Avertir le modérateur

domaine du bout du monde

  • Les Fines gueules un mercredi

    A quatre jours d'intervalle, retour aux Fines Gueules avec Olivier cette fois. On va y passer un peu plus de temps. Ouvrons le bal avec le bourgogne aligoté des De Moor. Mais pas n'importe quelle cuvée : une bouteille que je ne connaissais pas du tout, la Plantation 1902. J'ai trouvé que c'était plus dur, moins cajoleur que les autres cuvées du couple. Mais plus classe. Oui, classe et aligoté dans la même phrase, c'est possible. Une découverte en tout cas.

    IMG_2548.JPG
    IMG_2547.JPG

    Planche de charcuterie bien enveloppée. Il y a du répondant jusque dans la moutarde. Mention spéciale aux tranches de magret fumé.

    IMG_2554.JPG

    Avec le temps, va tout s'en va. Même les plus chouettes souvenirs, ça t'as une de ces gueules... Certes, mais quand Edouard Laffitte est aux commandes, on boit pour se souvenir justement. Je n'ouvre pas assez de quilles du domaine du Bout du Monde, comme si c'était déjà devenu un "classique". Ce 2007 (du carignan en macération carbonique si j'ai bien suivi) prouve que les jolis vins naturels peuvent se garder une paire d'années (et bien plus). Edouard Laffitte fait partie de ces vignerons qui redonnent ses lettres de noblesse au Roussillon souvent mal aimé.

    IMG_2553.JPG

    Et on mange quoi ? Olivier opte pour du veau dans un jus aux truffes, avatar de mon plat de samedi dernier.

    IMG_2558.JPG

    Cap sur le fameux tartare et ses pommes grenailles (17 euros, le plat le moins cher de la carte). Pour un bon tartare, il faut évidemment de la viande de premère qualité (ici de chez Hugo Desnoyer) et un bel assaisonnement. Le plus, c'est de glisser des copeaux de parmesan entre les morceaux de viande. Sans contestation possible, c'est le meilleur tartare dégusté à Paris.

    IMG_2557.JPG

    Petite assiette de fromages. C'est toujours très, très cher une assiette de fromages dans les restos. Chez les bons fromagers aussi d'ailleurs. Le fromage est le nouveau produit de luxe. 10 euros, il faut vraiment que ça dépote. Le reblochon joue ce rôle : on dirait qu'il a été oublié dans la cave. Terrible longueur en bouche. N'espérez pas aller draguer après.

    IMG_2561.JPG

    Les Fines Gueules, 3 rue Croix des Petits Champs, 75 001 Paris, 01 42 61 35 41.

  • Ce midi je me suis fait Deux Amis

    Je n'aime pas trop fréquenter les restos de ma rue ; j'ai l'impression que j'aurai toujours le temps d'y aller, alors je peux repousser le moment. Celui-là fait exception. Déjà il marche bien ce qui attise forcément ma curiosité et surtout il y a des choses qui résonnent : Michel des Caves de l'Insolite m'en avait parlé, le patron serait un ancien du Chateaubriand...

    Au café des Deux Amis de l'époque, j'y allais pour me jeter des demis et des petits jaunes à 2 euros. C'était avant que le nouveau proprio rachète le lieu, lave un peu les murs et surtout refasse les chiottes. C'était un vieux bistrot de Paris dans son jus avec ses habitués et ses prix d'avant-guerre. Aujourd'hui, le lieu s'est donc boboïsé, ou gentrifié comme disent les savants.

    IMG_0671.JPG

    On y a perdu l'ambiance de quartier mais on gagne un très bon resto. Qu'est-ce qui est le plus important ? Je ne sais pas en fait. Ce qui est plus énervant par contre, c'est lorsqu'on perd un vieux bistrot pour y faire de la bouffe de merde, les exemples ne manquent pas. Mais ici ce n'est pas le cas.

    IMG_0672.JPG

    La carte des vins est naturelle et bien pensée : logique quand on fait face à l'annexe caviste du Verre Volé. Mais la sélection va assez loin (les Champs Libres, les Lèches du Mazel...). Dans les verres, l'Echappée Belle du domaine du Bout du Monde d'Edouard Laffitte et le Verre des Poètes d'Emile Hérédia. Jamais déçus (4 à 5 euros le verre).

    Côté assiette, les rollmops s'entendent très bien avec la purée de betteraves (5,5 euros). Les graines de courge apportent du croquant, le tout sublimé par une superbe huile d'olive, fruitée mais aussi amère. Un très bon cru.

    IMG_0673.JPG

    Le perdreau arrive avec son risotto de betterave (16 euros). Encore de la betterave : normal c'est la saison et c'est moi qui ai choisi, j'adore ça. D'aucuns pourront dire que ce n'est pas assez cuit, mais c'est comme ça que j'aime le gibier. Grillé pour le croquant, rosé pour son côté rassurant et un peu cru aux entournures pour goûter vraiment la viande. Absolument parfait. Même les billes de plomb sur lesquelles j'ai failli me casser une dent. Au moins ce n'est pas de l'élevage en batterie.

    IMG_0675.JPG
    IMG_0677.JPG
    Aux Deux Amis, 45 rue Oberkampf 75011 Paris, 09 77 78 53 26. Reste à tester la formule du midi en semaine (16 ou 19 euros).
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu