Avertir le modérateur

1981

  • Pique-nique en forêt, barbecue et Brane-Cantenac 1981

    Quand les anniversaires de certains tombent fin janvier et début février et qu'on désire ardemment faire un pique-nique en forêt en Lorraine, ben il faut le dire crûment : on n'est pas dans la merde. C'était il y a deux semaines, on imagine donc bien la température extérieure... Oh ça va, il suffit de mettre double couche de manteau et de pantalon !

    P1230035.JPG

    L'année dernière pour les 30 ans des uns et des autres, j'avais acheté tout un stock de quilles de 1981 que je n'ai pas fini. Il est temps de le liquider, d'ailleurs on aurait mieux fait de boire ces bouteilles il y a quelques années déjà. 

    Pour les saucisses sur le mini-barbecue, j'ai convoqué Brane-Cantenac 1981. Evidemment, le vin a presque gelé, les gobelets en plastique ne lui ont pas rendu hommage mais de toute façon, un peu à l'image des Ormes de Pez du même millésime, le vin était fané. C'était d'ailleurs le cas avec beaucoup de 1981 ouverts depuis un an. Il faut dire que 1981 est vraiment une année pourrie (et là on ne fait pas de politique) car un bon coup de flotte avant les vendanges, y a pas pire. Les deux seuls qui m'ont un peu transporté furent Cos d'Estournel bu l'année dernière et le pommard du Château de Pommard bu la veille de ce pique-nique et dont je ne retrouve plus la photo.

    Oui, un margaux en forêt avec des saucisses, c'est d'un snob... Je vois plutôt cela comme un genre d'accords mets-vins à la con ou la possibilité de sortir les grands bordeaux de leurs oripeaux habituels. Qu'on se rassure et malgré la photo un peu provocante, on n'a tout de même pas fait chips-paprika-margaux... L'Ebrescade 2008 de Richaud tenait évidemment plus la route, mais cela n'a rien à voir.

    P1230028.JPG

  • 30 ans, une paëlla, un bas-armagnac

    Manu connaît une bonne adresse de poissonnier à Hagondange qui lui fait une choutte paëlla. Le menu était tout trouvé pour son petit repas de 30 piges.

    01.JPG

    Et après ça, on a fini ce qu'il restait encore dans la bouteille de bas-armagnac 1981 domaine du Miquer. Et on était sobre, c'est dire.

    02.JPG
  • Comment je convertis (facilement) la Lorraine à Olivier B.

    Au moment où toute la bloglouglou picole du ventoux à Paris, je me suis retiré en Lorraine pour fêter les 30 ans de ce coquin de Manu qui n'a rien trouvé de mieux que naître un 1er février. Qu'importe... Laissons les buveurs de la capitale à leurs mondanités et prenons notre bâton de pèlerin. Oui, j'ai décidé de convertir la Lorraine à Olivier B.

    Manu nous convie à un before chez lui, à la veille du grand repas de mardi soir. Et vlam ! sur la table je pose mon Olivier B. à 20h04 pile. Les Amidyves rouge 2007. Je raconte un peu l'affaire et on goûte. Réaction unanime, tout le monde adhère. "Ah ouais c'est vraiment bon". Au moment où Paris boit, Metz trinque aussi.

    IMG_1471.JPG
  • Je m'emmerde un peu avec les bordeaux, même ceux de mon année de naissance

    C'est un comble tout de même pour moi qui ne bois que quelques centilitres de bordeaux par an : hormis le bas-armagnac de ce week-end, je n'arrive pas à trouver de millésimes 1981 ailleurs que dans le bordelais. Car il me faut l'avouer : avec un bordeaux, je m'emmerde bien souvent.

    IMG_1484.JPG

    Le Savoyard, petite boutique résistant à la "mono-activité" du quartier Sedaine-Popincourt à Paris, offre quelques vieux millésimes plus ou moins bien conservés. J'ai fait un test avec ce saint-estèphe Château de Pez 1981, c'est-à-dire avant qu'il soit racheté par la maison de champagne Louis Roederer. Bu en deux fois dimanche soir puis lundi midi avec Pauline et Gex. Bouchon complètement effrité, robe rubis superbe, nez plus présent à l'ouverture que le lendemain, bouche soyeuse et goût plus pointu le lendemain que le jour de l'ouverture. C'est plutôt pas mal, assez fin, les tannins ont bien fondu mais y a pas de quoi se relever la nuit. Il faut dire aussi qu'on est bien plus habitué aux vins jeunes et que, soyons honnête, 1981 n'est pas une année hors-du-commun question pinard. Pour en profiter pleinement, il aurait sans doute fallu boire cette bouteille il y a quelques années. Bref pour 28 euros, on s'emmerde un peu.

  • Les mecs de 1981 ont 30 ans, la la la la, la la la la

    IMG_1403.JPG

    Il devait être quelque chose comme minuit ou une heure du matin quand on a décidé d'ouvrir cette bouteille de bas-armagnac 1981. Ce fut sans doute le plus froid moment de ce week-end au pied du rocher de Dabo, en Moselle. La terre du grand écrivain Gérard Oberlé. Tous réunis ici par Thomas et Manu pour fêter leurs anniversaires.

    Donc après la raclette, ni une ni deux, on se lève de table. De notre refuge perdu dans la forêt, on marche dix petites minutes en pleine neige et on dégoupille. Evidemment par - 5°C, les conditions de dégustations ne sont pas optimales, mais je pense avoir réconcilié pas mal de personnes avec le bas-armagnac (domaine du Miquer 1981, chez Lavinia). Une bonne surprise, pointu, bien buvable et surtout pas trop lourd ni trop fort. Enfin de ce que je me souviens ; mais ce n'est pas le plus important. Car entre deux batailles nocturnes de boules de neige, ce fut un moment parfait avec tous les copains soudés contre le froid et contre tout le reste.

    IMG_1405.JPG
    IMG_1411.JPG
    IMG_1423.JPG
    IMG_1426.JPG
    IMG_1427.JPG
  • L'inauguration du bal des trentenaires

    Au début du mois de mars 1951, Jackie Brenston et Ike Turner enregistrent la chanson Rocket 88 rapidement considérée comme le premier succès de l'histoire du rock. C'est-à-dire qu'en 2011, le rock'n'roll a 60 ans et nous la moitié. Happy Birthday Thomas et Manu et Happy Birthday rock'n'roll !

    <

    Lien permanent Imprimer Catégories : Clin d'oeil 0 commentaire
  • 1981...

    Bon la grande affaire du moment pour les futurs trentenaires dont les anniversaires jalonneront 2011, c'est de trouver des petits pinards de l'année de notre naissance. Des vins qui, comme nous on l'espère, ont plutôt bien tenu le coup, ont plutôt bien résisté aux trois dernières décennies. Alors je cherche, je cherche. Et je commence à trouver des choses raisonnables c'est-à-dire pas trop chères. Pas question de Lafite, de Mouton, de Margaux : on va jouer quelques crans en-dessous sans faire non plus dans le château vinasse. Je ne suis pas grand partisan des vieux millésimes, mais là c'est juste affaire de rigolade. Mon problème, c'est que j'arrive surtout à rassembler des bordeaux (ainsi qu'un armagnac et un superbe bourgogne), un comble pour moi qui n'en bois presque jamais. D'ailleurs si quelqu'un a des pistes, je suis preneur. Et j'en profite aussi pour m'excuser par avance auprès de ceux avec qui j'ouvrirai ces bouteilles : en réalité, elles n'auront sans doute pas passé les années avec autant de facilité que nous. Vins morts, vinaigre et gros dépôt seront sans doute au rendez-vous. Au pire, on fera une belle daube de boeuf millésime 1981.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu