Avertir le modérateur

cambodge

  • Au Cambodge, du champagne Drappier à 10 000 km d'Urville

    Après un petit mois d'absence du à un beau voyage au Cambodge, c'est enfin le retour du Morgon. On va d'ailleurs parler un peu de ce pays ces jours-ci...

    ***

    Le Cambodge recèle de surprises gastronomiques. Ainsi cette bouteille de mon bien-aimé Drappier à la carte d'un restaurant de Siem Reap, la grande ville à côté des temples d'Angkor. Un Carte d'Or à 68 dollars, un Rosé à 85. Bien sûr il y a l'export, la douane, l'inflation... mais cela reste peu excessif. Sauf à considérer que c'est un smic de Cambodgien...

    IMG_4120.JPG

    Au vu de son nom qui trône partout, ce restaurant L'Escale des Arts et des Sens semble tenu par un chef français Didier Corlou. Une petite recherche en aval montre qu'il en est simplement le "consultant" car il possède un restaurant à Hanoi, au Vietnam, à près de 1 000 kilomètres. Passons.

    Hormis Drappier, la carte des vins fait pâle figure. Aucun pinard ne semble buvable et d'ailleurs je n'ai retenu aucun nom. Cap sur la bière, le bilan carbone sera moins lourd et le porte-monnaie encore fourni.

    Côté carte, c'est bien mieux. En apparence. Le boeuf cuisiné de sept façons différentes, à la manière de ce qui se faisait pour le tigre, est tout à fait appréciable et peu commun. Goûtu et coloré.

    IMG_4130.JPG

    Le dessert est déjà plus sur la réserve. Pourtant l'intitulé me parlait. Glace au sésame et mousse de thé. Si, si, c'est le genre de choses que j'apprécie. Mais pourquoi encore et encore (et Angkor) des verrines ? Ici gelée d'orange, de coco, de passion. Stop. Entre le plat compartimenté et le dessert je n'en peux plus, j'ai l'impression d'avoir les doigts qui rétrécissent.

    C'est bizarre ces "grands" restaurants d'un pays étranger chez qui on réserve une table. Entre la volonté de se croire riche, de revenir à une nourriture un peu connnue ou tout simplement d'éviter les microbes, on en arrive à ingurgiter une nourriture snob et bling-bling donc sans rapport avec la réalité du pays. L'étape en trop.

  • Un poil de poésie non bachique

    C'est à l'aéroport de Phnom Penh, au retour de trois semaines denses à travers le Cambodge que j'ai appris la disparition de Jean Ferrat. Certains couplets ne s'oublient pas.

    Mais ma môme elle a vingt-cinq berges
    Et je crois bien que la Sainte Vierge
    Des églises
    N'a pas plus d'amour dans les yeux
    Et ne sourit pas mieux
    Quoi qu'on dise.

  • Un petit tour au Cambodge

    Un peu de vacances ne peut pas faire de mal. Voyager non plus. Parti tester le cabernet-sauvignon de Battambang ou le vin de palme, je serai absent de ce blog pour trois petites semaines cambodgiennes. Santé !

  • Navine aux maquereaux

    Juste avant de partir au Cambodge, un petit plat. Des maquereaux aux poireaux. Avec un petit coup de Navine, du domaine des Griottes dont j'ai déjà parlé ici, c'est-à-dire il y a quelques notes.

    Le plus rigolo dans le maquereau, c'est de le vider soi-même. Puis on peut en faire une nature morte. Vraiment morte.

    P21-02-10_18.51[01].JPG

    Oui c'est beurk. Mais c'est moins cher que ces énormes filets sortis de je ne sais où, le goût de la poiscaille y est plus présent et pour finir, vider un poisson n'est pas compliqué. Et le meilleur du maquereau on le retrouve dans l'assiette. Avec un bon coup de moutarde, un mini-zeste de citron, du gros sel, un coup de vinaigre balsamique blanc. Et au four. A table. Avec Navine par-dessus, un régal.

    P21-02-10_20.47.JPG

    Domaine des Griottes, de Patrick Desplats et Sébastien Dervieux http://griottes.over-blog.com/

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu