est à peine croyable... Le nuits-saint-georges Premier cru d'Henri Gouges arrive péniblement à 15... Et la surprise de la soirée n'est en fait qu'une confirmation : Haut-Brion 2002 ferme la marche avec 14,63...

Conclusion. Ils n'ont pas l'air cons les grands crus avec leurs notes pourries et leurs prix qui correspondent au loyer mensuel d'un studio parisien. Bien évidemment, tout cela n'est que subjectif, notamment le système des notes. Mais on ne peut pas nier le fait qu'il se dégage quelque chose de cette dégustation. A l'aveugle, les grands crus se font exploser par des vins à 10 euros. Le plaisir (quand il y en a) n'est certes pas le même, les consommateurs non plus et je ne plaide pas pour que les vignerons fassent exclusivement des vins à 10 euros. Par contre, certains devraient se poser des questions.

Même si je suis persuadé de la justesse de cette dégustation, je sens que les critiques ne vont pas tarder à fleurir. Je les devance :

- "Qui sont ces jeunes cons à qui on a servi du caviar à la louche ?" Nous étions sept : des filles, des hommes, des mecs en chemises, d'autres en ticheurte, des filles en tailleur, des brunes, une blonde, des types pas rasés, des vingtenaires, des trentenaires... Et tous, nous sommes d'accord avec le verdict final. Personne ne s'est écrié "Haut-Brion, c'est du génie en bouteille !"

- "Vos palais sont trop jeunes, vous n'avez pas compris ces vins !" Jeunes ou expérimentés, les palais n'aiment pas le vin qui sent la sève ou la rafle à plein nez. Pour le vinaigre, voyez du côté de Banyuls, pas de Bordeaux.

- "Il aurait encore fallu attendre ces vins !" Et puis quoi encore ? Y en a marre de cette rengaine... Un bon vin, c'est bon jeune, c'est bon vieux. Il y a des primeurs de bordeaux qui sont exceptionnels quand on les goûte au fût. Alors si 9 ans après le pinard n'est pas près, ne comptez pas sur moi pour poireauter.

- "Vous êtes tombés sur un Haut-Brion défectueux". Peut-être. Ce qui voudrait dire que pour Mouton ou Gouges, c'est pareil ? Et que les deux vins naturels (notés à leur juste niveau) étaient normaux ? Les bouteilles ont été bien conservées et bien ouvertes, on n'a pas fait n'importe quoi non plus.

- "De toute façon, vous préférez la Bourgogne !" Réponse personnelle : oui ! Et de loin ! On trouve encore des nuances et une complexité qui n'existent pas (plus ?) vraiment à Bordeaux.

- "Et puis vous êtes de jeunes bobos parisiens... C'est normal, vous préférez le vin naturel". Oui, sans doute. Mais j'aime aussi la Romanée-Conti ou La Grande Rue de Lamarche, surtout dans un millésime comme ça. N'oublions pas que le vin, c'est aussi du plaisir.

- ... si vous avez d'autres critiques, je suis tout ouï.

Dernière chose : on n'a pas condamné définitivement ces grands crus inabordables. Un jour ou l'autre, on les goûtera à nouveau. Mais ça fait un peu mal au postérieur... Reste à remercier Antonin pour nous avoir ouvert sa cave personnelle et pour avoir contribué à la formation de nos goûts. Promis, on t'en veut pas d'avoir casser un ou deux de nos rêves viniques...

09 juillet 2011

Avec ces alcools, la fête est plus folle !

Pour une grosse teuf à la maison avec une quinzaine de personnes, on n'est pas obligé de sortir le Dourthe, ni les petites récoltes de Nicolas ni d'autres vins de supermarchés. On peut aussi bien faire les choses, choisir des vins "dont les raisins sont issus de l'agriculture biologique" ou tout simplement quelques vins dits naturels qui ont la particularité d'être délicieux... Et puisqu'il y a ici moins de soufre que chez Carrefour, Auchan ou Franprix, on va limiter le mal de crâne le lendemain. Encore une chose, le prix : on va sortir quelques bouteilles bien sympathiques mais on ne va pas non plus tabler sur Selosse pour toute l'assemblée... Il y a donc un petit secret pour ne pas se ruiner.

Pour s'exciter les papilles, plutôt qu'un champagne bas de gamme qui me bouffe l'oesophage, misons sur Atmosphères, le muscadet pétillant de Jo Landron. C'est parfumé, la bouteille a de la gueule et les bulles ça en jette.

IMG_2593.JPG

Le rosé 2010 d'Hervé Villemade, très léger, n'a pas remporté les suffrages que j'espérais. Je suis un peu déçu donc. On le goûtera à nouveau et plus au calme.

IMG_2599.JPG

Autre perle, le rosé de Gaillac de Phillipe Maffre (Bois Moisset). Joli bonbon bien sec mais plein d'amour. Une belle bouteille, y a pas à dire.

IMG_2598.JPG

Transition avant les rouges. Un magnum de Boire Tue de Pascal Simonutti. Evidemment l'étiquette interpelle (le vigneron est le roi de la provoc) mais le contenant aussi. Le pineau d'aunis à son paroxysme : léger, fruité, gouleyant, vif, dégraissant, digeste, rafraichissant... Le vin parfait pour les grandes fêtes. Sauf que le magnum se vide trop vite.

IMG_2710.JPG

L'une des bouteilles de la soirée, le Château Falfas 2006 en Côtes de Bourg. Mais oui, il ne faut pas hésiter à sortir le bordeaux quand on y croit : ici, c'est du biodynamique tout de même. J'avoue que, même si j'y croyais, mes idées reçues étaient assez fortes et j'ai mis un peu de temps avant d'y glisser le nez. C'est un vin extrêmement classe, très pointu, pas lourd du tout et bien piquant. Je peux même avouer que je l'ai acheté au Repaire de Bacchus et que j'irai en acheter à nouveau.

IMG_2592.JPG

Enfin, un petit secret pour étancher la soif des convives à moindre prix. Ce n'est pas très compliqué, il suffit de suivre les recettes éculées. A savoir un petit cubi de blanc égayer toute la soirée. Oui, oui, du cubi et pas du tord-boyaux... ça existe ! Il suffit d'aller chez un caviste de très grande qualité (Les Papilles, rue Daguerre, dans le XIVe) et de dégoter 5 litres du sauvignon 2009 d'Hervé Villemade pour une trentaine d'euros (6 euros le litron donc, aussi cher que le pinard dégueu de la supérette). Sauvignon pur, un vin plus classique que les autres cuvées du maître et sans doute un peu plus de soufre pour la conservation. C'est assurément excellent : si tous les bistros nous servaient ça au lieu d'un improbable sauvignon de comptoir, Paris aurait un peu plus le moral. Par contre, les préjugés ont la vie dure : les gens autour de moi rechignent à goûter à ce vin sorti d'un carton dans le frigo. Et puis une fois dans la bouche, tout le monde veut être reservi. La preuve que le vin en cubi, ça peut être terrible...

IMG_2712.JPG

Les Deux Amis : ça swingue dans l'assiette

Retour aux Deux Amis neuf mois après mon premier repas. Je n'ai aucune excuse, c'est en bas de chez moi, je devrais donc y aller plus souvent : mais voilà, le côté hyper branché m'en éloigne un peu. Il y a neuf mois c'était l'automne, aujourd'hui c'est l'été et ça se sent dans l'assiette. Le samedi midi, il n'y a désormais plus de plat, seulement des tapas (de 3 à 8 euros). Gazpacho de betteraves gouleyant.

IMG_2579.JPG

Burrata bien crémeuse avec un petit poisson fumé. Assemblage incongru.

IMG_2580.JPG

Saumon mariné (dans un mélange de sel et de sucre pour qu'il rende son eau) sur un risotto aux oignons exigeant. Et bluffant.

IMG_2581.JPG

Et avec ça ? Un coup de blanc ? J'aurais dit oui, mais là je penche plutôt pour un rouge léger. Le P'tit Rouquin d'Olivier Lemasson (Vins Contés). C'est le gamay issu de vignes d'une quarantaine d'années : ferme et fondant, terriblement parfumé, il me fait vraiment une grosse impression. A 7 euros la bouteille chez le caviste, c'est vraiment une affaire.

IMG_2582.JPG

En dessert ? Ricotta, abricot, framboises. Vu comme ça, on s'était dit que c'était juste pour finir sur une note sucrée. Après la première bouchée, on se prend une belle claque. Le dessert part dans tous les sens : abricot assez mûr, framboises acidulées et ricotta travaillée à la vanille avec un peu de croquant sur le dessus. Et on a fait mariner le tout dans quelques gouttes d'huile d'olive... C'est absolument terrible, l'un des meilleurs desserts de l'année.

IMG_2583.JPG

Aux Deux Amis45 rue Oberkampf, 75 011 Paris, 01 58 30 38 13.

08 juillet 2011

Saint-Bojo, priez pour nous

Le beaujolais-villages 2009 du vinificateur itinérant Cyril Alonso (P-U-R), je l'ai bu deux fois en quelques jours. La première, à la maison : il lui a fallu une journée pour retrouver ses arômes. Il était un peu assoupi ou bien ne voulait-il pas se livrer tout de suite, à la manière d'autres beaujolais 2009 qu'il faut savoir appréhender... Après une petite journée d'ouverture, ouf, on retrouve le raisin caractéristique. La seconde fois, à la Cave de l'Insolite (quelques semaines avant sa fermeture), il m'a tout de suite explosé à la face. Fruit, buvabilité, classe. "Au nom du vice, du verre et du vin d'esprit". Oh oui, amène !

IMG_2570.JPG

Bien sûr que ça n'intéresse qu'elle, mais j'annonce que ma mère devrait récupérer quelques quilles de Osez, osez Rosé Fine... Et oui, les vins de P-U-R voyagent jusqu'à Metz. La mission civilisatrice continue !

11:49 Publié dans Beaujolais joli | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cyril alonso, p-u-r, beaujolais, cave de l'insolite | | |  Facebook

07 juillet 2011

Deux superbes rouges

J'ai du mal à suivre les saisons du vin. Alors que le bon goût classique exigerait le contraire, il faut dire qu'en hiver je suis plutôt petits blancs et grands rouges en été. Ce soir, chez Vindicateur, deux très très belles bouteilles. J'ai enfin goûté au Trévallon 2005. Un nez transcendantal. Forcément, il fallait des couilles à la bouche pour que les papilles soient au niveau : un poil moins réussie, cette bouche. Peut-être ai-je vraiment un souci avec le cabernet-sauvignon ? (cette grande cuvée rouge étant mi-cabernet, mi-syrah). Mais c'est vraiment une très belle bouteille. Incroyable jeunesse, elle est d'une fraîcheur incroyable et peut sans doute patienter quinze ans sans souci. Un grand vin et une première très belle rencontre avec ce domaine.

P1190853.JPG

Autre bouteille remarquable, le Clos Syrah Léone 2002 du domaine Peyre Rose en Languedoc. Une force formidable, un joli velouté. Grande classe bio.

P1190857.JPG

06 juillet 2011

Les Fines gueules un mercredi

A quatre jours d'intervalle, retour aux Fines Gueules avec Olivier cette fois. On va y passer un peu plus de temps. Ouvrons le bal avec le bourgogne aligoté des De Moor. Mais pas n'importe quelle cuvée : une bouteille que je ne connaissais pas du tout, la Plantation 1902. J'ai trouvé que c'était plus dur, moins cajoleur que les autres cuvées du couple. Mais plus classe. Oui, classe et aligoté dans la même phrase, c'est possible. Une découverte en tout cas.

IMG_2548.JPG
IMG_2547.JPG

Planche de charcuterie bien enveloppée. Il y a du répondant jusque dans la moutarde. Mention spéciale aux tranches de magret fumé.

IMG_2554.JPG

Avec le temps, va tout s'en va. Même les plus chouettes souvenirs, ça t'as une de ces gueules... Certes, mais quand Edouard Laffitte est aux commandes, on boit pour se souvenir justement. Je n'ouvre pas assez de quilles du domaine du Bout du Monde, comme si c'était déjà devenu un "classique". Ce 2007 (du carignan en macération carbonique si j'ai bien suivi) prouve que les jolis vins naturels peuvent se garder une paire d'années (et bien plus). Edouard Laffitte fait partie de ces vignerons qui redonnent ses lettres de noblesse au Roussillon souvent mal aimé.

IMG_2553.JPG

Et on mange quoi ? Olivier opte pour du veau dans un jus aux truffes, avatar de mon plat de samedi dernier.

IMG_2558.JPG

Cap sur le fameux tartare et ses pommes grenailles (17 euros, le plat le moins cher de la carte). Pour un bon tartare, il faut évidemment de la viande de premère qualité (ici de chez Hugo Desnoyer) et un bel assaisonnement. Le plus, c'est de glisser des copeaux de parmesan entre les morceaux de viande. Sans contestation possible, c'est le meilleur tartare dégusté à Paris.

IMG_2557.JPG

Petite assiette de fromages. C'est toujours très, très cher une assiette de fromages dans les restos. Chez les bons fromagers aussi d'ailleurs. Le fromage est le nouveau produit de luxe. 10 euros, il faut vraiment que ça dépote. Le reblochon joue ce rôle : on dirait qu'il a été oublié dans la cave. Terrible longueur en bouche. N'espérez pas aller draguer après.

IMG_2561.JPG

Les Fines Gueules, 3 rue Croix des Petits Champs, 75 001 Paris, 01 42 61 35 41.

Putain, ça fait chier !

Le thème des Vendredis du Vin de ce mois de juillet ("cet été n'abandonnez pas votre caviste") prend une tournure toute particulière pour moi. L'affaire couvait depuis quelques mois et on peut désormais en parler librement.

Michel Moulherat va fermer sa Cave de l'Insolite, rue de la Folie-Méricourt, à Paris. Voilà, c'est dit. Comme un sparadrap qu'on retire d'un coup sec, le dire sans trop de précaution me semble plus facile. Je ne vais pas faire ici faire de longues tirades. Mais Michel, pour ceux qui ne le connaissent pas, c'est l'honnête caviste, comme jadis il y avait l'honnête homme. Le site Vendredi Matin en fait d'ailleurs une belle présentation en vidéos. Bien sûr, j'en ai déjà moi-même pas mal parlé : un repas ici ou un repas mon trentième anniversaire, une "rencontre orgasmique" avec les copains-bloggeurs... Et des bouteilles achetées au hasard et souvent avant d'en rendre compte sur ce blog.

Les raisons de cette fermeture ? Il y en a plein, mais retenons celle qui a aussi entrainé la fermeture de la cave de Sébastien à Moulins-les-Metz : nous vivons dans un système avide d'argent et de nourritures standardisées (le premier entraîne le second). Même les meilleurs ne peuvent pas résister. Mais Michel n'est pas triste, attention : une nouvelle page va s'écrire. Ailleurs. Dans la bouche des habitués ou des récents convertis revient pourtant une expression peu amène : "Putain, ça fait chier !" Bonheur dans notre malheur, on ne va pas voir une énième boutique de fringues s'implanter dans le quartier : Armand et Axel, deux frangins passés par les bonnes maisons du XVe arrondissement de la capitale (L'Os à Moëlle, Le Beurre Noisette) vont reprendre la baraque et évidemment, on leur souhaite bon vent. Quant à Michel, rendez-vous pour la der des der, le 30 juillet, pour un "Salut Légionnaire !" Punto e basta.

IMG_8020.JPG

08:00 Publié dans Bonnes adresses parisiennes | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : cave de l'insolite | | |  Facebook

05 juillet 2011

Mais d'où leur vient cette infinie douceur...

1.JPG

Nicholas Sikorski parle autant de langues qu'il existe de cuvées de Nikka. Français, anglais, japonais, coréen... Ce spécialiste du whisky japonais travaille à La Maison du WhiskyStéphanie et moi avons eu droit à un cours privé à l'étage de la boutique du carrefour de l'Odéon. Un moment rare.

2.JPG

Stéphanie a déjà raconté la petite histoire de NikkaMasataka Taketsuru est envoyé en Ecosse en 1919 pour étudier la chimie. Les atomes crochus, ce sera surtout avec une prénommée Jessie (surnommée Rita) qu'il les travaillera avant de prêter main forte à une distillerie de whisky. A son retour au Japon, il crée successivement plusieurs distilleries dont celle de Yoichi en 1934. Aujourd'hui, Nikka est la marque emblématique du whisky japonais. Autour de moi, j'ai l'impression qu'on est passé du "si, si, ça existe..." au "ah oui, je connais, c'est bon d'ailleurs". Pour Nicholas, ce n'est ni la mode ni le film Lost in Translation qui ont fait la réputation de ce breuvage et de Nikka en particulier : ça commence à prendre parce que ce sont avant tout de très bons whiskies. Bien sûr, la production est plus confidentielle que les grandes marques écossaises ou irlandaises.

3.JPG

Il y a aujourd'hui deux distilleries Nikka : celle de Yoichi, sur l'île de Hokkaido au nord de l'archipel et celle de Miyagikyo. Cette dernière se situe dans la région de Sendai frappée par le tremblement de terre puis le tsunami en mars dernier. Sur le coup, il n'y a eu quelques dégâts minimes. Quant aux conséquences de Fukushima, Nicholas se veut aussi très rassurant. En parcourant l'histoire ancienne et plus récente de Nikka, il nous sert quelques centilitres des 6 cuvées à goûter aujourd'hui.

4.JPG

Commençons par la gamme pure malt Taketsuru, qui porte le nom du fondateur de Nikka. Ils proviennent chacun d'un assemblage (blend) des deux distilleries Nikka. Le 12 ans (40°) me semble particulièrement fruité et léger, à l'image de certains whiskeys irlandais que j'affectionne. Il est très, très facile d'accès.

5.JPG

Le pure malt Taketsuru 17 ans (43°) est vieilli en fût de sherry d'où sa robe plus foncée. Plus classique et toujours aussi peu agressif. Revient alors le couplet qu'on entend parfois : "vraiment, le whisky Nikka, c'est un whisky pour les femmes". Je ne suis absolument pas d'accord : ce n'est pas parce que je suis un homme que je ne recherche pas des choses légères et fruitées, à plus forte raison quand on dépasse 40°. Il y a un imaginaire yankee qui nous fait croire que le bourbon bien corsé c'est pour les vrais mecs. C'est aussi idiot que de dire que les femmes préfèrent le vin blanc : autour de moi, elles préfèrent le rouge à 80 %.

6.JPG

Le pure malt Taketsuru 21 ans (43°) possède une complexité exceptionnelle. J'y trouve les arômes de vin jaune (à la Michel Couvreur) et des senteurs plus asiatiques (encens, bois précieux...) mais le tout sur une très grande finesse. Là encore, on n'est pas du tout dans le démonstratif : le nez d'ailleurs, très ample, parle tout seul. Elu plusieurs fois meilleur pure malt au monde.

7.JPG

Voyons maintenant le travail de chacune des distilleries. La première : Miyagikyo, celle qui n'est pas très éloignée de Sendai. Son single malt 10 ans (45°, en échantillon ou en bouteille) est très charmeur, très simple sans être simpliste. Sa finesse va être explosée par le suivant.

8 a.JPG
8 b.JPG

Place à la star, le single malt 10 ans (45°) de la distillerie Yoichi. Celui que j'ai rapporté de Tokyo puis de Séoul il y a quelques années. C'est terriblement plus rustique, plus fort que le précédent. Le feu de l'alcool est bien plus présent mais après la seconde gorgée (ben quoi ? on profite...) l'incendie se calme et la bouteille gagne en noblesse. C'est le whisky Nikka auquel je suis le plus habitué mais après avoir goûté les autres, j'avoue ma préférence pour plus de légèreté. Tout change et c'est heureux. Attention, je dis "fort" mais on n'est pas non plus dans le distillat intorchable : c'est une puissance noble.

9.JPG

Enfin, dernière quille ouverte, le Nikka from the Barrel. Une sacrée réussite et peut-être ma cuvée préférée aujourd'hui. Voici un blend affiné en fût de bourbon à partir des deux single malts de chaque distillerie et d'un whisky de grain qui adoucit les précédents. Immensément long en bouche, un côté fruité qui n'enlève pas la marque de l'élevage : tout s'équilibre malgré 51,4° au compteur. Et on ne devrait pas dire ça car il n'y a aucune influence sur le goût, mais le design de la bouteille est particulièrement élégant.

 

10.JPG

En réalité, des cuvées Nikka, il en existe une multitude. Il suffit de descendre au rez-de-chaussée et de baver sur la masse de bouteilles. Des opérations spéciales, des millésimées, des spéciales millésimées... La liste est assez longue.

11 b.JPG

Au sous-sol, nous jettons un coup d'oeil sur les autres spiritueux (arak, calvados, vodka, gin, saké...) à chaque fois choisis pour leurs qualités gustatives. Ces bouteilles sont souvent introuvables ailleurs, LMDW en étant parfois l'importateur exclusif. Revenus à l'étage, nous poursuivons la discussion sur les méthodes de travail de Nikka : dans la distillerie Yoichi, on continue à chauffer les alambics au charbon lors de la première distillation. N'ayant pas l'uniformité d'un autre mode de chauffe, la flamme modèle le distillat et exalte les parfums. Un peu comme une pizza au feu de bois... Nicholas nous glisse aussi le nom de Ichiro Akuto qui essaie de lancer son whisky 100 % japonais (des céréales au chêne pour les fûts de vieillissement) alors que souvent, rien que la matière première arrive de l'étranger. Question accords mets-whisky, nous réfléchissons aux crevettes sur les bouteilles les plus fines ou au whisky vieilli en fût de sherry sur une viande rouge...

11 c.JPG

On mesure la chance qui est la nôtre à deviser des mérites au demeurant assez peu connus du Japon en matière de whisky. Jusqu'au moment où Nicholas reprend les choses en main : "ici c'est La Maison du Whisky, mais on veut se démarquer de cet esprit whisky et montrer qu'il existe d'autres spiritueux. C'est pourquoi cette boutique à Odéon s'appelle LMDW Fine Spirits... Et tant qu'on est là, vous voudriez goûter quelque chose d'autre que du whisky ?" Ben tiens...

Première (nouvelle) étape. L'alcool blanc dans le verre me parle. En bon Lorrain qui n'y faisait pas trop attention, j'ai toujours mis un signe d'égalité entre kirsch et tord-boyaux. Ici, rien de tout ça. Cet alcool de cerises sauvages (ciliegie selvatiche) est gigantesque. Une fraîcheur, une ouverture, un fruit mais de l'amer aussi. Epoustouflant. C'est italien, ça vient de la région de Venise et notre homme s'appelle Vittorio Gianni Capovilla. LMDW dit qu'il s'agit de la meilleure eau-de-vie de cerise au monde : c'est certain.

14 a.JPG
14 b.JPG

Commence la série des mezcal Del Maguey. Des quoi ? Un cousin de la téquila obtenu par distillation d'un type d'agave, le maguey, qui diffère des agaves à téquila. On est au Mexique, au sud du pays, dans la région d'Oaxaca. Ce qui signifie que ce n'est pas du tout ma culture de spiritueux. On est loin du whisky, du kirsch ou de l'armagnac. Quoique...

Le mezcal, comment ça marche ? On coupe les agaves, on les cuit, on presse pour obtenir du jus qui va fermenter et on distille au feu de bois. Tout est fait de manière artisanale par des familles qui respectent des traditions plusieurs fois centenaires ; de plus, aujourd'hui beaucoup de mezcal sont certifiés bios. Arrive sur la table la crema de mezcal (40°) : certains vont être tentés par l'analogie avec la crème de whisky mais je les stoppe tout de suite, car la crème de mezcal c'est tout à fait buvable. En ajoutant du sirop d'agave au mezcal, on obtient un liquide qui tire sur le jambon fumé... sucré ! C'est complètement délirant sur mon palais de néophyte. Je suis tellement déconcerté que je n'ai absolument pas le droit de dire que ce n'est pas bon. Bien sûr, de prime abord, je pourrais le rejeter en disant que tout de même, le jambon fumé sucré c'est rude. Mais non, il y a une mâche particulière, une sentation de bien-être qui m'interpelle. Ce n'est pas parce que je ne connais pas et que ça ne ressemble pas aux canons de beauté qui sont les miens que ce n'est pas bon. Suis-je assez clair ?

15.JPG

La révélation arrive avec la version sans sucre dont je n'ai pas de photos. C'est le mezcal classique, ici 100 % Tobala (45°) : intense, profond, long et pointu. Le côté fumé rappelle de vieux pinots noirs, le Clos des Corvées 1999 de Prieuré-Roch pour ne citer que lui. Nicholas dit qu'il recherche de plus en plus cette cinquième saveur appelée umami au Japon : ni salé, ni sucré, ni amer, ni acide, c'est la sensation de ce qui est délicieux. A le voir servir et goûter le mezcal suivant, on se dit qu'il l'a trouvée au Mexique. Le mezcal Pechuga (49°) est un truc hors norme, difficile à raconter et à appréhender. Sans doute faudrait-il aller faire un tour sur place pour comprendre quelque chose : lors de la troisième distillation, on ajoute dans l'alambic du riz, des fruits et du blanc de poulet (pechuga). Les arômes sont d'une infinie complexité, ça part dans tous les sens : on est là encore désemparé. Fruits frais, moins de sensation de fumé, plantes vertes... Une longueur intermintable, une vraie suavité. Le résultat là aussi est immense. A la heuteur de sa rareté : 650 bouteilles par an.

16 a.JPG
16 b.JPG

Manquent à l'appel les photos du rhum de mélasse de l'archipel d'Okinawa (assez rustique) et du shochu Nakanaka (trrrèèès subtil). On savait bien que les spiritueux ne s'arrêtent pas au rayon d'un supermarché. Mais ici, on est ébloui par la classe de chaque bouteille que l'on soit familier du whisky ou novice en matière de mezcal. A l'étage nous dégustons le Japon, le Mexique, l'Italie, et au sous-sol nous lorgnons sur la vodka de Pologne, l'arak du Liban (dont un qui m'a particulièrement tapé dans l'oeil : l'arak El Massaya vieilli en amphore), le whisky d'Australie, la cachaca du Brésil, la liqueur de café du Venezuela, le rhum du Nicaragua... Aucune bouteille n'est choisie par hasard : chacune correspond à la volonté de mettre en avant un travail artisanal et la sauvegarde d'un patrimoine local. C'est un nouveau planisphère qui se dessine, à l'image d'une Carte du Tendre des spiritueux.

Ce petit tour du monde me fait penser aux voyageurs du (bon) goût qu'ils soient dénicheurs de cafés rares ou de vins inconnus Ou de musiques. Cette dégustation terminant sur l'Amérique centrale m'a fait penser à Bernard Lavilliers. Et à cette chanson sur (et avec) Cesaria Evora. Comme si, sous l'aspect brut de ces alcools, il n'y avait en réalité que de la finesse. Chacun titre à plus de 40° voire plus de 50° mais jamais l'oesophage ne plie, jamais l'estomac ne se recroqueville : c'est l'apanage des grands spiritueux que de procurer une puissante et noble caresse. Mais d'où leur vient cette infinie douceur... Reste à trouver un rhum du Cap-Vert pour accompagner la chanson.

Dernière chose. Cette dégustation a été organisée par l'attachée de presse des whiskies Nikka en France, je l'avoue. Pour moi, c'est assez rare : ce dot être la seconde fois en près de deux ans après La Bonne Franquette. Lorsque je suis sûr du produit, je n'ai pas de scrupules. Je n'ai jamais défendu les "petits" vins de Bordeaux qui veulent faire "djeun's" avec leurs apéros, ni une coopérative qui travaille mal ou un mastodonte de l'empaquetage de tomates sans goût. Et j'ai encore moins de scrupules quand cela permet de faire de belles rencontres.

22:23 Publié dans Salons et autres dégustations | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : whisky, nikka, japon, italie, mexique, mezcal, kirsch, eau-de-vie | | |  Facebook

J'ai mal, c'est bon...

photo (3).JPG

Plutôt que le hors-série Vins de l'Express qui a déchaîné les passions il y a quelques semaines, je préfère me vautrer dans la lecture de Fluide Glacial "spécial pinard". C'est du lourd, du gras et surtout du décomplexé.

Jacques avait déjà cité plusieurs exemples dont le "vin d'occasion" absolument mythique. La partie qui m'a fait le plus rire est une succession de sketchs par Fabcaro et Patrice Cablat sur les différents types de buveurs de vin : le frimeur, le candide, le jouisseur, le "bioman" jusqu'au sado-maso. Où on voit deux jolis hommes bedonnants s'infliger des sévices, dirons-nous, classiques (pinçage de tétons, martinet sur les fesses, coups de pied dans les côtes) jusqu'au châtiment ultime...

photo (2).JPG
Je n'y connais que peu de choses en dessin, hormis un dessinateur, mais ces deux-là aussi ont un sacré talent.

18:41 Publié dans Bibinographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fluide glacial spécial pinard, villageoise | | |  Facebook

Champagne pour Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier !

Jeudi dernier, sur le tarmac de Villacoublay, Hervé Ghesquière, enfin libre, racontait ses conditions de détention avec Stéphane Taponier en Afghanistan. Il avait eu cette phrase qui "parait bête" sur la nourriture, dont la mauvaise qualité ne l'a pas aidé à tenir : "une nourriture non pas 'spécial otages' mais 'spécial montagnes afghanes', donc pas grand-chose, et toujours la même chose. Ça parait bête, la nourriture, mais c’est vital. Et là, on ne pouvait pas s’accrocher à ça." Après mon petit article qui a relevé cette phrase, la personne qui anime le blog Sommelier.fr m'a demandé quel vin les ex otages avaient ouvert pour fêter leur libération.

Selon mes infos, ce fut évidemment du champagne et plus précisément le Cristal de Roederer dans sa version 2000. "D'autant plus sublime que bu avec joie" selon un des heureux participants. Et s'ajoute à cette cuvée, un magnum de champagne que le couple Gonet-Medeville a envoyé au Comité de Soutien dès l'annonce de leur libération. Il devrait être bu demain lors d'une petite teuf chez Reporters sans frontières.

Santé !

Sans titre.jpg

Crédits photo : Comité de Soutien.

13:55 Publié dans Champagne | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook

Radiographie personnelle des vins du mariage princier

Pour faire rêver madame Michu, l'AFP nous a sorti le menu du mariage princier. Au moins ils jouent la transparence : je n'ai pas vu de telle liste pour Kate et William. Pour Charlene et Albert, le repas a été concocté par Alain Ducasse : tiens, il est revenu en cuisine ? Cerise sur le rocher, on a même eu droit au pedigree des vins dégustés ce soir-là. En faisant quelques recherches, notamment sur Vindicateur, le site qui offre une synthèse pondérée de différentes sources (avis de professionnels et d'amateurs), on va voir ce que valent les quilles ouvertes samedi dernier. Attention, c'est totalement subjectif (voire de mauvaise foi) car je n'ai pas goûté ces vins. D'un autre côté, si je les avais goûté, mon propos aurait été tout autant subjectif...

1 / Pour les beaux yeux de Charlene, on commence avec un blanc d'Afrique du sud sur la petite entrée composée de légumes, tomatolive et mulet mariné. La cuvée Anaïs 2009 de Vins d'Orrance. C'est un genre de label, marque, négoce... dirigée par un Français, Christophe Durand qui a déménagé au Cap en 1995. Ici le chardonnay provient de deux vignobles, l'un de Constantia, l'autre de Franschhoek. C'est un "vin classique" : c'est pas moi qui le dit, c'est le communiqué de presse. Cela doit valoir une vingtaine d'euros la quille. Quoi ? Vindicateur n'en parle pas ? Ben nous non plus, alors. Dommage.

2 / Avec le petit épeautre et ses légumes primeur au pistou, on sort un vin de Bellet. La cuvée Le Clos 2009 du Clos Saint Vincent est un 100 % rolle. Le domaine est cultivé en biodynamie : a-t-on choisi ce vin pour montrer qu'on est dans le vent ? Pas sûr, car cette cuvée dans différents millésimes est notée autour de 15 sur Vindicateur ("vin particulièrement bon, savoureux") : on l'a choisi parce que c'est bon. Une vingtaine d'euros la bouteille.

3 / Avec la marmite de poissons locaux dans leur bouillon safrané... un vin rouge ! Un pari assez osé car relativement peu classique ; mais le vin en question est assez léger, parait-il. La cuvée Baron G du Château de Bellet en version 2008 (40% folle noire, 40% braquet, 20% grenache). Noté autour de 16 sur Vindicateur ("très bon vin, immédiatement remarquable"). Une vingtaine d'euros la boutanche. En fait, j'aurais bien aimé y participer à ce mariage, ça devait être pas mal du tout...

4 / Sur la coupe de fruits rouge, un Yquem 1996. Là franchement, c'est un peu bof. Même moi, avec mon budget serré, je vais mieux traiter trois de mes potes autour d'un barbecue cet été dans les Vosges : je vais leur ouvrir le 1997 (en demi-bouteille, certes). Et là, franchement, rien à voir. La cote du 1996 sur iDealwine s'élève à 221 pour grimper jusqu'à 291 pour le 1997. Chez Vindicateur, Yquem 1996 atteint évidemment une belle note : 18,8 (à quelques points du "vin exceptionnel, expression rare et géniale de son appellation"). Mais pas autant que mon 1997 qui grimpe lui à 19,7 (à 3 dixièmes de la perfection, du "vin fabuleux, nectar-plus-ultra, quelques gouttes de dieu tombées sur terre"). Et en plus la principauté aurait fait des économies si elle avait consulté Vindicateur : le 1997 est 50 euros moins cher que le 1996. Moralité : Albert devrait parcourir un peu la bloglouglou avant d'acheter son pinard.

5 / Avec le gâteau de mariage, une coupe de champagne Perrier-Jouët, cuvée Belle Epoque 2002. J'ai déjà bu cette cuvée mais pas en 2002 : je n'en garde aucun véritable souvenir. Chez Vindicateur, ça tourne autour de 15. Franchement, pour un mariage princier, on aurait pu s'attendre à autre chose qu'à un 15. Ce n'est pas très excitant tout ça. Et on est à 120 euros la bouteille. Le plus embêtant dans l'afafire, c'est qu'une palette de ce champagne a été dérobée entre Epernay et Monaco dans la nuit du 23 au 24 juin. Souci supplémentaire, elle ne comprenait pas 156 bouteilles comme habituellement, mais 288... Une mini affaire d'Etat.

On récapitule ? Un résultat mi-figue, mi-raisin. Hormis la première bouteille, choix de courtoisie envers la mariée, on ne peut nier le réel effort pour consommer local. D'ailleurs, ça se retrouve aussi dans l'assiette, notamment dans le choix des poissons : pour ceux que ça intéresse, tout le menu est détaillé ici. Saluons aussi la prise de risque avec le bellet rouge, sachant que l'imaginaire collectif a fait sien le théorème "sur le poisson, du blanc !". Et en plus, le vin semble bien bon. Pour le reste... Chassez le bling-bling, il revient au goulot : en plus d'être attendues, les bouteilles accompagnant le dessert me semblent mal choisies : sans doute trop jeunes, trop tape-à-l'oeil par rapport au reste et pas forcément dans le bon millésime. Oui, c'est facile de critiquer. Et s'ils avaient donné dans les grands bordeaux ou les champagnes hors de prix, on leur serait tombé dessus comme la vérole sur le bas clergé.

10:59 Publié dans Clin d'oeil | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : bellet, yquem, sauternes, bordeaux, afrique du sud, chardonnay, alain ducasse | | |  Facebook

04 juillet 2011

Deux fois plus de piments : ce n'est pas de la pub mensongère !

On ne pouvait pas dire qu'on n'était pas prévenu. Rue Saint-Sébastien, se planque Deux fois plus de piments, un petit restaurant chinois dont les horaires d'ouverture peuvent varier.

Première chose, le public est étonnamment jeune et totalement chinois. On est tout de suite rassuré. Deuxième chose, c'est très bon. Et troisième chose, c'est très, très, TRES épicé. Je me souviens d'un restaurant de Pékin, entre la Cité Interdite et le quartier commercial de Wangfujing, qui sert une splendide cuisine du Hunan, la province natale de Mao. Autant le dire, moi je suis plutôt à ranger dans la catégorie chochotte, même si ça progresse. De la soupe de nouilles froides jusqu'au poulet superbement cuit avec quelques légumes. Pas de grand vin avec ça, tout juste de la bière. Et de l'eau, beaucoup d'eau et de la mie de pain !

IMG_2536.JPG

IMG_2541.JPG

La table sur notre droite n'a pas fini ses assiettes et la jolie jeune fille a absorbé plusieurs litres d'eau durant le repas.

IMG_2544.JPG

La table sur notre gauche s'est embarquée dans la soupe de boeuf pimenté et n'a mangé que le boeuf. Tu m'étonnes...

IMG_2546.JPG

Deux fois plus de piments, 33 rue St-Sébastien, 75011 Paris, 01 58 30 99 35. Une expérience assez incroyable.

21:18 Publié dans Bonnes adresses parisiennes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : deux fois plus de piments, chine | | |  Facebook

02 juillet 2011

Jolies bouteilles, sacrées bouteilles

Sur les bons petits plats de Mari, la dernière version du tavel du grand Eric Pfifferling et le Riberach rouge en 2008. Le premier n'est pas encore tout à fait en place, un peu comme le Chemin de la Brune n'était pas tout à fait dans ses chaussettes il y a quelques mois : à attendre un peu. Et comme tous les ans, il sera l'un des plus grands vins français.

IMG_2518.JPG

Que dire du Riberach ? A la Cave de l'Insolite, j'ai eu la chance de rencontrer le vigneron qui m'a fait goûté ses blancs. Je les avais trouvé absolument superbes, une grande, grande réussite. Mais là, il ne vendait que du rouge. Allons-y pour le rouge. Ici aussi, c'est un très beau vin, déjà bien en place lui. Mais je garde encore le souvenir ému des blancs.

IMG_2529.JPG

21:26 Publié dans Entre copains | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eric pfifferling, chemin de la brune, tavel, riberach | | |  Facebook

Les Fines Gueules un samedi

IMG_2500.JPG

Stéphanie vient d'inciter Eva et Laurent à aller faire un tour aux Fines Gueules. Rien que le mot m'enchante... Souvenirs de deux ou trois repas pris il y a quelques années, avec notamment un beau tartare. Le restaurant ne semble pas avoir trop changé.

On commence avec deux verres de blanc, comme ça pour se rincer la bouche et on n'ira pas plus loin. Le Touche Mitaine 2009 de Xavier Weisskopf (le Rocher des Violettes) et la cuvée vieilles vignes 2005 du domaine Baud dans le Jura. J'ai un petit faible pour le premier.

IMG_2498.JPG

Côté bouffe, on a été raisonnable. Quoique... En tout cas, on n'a pris qu'un seul plat. Veau de Corrèze aux truffes (26 euros). Je crois me souvenir que la viande vient de chez Desnoyer. C'est un plat vraiment très bien ficelé. Quand l'assiette est de cette qualité, de quoi d'autre a-t-on besoin ?

IMG_2505.JPG
Et toujours ces magnifiques couteaux Perceval 9.47, l'apanage des grandes maisons.

30 juin 2011

Ça parait bête...

"Et une nourriture non pas 'spécial otages' mais 'spécial montagnes afghanes', donc pas grand-chose, et toujours la même chose. Ça parait bête, la nourriture, mais c’est vital. Et là, on ne pouvait pas s’accrocher à ça." Hervé Ghesquière, sur le tarmac de Villacoublay ce jeudi.


14:49 Publié dans Clin d'oeil | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook

26 juin 2011

Le vin 4x4 s'adapte à tous les terrains

Selves. Voici le chenin de Nicolas Carmarans, l'ancien boss du Café de la Nouvelle Mairie, haut lieu du nature à Paris. Il ne reste pas beaucoup d'un tout petit poil minuscule de sucre résiduel (SR pour les intimes). Allez, à fond dnas le pléonasme. Rien ou presque : tout cela en fait le partenaire particulier des papilles du dimanche midi. On le boit sans soif à l'apéro, on le boit même sur un parmentier de maquereaux comme ce midi. Sa puissance au nez et en bouche est telle qu'elle s'accorde avec tout de l'entrée au poisson jusqu'au dessert. Bon malheureusement, je n'en avais qu'une. Et même un dernier verre sur la pizza du soir colle parfaitement. C'est dire...

IMG_2483.JPG

16:00 Publié dans Loire (nul n'est censé l'ignorer) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chenin, nicolas carmarans, selves | | |  Facebook

25 juin 2011

La soirée aux pinards introuvables

Chez Olivier, tout commence par du blanc. Celui du Casot du Mailloles, le 2009 laissé à l'abandon toute une saison dans mon appart. Le "No Sulfites" a bien survécu : il est taquin même s'il manque un peu de peps. Dans les bons jours, c'est assurément le meilleur blanc du monde. Ne cherchez pas, cette bouteille n'existe pas (ou alors, prenez votre temps). Celle-là arriva directement de Banyuls l'année dernière.

P1190779.JPG

La star de ce soir est une autre bouteille. Un ovni, objet vinicole non identifié. Après l'avoir repéré chez Jérôme Leroy, j'ai dû mener ma propre enquête. Je peux le révéler ce soir, la piste m'a mené au Vin au Vert, à Paris.

Voici la cuvée Au Hasard et Souvent. Je vais essayer d'expliquer les choses clairement. Le vigneron n'est autre que Jean-Christophe Comor du domaine Les Terres Promises dans le Var. C'est le papa de l'Antidote, d'Analepse ou d'Apostrophe. Bref, un de mes vignerons fétiches. Au Hasard et souvent, c'est un magnum artisanal : le nom de la cuvée est écrit à la main.

P1190792.JPG
P1190795.JPG

C'est un objet rare, il n'en pousse que 400 magnums par an. Celui là porte le numéro 358. C'est quoi ? Du rouge. Du gros qui tache ? Non, pas vraiment. C'est comme si le Beaujolais s'était décalé de quelques centaines de kilomètres vers sud. Et pour cause : les plus vieux carignans du domaine travaillés en macération carbonique associés à des mourvèdres élevés de manière plus traditionnelle, dans un foudre de 18 hectolitres. Dit comme ça, ça ne ressemble à rien.

P1190798.JPG

Il faut donc le boire pour le croire. C'est un jus exquis. Nous l'avons un peu assomé de fraîcheur à l'ouverture : il faisait si chaud dehors que nous voulions nous désaltérer. Mais au fur et à mesure de la soirée, il se stabilise et acquiert la gueule d'un vin surprenant. Un jus de fruit relevé. Une mâche incroyable, un vrai nectar qui coule rapidement : les termes sont un peu antinomiques, mais ça me fait penser à ça. Autour de la table, un invité s'écrit "quelle belle surprise !". C'est surtout un jus qui soude l'amitié : je ne sais plus qui disait ça des vins de Comor, mais je trouve la phrase fort à propos. C'est exactement le genre de vins que j'aime. De l'entrée au dessert, c'est un régal que l'on sert.

Le nom de la cuvée est un hommage au journal de Sébastien Lapaque, publié chez Actes Sud l'année dernière. Le jour où on a bu ce vin, il faisait bien trop chaud, je le répète. On va vite le regoûter en scandant quelques phrases de Sébastien. A suivre donc.

P1190785.JPG

En "dessert", cette cuvée inconnue des Foulards Rouges. Jean-François Nicq a sorti d'on-ne-sait-où ce 100 % grenache primeur à l'automne 2010 (j'imagine...). C'est désormais assagi même si on devine le côté rugueux derrière. Un style différent du précédent évidemment, mais je trouve que le côté groseille marche bien avec le dessert. C'est Franck Bayard qui m'a donné les infos sur cette cuvée complètement inconnue.

P1190803.JPG
Blanc du Casot, Au Hasard et Souvent, 100 % grenache primeur des Foulards Rouges : une chose est sûre, on n'est pas allé les chercher chez Carrefour ni chez Leclerc.

24 juin 2011

Les coquins d'abord

"Difficile pour moi de faire un quelconque compte rendu, cette rencontre a été orgasmique". David, alias Bicéphale Buveur nous a gratifié d'une de ses formules tranchantes. Mais en tant que demi-hôte, je me devais de faire le boulot du scribe et de narrer cette soirée par le miam et le glou.

Nous partîmes 5-6 mais par un prompt renfort, nous nous vîmes une quinzaine en arrivant à la Cave de l'Insolite ce vendredi. C'est mon adresse mythique pour ceux qui n'auraient pas suivi, celle qui me fera venir les larmes aux yeux quand mes petits-enfants m'obligeront à leur en parler. Dans l'ordre alphabétique, sont présents : Antonin, David, Emilie, Eva, Franckie, Laurent, Maude, Olivier, Samia, Sébastien, Stéphanie. J'espère n'avoir oublié personne. Puis plein d'autres gens se sont greffés ; d'autres beaux garçons, d'autres jolies filles. Michel a préparé des terrines, des fricassés de coquillages, un porcelet de 7 heures avec des artichauts épineux et de superbes fromages (un salers à tomber). 

IMG_7970.JPG
IMG_7966.JPG
IMG_8011.JPG
IMG_8013.JPG
 
IMG_8038.JPG
Question quilles, on a fait mentir le joli mot des provinciaux expliquant que si ça bouchonne à Paris, ailleurs ça débouchonne. A Paris aussi, ça débouchonne. Et en plus, on est venu (et on repart) en métro.

Le savigny-les-beaune 2008 de Sarnin-Berrux. Bam ! On part fort. C'est à la fois emmerdant et pas du tout emmerdant de commencer la soirée avec la meilleure bouteille : on l'apprécie vraiment mais on aurait peut-être préféré finir là-dessus. Très légèrement oxydatif, ça n'a dérangé personne et certainement pas moi. C'est une très, très belle bouteille.

IMG_7929.JPG

Autre belle découverte de la soirée, même si on descend quelques crans en-dessous question renommée de l'appellation. D'ailleurs ici pas d'appellation, c'est un Vin de France. La Lunotte, cuvée Trio (sauvignon, menu pineau) de Christophe Foucher dans le 41. Cette bouteille en a scotché plus d'un. J'ai entendu des exclamations : "Alors ça... C'est vraiment très bon !". Incisivif mais tout de même puissant.

IMG_7940.JPG

Je n'y suis jamais vraiment arrivé avec les quilles de Jean-Paul Brun (Terres Dorées) : ce soir, c'est pareil. Trop tendu.

IMG_8002.JPG

En guest, Olivier B. Il y a quelques moi, je trouvais que ça n'avait pas pris toute son aise dans la bouteille : ce soir, c'est rond et frais, presque gras, mais un beau gras. Là aussi, franchement une réussite. Autour de la table on applaudit, même ceux qui ne savent pas encore qui est Olivier B.

IMG_8001.JPG

Ah oui, ça c'est le sous-verre d'Eva. J'ai une théorie là-dessus. On nous traite souvent de geeks du vin. Là, on voit pourtant la supériorité que l'on accorde au verre, toute sa prédominance. On s'en contrefout des téléphones smarts, en fait. Comme l'a suggéré le grand vigneron Raphaël sur un rézosocial a posteriori : heureusement qu'il n'était pas en mode vibreur.

IMG_7949.JPG

A l'instar des conducteurs ne respectant pas le code de la route, on passe au rouge.

Une très belle bouteille apportée par David, le Noir de Rouge de Boyat. Le gamay du Beaujolais nord ou de Bourgogne sud, au choix : c'est à Leynes, à côté de Mâcon. Fruit, fruit, fruit : ma devise. Peut-être ma bouteille de la soirée avec la Lunotte (Sarnin-Berrux, je savais déjà que c'était top).

IMG_7974.JPG

La Lunotte en rouge. Plus rustique, plus chaude aussi lors de la température de service. A goûter à nouveau, il y a un gros potentiel.

IMG_8015.JPG

Ajoutons là-dessus le magnum de morgon biotradition 2009 de Michel Guignier (Améthystes). Cuvée insolite de 400 quilles, élevage 14 mois en fût de chêne sur lie fine. J'avoue l'avoir trouvé un peu rêche (sans doute l'élevage) et j'avoue aussi que j'étais le seul dans ce cas : tout le monde a apprécié le côté fruité et la profondeur typique de ce cru. Pour ma part, Je devais être dans un mauvais jour question morgon ; et oui, ça arrive. A regoûter donc, car j'y crois à ce morgon.

photo (1).JPG

On en était presque à goûter ça... Le pinard de la Légion étrangère. Que Michel connait bien, qu'Omar (absent ce jour-là) connait trop. Je me comprends. Mais de toute façon, Michel ne nous aurait jamais laissé y toucher. Collector.

IMG_2470.JPG

C'est à ce moment-là, heureux hasard, que survient Philippe Maffre, vigneron de son état du côté de Gaillac. Je suis vraiment enchanté de le croiser ici car j'ai fêté mes 30 ans avec son rouge. J'ai dû lui répéter cet exploit une quinzaine de fois.

IMG_8052.JPG

On ne va pas en rester là et cap sur son Bois-Moisset Rosé. Pas assez froid, il est tout de même présent, bien dans la course. Une très belle apreté, un côté revigorant après tous les liquides ingérés. J'en ai marre des rosés avec une pointe de sucre : ici, je n'ai pas ce souci. Je trouve que c'est un jus de grande classe.

photo (1)a.JPG

Bon, je m'arrête là. J'ai dû oublier une ou deux bouteilles au passage. Pour le reste, pour l'ambiance, pour des renseignements plus précis sur la dégustation, pour la recette de la fricassée de palourdes, pour le sourire de Philippe Maffre, pour les pottins, pour savoir qui couche avec qui... vous n'aviez qu'à être là.

Dernière chose. Bizarrement, les photos des quilles et de la bouffe sont nettes et celles des humains plutôt floues. Preuve qu'ils bougent beaucoup, qu'ils sont contents d'être là. J'ai vraiment l'impression que l'endroit leur a plu. Je cite encore David : "une cave démente et atypique qu'il faut faire une fois dans sa vie parisienne". C'est sûr que des adresses comme ça à Paris ne courent pas les rues. Et qu'en adviendra-t-il dans le futur ? On retient son souffle mais c'est un autre débat. Pour ce qui est des photos de nos tronches, elles se trouvent ici, sur le blog du Bicéphale Buveur. J'en ajoute juste une dernière, pour saluer le patron.

IMG_8020.JPG
Le titre du post, c'est une mini référence à Brassens qui picole. Encore une bonne idée d'Antonin.
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu