Avertir le modérateur

brasserie uberach

  • Il existe encore des restaurants qui prennent des risques

    Et si c'était par la fin que tout commençait ? C'est-à-dire le dessert. 

    Ce n'est pas de ma faute si cet accord mets/vin m'a littéralement laissé sur les fesses à la fin du repas. A ma décharge, je ne suis pas le seul à avoir ressenti cette extase gastronomique. Olivier m'accompagnait, il pense pareil.

    "Vous boirez quoi avec votre dessert ?
    - Bah, je ne sais pas, quelque chose de léger, de pétillant avec un poil de sucre...
    - Vous me laissez faire ?"

    A-t-on eu tort d'écouter notre hôte ? D'ailleurs, qu'est-ce qui se cache sur cette photo ? Un dessert oui, mais encore ?

    première.JPG

    Procédons point par point.

    Premier indice : on est à La Robe et Le Palais, c'est écrit sur le verre. Pour les chanceux qui connaissent, je m'arrête là. Pour les chanceux qui ne connaissent pas, je les envie : car la découverte de cette adresse moitié caviste, moitié cave à manger, moitié restaurant (3 moitiés donc) va les enchanter. C'est beau de pouvoir encore s'enchanter.

    Et dans l'assiette donc ? On aperçoit un dessert, on devine un paris-brest. Fait maison, pas sorti d'un catalogue de Brake. L'un des plus appétissants de la ville, même si on ne peut pas oublier de mentionner celui de Chez Michel. Ce paris-brest apparaît particulièrement gourmand, le côté torréfié cassant agréablement le gras de la crème. Et quelle gueule franchement...

    aaa.JPG

    Mais dans le verre ? Un liquoreux de Loire ? Un sauternes ? Un hongrois ? Un vin demi-sec polonais élevé en peau de vache retournée et qui macère sur peaux depuis l'arrivée au pouvoir de Jaruzelski ?

    Non.

    Un whisky. Enfin, un truc approchant.

    bbb.JPG

    Un alcool titrant à 44,4 degrés, mélange de 60 % de gnôle de bière et de 40 % de gnôle de malt. A la façon d'un whisky, même s'il est sans doute élevé moins longtemps. C'est la brasserie alsacienne Uberach qui produit cette friandise. On les connaissait pour leurs bières et leurs spiritueux déjà, mais jamais nous n'avions goûté telle folie. L'année dernière, 13 magnums ont été produits. Ce soir, nous avons torché le 9ème.

    La force de l'alcool, elle aussi, aide à casser le gras de la crème, c'est ça la trouvaille. Vu que ni le dessert ni le spiritueux ne comptent trop de sucre, ça se renvoie la balle style Nadal-Djokovic. Un grand moment. Le truc un peu saugrenu devient évident. Ils sont peu nombreux les restaurants où on vous fait sortir des clous.

    c.JPG

    Remontons le repas dans le sens antichronologique. Le magret de canard si bien cuit...

     3.JPG

    ...accompagne parfaitement une autre trouvaille liquide, le cornas de Mickaël Bourg. Je vois déjà les tenants du vin de grand-papa hurler : "mais boire un cornas dès sa mise sur le marché, c'est une hérésie !" Il en faudra plus pour nous décontenancer ; un bon vin, c'est bon jeune, c'est bon vieux. Et là, on est servi. Aucune lourdeur, belle buvabilité. Attention, je n'ai pas dit que c'était glouglou non plus. C'est jeune, fringant, élégant, limite dandy.

    4.JPG

    En début de repas, nous avons commencé avec la bouteille qui sonne le début de l'été. Quelque chose de furtif, le rosé de Noëlla Morantin. Du cabernet-sauvignon. Oui, sauvignon. Pas franc. Un bonbon.

    1.jpg

    En entrée, la stracciatella. Non ce n'est pas une glace mais un fromage di bufala (de bufflonne) venant des Pouilles. Comme la burrata. D'ailleurs, ça tombe bien, il s'agit de la crème contenue dans le cœur de la fameuse burrata. On la relève avec une bonne huile d'olive et quelques zestes de citron, c'est le paradis. Le repas peut commencer.

    2.JPG

    La Robe et le Palais, 13 rue des Lavandières Sainte-Opportune, 75 001 Paris, 01 45 08 07 41. En plus, le portefeuille ne fait pas la gueule en sortant, on se cantonne aux prix parisiens avec, cerise sur le gâteau, des bouteilles très accessibles.

  • Strasbourg en marche pour Noël

    IMGP0910.JPG
    A Strasbourg cette année, les bibelots made in Taïwan ont été priés de dégager. Place à "la féerie de Noël bien de chez nous". Mouais... c'est toujours aussi kitch. Et comme tous les ans, tout cela attire du monde. Et pour quelques restos aussi. Mais foule des grands jours oblige, il faut se lever de bonne heure pour aller dans les restaurants préférés de Loukoum. A midi le lundi, tout est déjà complet au Saint-Sépulcre (Heilige Grab) et surtout chez Vince'Stub. Faudra revenir. Nous avons atterri Chez Yvonne, ses murs recouverts de people et ses assiettes médiocres.
     
     
    IMGP0915.JPG
    Rien à voir : quelle autre ville de France peut se targuer d'avoir une Rue de l'Ail ? Je trouve ça absolument merveilleux.
    IMGP0928.JPG
    Et puis toujours comme point de repère, cette cathédrale pointée vers le ciel que vient taper le soleil d'hiver. On ne s'en lasse pas tant elle fait penser au Doigt de Dieu, la superbe bière de la géniale brasserie Uberach. On en reparle vite pour une dégustation exhaustive.
     
     
     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu