Avertir le modérateur

frioul

  • L'Italie, mère patrie des vins oranges

    Notez déjà que pour un accord vin/coucher de soleil, on ne fait guère mieux...

    photo 1.JPG

    Oui, c'est désormais un clicheton que de vanter la qualité des vins naturels de notre voisin transalpin... N'ayons pas peur du blasphème : oui, ils surpassent quantité de vins naturels d'chez nous. C'est du moins une idée répandue dans mon cercle de francs buveurs. 

    Et il faut bien avouer que s'il y a un domaine dans lequel l'Italie se surpasse elle-même, c'est bien celui des vins oranges, ces vins "blancs typés" produits grâce à une longue macération des peaux de raisin au contact du moût. On sait bien que cette technique permet d'enrichir la palette d'arômes pour l'heureux homme qui tient le verre. Notamment les amers. En passant, sachez que je vous épargne mes comptes-rendus de dégoupillages réguliers, sinon ce lieu de beuverie deviendrait ''du vin orange dans les veines''.

    Or l'amer nous renvoie irrémédiablement en Italie. CQFD. Bien sûr, en France aussi, le vignoble prend ce chemin avec quelques tentatives : il suffit d'un tour à la Cave des Papilles pour s'en convaincre (Prieuré-Roch, Riffault...) ou d'un coup d'oeil sur mes étagères (domaines La Boria, de l'Escarpolette...). Mais la majorité se déniche encore pour l'heure dans la Botte. Et s'il fallait un précurseur, un maître vénéré, un soldat reconnu passé général, c'est bien Josko Gravner. Autour de 30 000 bouteilles par an, parmi lesquelles des merveilles. 

    Ainsi ce Bianco Breg 2004, qui plus est, élevé en amphore. D'ailleurs, l'amphore est-elle une mode ? Ici, on est convaincu qu'il s'agit bien plus que d'une tendance (on y reviendra). Porte-étendard des vins oranges, il sera bien difficile à surpasser à l'avenir. Un vin puissant mais pas lourd, amer mais qui ne fait pas grimacer, relevé en fin de bouche par une pointe d'acidité salvatrice. Le genre de vin qui te transporte du début à la fin de la soirée, qui se suffit à lui-même. Même ces ballons pourris ne l'ont pas banalisé.

    photo 2.JPG

    Le soufre n'arrive qu'à la mise, c'est tant mieux. Toutes les considérations techniques ou gastronomiques sont expliquées avec talent ici. Moi je me suis contenté de trouver la bouteille (Antica Latteria, Via San Matteo 19, San Gimignano, enoantlat@libero.it). Et de boire ce vin du Frioul dans les collines toscanes. Comme dit plus haut, et même si les photos n'en témoignent pas, il épousait très bien la fin de journée .

    photo 3.JPG

  • Venise : Trinquer avec Mussolini ?

    Venise, une petite épicerie de la calle del Capeler (sestiere San Polo) à côté du célèbre marché aux poissons. La vitrine alléchante expose des vinaigres balsamiques exceptionnels de chez Leonardi. Rien que ces flacons donnent envie d'entrer, on ne s'en prive pas. L'intérieur se révèle décevant ; en fait, les produits semblent plutôt bas de gamme.

    L'oeil est aussitôt attiré par ces bouteilles placées en haut d'une étagère. "Tiens, tu as vu les étiquettes du pinard là-haut ? C'est marrant, le vigneron a mis le Che et Bob Marley sur ses boutanches, c'est un peu débile non ? Putain, mais attends... Au milieu, là... Mais, c'est... c'est... c'est Mussolini ! C'est pas possible... Onore alla patria, Honneur à la patrie... C'est pas possible... une bouteille à l'effigie de Mussolini..."

    P1190122.JPG

    Et bien si, c'est possible. C'est bien le Duce en uniforme militaire, entre le révolutionnaire latino-américain et le reggaeman jamaïcain. On n'en croit pas nos yeux.

    De retour en France, je lance une petite recherche. Derrière ces quilles plus que douteuses se cache (à peine) un dénommé Alessandro Lunardelli, patron d'une exploitation viticole fondée en 1967 dans le Frioul. De petit vigneron, il est devenu patron d'un gros négoce qui produit 100 000 bouteilles chaque année et 15 types de vins différents. C'est en 1995 qu'il a eu l'idée de mettre des têtes connues sur l'étiquette. Son site internet est on ne peut plus clair : "Ce sont des bouteilles de vin de très grande qualité dont les étiquettes nous rappellent la vie des personnages célèbres de l'histoire italienne et mondiale : Che Guevara, l'empereur François-Joseph, Antonio Gramsci, Hitler, Karl Marx, Mussolini, Napoléon et Sissi. Depuis lors, de nombreux médias à travers le monde se sont intéressés à notre entreprise à la fois pour l'originalité de notre idée et la qualité de nos vins. Aujourd'hui, la moitié des bouteilles produites par notre domaine est dédiée à ces séries historiques qui sont devenues des objets cultes (sic) pour les collectionneurs".

    Plus loin sur le site internet, défilent un grand choix d'étiquettes : pas moins de 22 pour Mussolini et 26 pour Hitler et d'autres dirigeants nazis avec tout le toutim (croix gammées, salut hitlérien, slogans bien connus...). Sans compter Staline, Lénine, Tito ou Franco noyés parmi des bikers, la Joconde ou des filles à poil. D'ailleurs le fait que le nobre de motifs politiques l'emporte de manière écrasante sur les dessins plus anodins n'en finit pas de donner la nausée. Pour qui a encore envie d'acheter une bouteille, le procesus est simple mais pas courant : on clique d'abord sur l'étiquette avant de faire son choix parmi les vins disponibles. Preuve s'il en fallait encore une, que le contenant passe avant le contenu.

    On perd son italien devant tant de bêtise. En s'essayant à un marketing sordide, notre homme réutilise l'Histoire à ses fins pour s'attirer la faveur de buveurs idiots. Ce type de raisonnement dit tout de la société capitaliste actuelle : le faux vigneron est prêt à tout pour vendre, prêt à tout pour faire un coup, il n'a aucune mémoire, aucun respect. Son objectif : l'argent. Le véritable amateur de vin se dit que si Lunardelli est obligé d'aller si loin pour qu'on parle de lui, c'est que son pinard doit lui aussi être répugnant.

    Certains convoquent la liberté d'expression pour laisser faire. A mon sens, le problème est plus concret : c'est un nouvel avatar de la prise en otage quotidienne de l'Histoire. Et de la prise en otage quotidienne de l'une des plus belles réussites de l'humanité, à savoir le vin.

    P1190120.JPG

    Il y a deux ans, ces bouteilles avaient été repérées dans un supermarché de Lombardie et retirées de la vente sous la pression médiatique. Mais le domaine continue à produire ce genre de bêtises et à deux pas du très couru pont du Rialto, le touriste peut s'en procurer.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu