Avertir le modérateur

jurançon

  • La bande des Quatre se baptise à la Cuvée Marie

    Les dégustations de la bande des Quatre correspondent aux débouchonnages et décapsulages effectués durant le week-end du 15 août...

    Est-il encore besoin de présenter Charles Hours ? Son jurançon sec 2007 nous avait ravi chez Camdeborde. Je ne dirais jamais assez mon amour de ces vins de cette appellation. Ma préférence va avant tout au sec, j'ai des souvenirs émus des 2004 et 2006. Quant au 2008, il semblait encore un peu vert mais plus ouvert après une nuit de repos dans le fond de la bouteille.

    Nous l'avons choisi pour les fromages de chèvre et je pense qu'on a bien fait.

    IMG_0248.JPG

    Verdict de la bande des Quatre : si on peut regretter de l'avoir ouvert trop tôt, on ne regrette jamais vraiment d'avoir ouvert un Charles Hours.

  • Le Comptoir du Relais d'Yves Camdeborde : une larme de bonheur

    P08-01-10_21.23[03].JPG

    Nous y voilà enfin. Sept mois d'attente pour la table la plus courue de Paris. Aucune étoile Michelin et un niveau de cuisine digne d'un troizétoiles. Un menu du jour à 50 euros, des vins de qualité, un joli décor. Le sentiment d'être un privilégié. "Rappelle-toi quand on a réservé en mai dernier..."

    Le vin est vite choisi. Pour les entrées, un blanc déjà connu de nos services : le Jurançon sec, Cuvée Marie de Charles Hours version 2007 (26 euros). Un nectar sublime, l'un de mes vins préférés. Un magnum de rouge pour la viande et le fromage. Ah oui, on ne lésine pas sur les moyens ce soir. Lorsque la bouteille d'un litre et demi arrive sur la table, on se demande si on n'a pas vu un peu trop grand. Château Le Puy 2003. Un bordeaux dans une appellation qui monte, Côtes-de-Francs (58 euros seulement). Un très beau vin bien léger et goûtu.

    P08-01-10_21.17.JPG

    C'est parti.

    Gougères, chips vitelotte, rondelles de saucisson frère Camdeborde. Je passe vite sur les amuse-gueules qui ont ravi la mienne.

    En entrée, on laisse parler le chef. "Tourteau breton, rémoulade pomme avocat, bouillon de crabe à l'huile d'olive". Simple, évident, connu mais oublié. Le terroir sublimé. A refaire, à copier. Même si ça ne réussit pas aussi bien une fois revenu à la maison, ça ne peut pas être foncièrement mauvais.

    P08-01-10_21.02[01].JPG

    Arrive le petit souci, un gramme de problème : le menu à 50 euros peut être vu comme un produit d'appel. Car comment faire si on ne mange pas de tout ? Ou si on a vraiment envie de se faire plaisir ? Je m'explique : en plus du menu imposé, il y avait des suppléments possibles. Certains ont choisi le crémeux à la truffe plutôt que les Saint-Jacques (+ 10 euros). Et les garçons ont craqué pour le lièvre à la royale (+ 15 euros) à la place de l'agneau. On n'est pas chez Camdeborde tous les soirs. Donc no limit comme dit Olivier.

    Nos voies ont quelque peu différé. "Crémeux d'oeuf truffes noires et parmesan".

    P08-01-10_21.23.JPG

    Et pour les garçons, "Saint-Jacques de la baie de Granville rôties en coquille, beurre demi sel persillé, agrume confit". Vous m'en mettrez une quinzaine en plus, merci. Fondant, marin, parfait.
    P08-01-10_21.23[01].JPG

    Ebouriffant. On attend avec impatience la viande. On croque un bout de pain. "Mais c'est quoi ce truc de malades ?"

    P08-01-10_21.04.JPG

    Arrive donc la viande. Là aussi les chemins ont bifurqué. Pour certains, ce qui était dans le menu. "Selle d'agneau des Pyrénées roulée, thym et ail, crosnes au jus, chou de Bruxelles en mousseline, salade". Les crosnes sont ces tubercules qui ressemblent à des vers de terre. Je précise.

    P08-01-10_21.45[01].JPG

    Et pour les garçons, no limit. "Lièvre à la royale à notre façon".

    Avant...

    P08-01-10_21.45[02].JPG

    ...et après.

    P08-01-10_21.59.JPG

    Rien que de revoir les photos... Bref. Le rouge est toujours là, le magnum même pas à demi vidé. Heureusement le fromage débarque, joli prétexte pour pouvoir encore se goinfrer de pain.

    P08-01-10_22.14.JPG
    P08-01-10_22.18.JPG

    No limit, on a tout goûté. Le ventre se fait lourd. Les fromages viennent de chez Boursault, maison parisienne réputée. Note pour plus tard : faut y aller. Le bleu de Termignon était sensationnel.

    P08-01-10_22.23.JPG

    Le dessert est déjà là. "Perles du Japon, lait vanille cannelle, chantilly à la banane". De manière moins poétique, les perles du Japon, ce n'est que du tapioca. Mais façon Camdeborde, c'est à tomber. Un dessert bizarrement très léger. Et pas de photos car mes colocataires de table gueulaient déjà parce que j'en prenais beaucoup. Et là je crois aussi que j'ai oublié. Je m'en veux.

    Et puis le moment qui cloue le bec à un dîner comme ça, la cerise sur le gâteau. On a parlé quelques minutes avec Dieu le père : du repas, du Michelin qui le snobe, des clients qui ne le snobent pas, de la daube de joue de boeuf que j'avais copiée, des crédits qu'il doit rembourser, des coups de téléphone aux fournisseurs, des 48 personnes qu'il emploie et des 28 qu'il nourrit chaque soir.

    Yves Camdeborde est bien le pape du bistro gourmand à Paris, son inventeur officiel aussi. C'est un sacerdoce, une vocation et un appétit de faire partager des bons produits : du lièvre, un bleu, une Saint-Jacques. Une joue de boeuf, une purée, une chantilly. Et de nous redonner quelque chose que la société moderne a confisqué : le goût.

    Et je repense à ce qu'écrivent Sébastien Lapaque et Yves Camdeborde dans leur livre Room Service qui raconte l'histoire et les recettes du lieu : à la manière d'Antoine Blondin, il ne nous reste plus qu'à aller toréer les voitures du boulevard Saint-Germain voisin.

    Le Comptoir du Relais, 9 Carrefour de l'Odéon, 75 006 Paris, 01 43 29 12 05.

  • C'était, je crois, en novembre

    Avec le vénéré Hubert de Montille, Yvonne Hegoburu est une des stars du documentaire Mondovino de Jonathan Nossiter. Son domaine de Souch irrigue Paris de son jurançon sec avant tout. Pas encore eu l'occaze de goûter le moelleux.

    Un vin tranchant, pointu donc une forte personnalité (18 euros à la Cave du Daron). Il ne lui manquait que cette extraordinaire focaccia pommes de terre-truffe. L'adresse ? En bas de chez moi.

    P17-11-09_20.43[01].JPG

    C'était un soir de novembre dernier. Mes souvenirs quant à la date et quant au vin ne sont peut-être plus trop présents. Mais l'alliance avec la foccacia était une merveille. Et pour une fois ce fut en solitaire.

  • Carte des vins de Noël 2009

    Au glouglou du 24, un corbières blanc 2008 de la Treille Muscate (déjà un peu plus ouvert), le jurançon sec cuvée Marie 2007 de Charles Hours (génial sur un foie gras, bien mieux qu'un liquoreux), un minervois 2008 La Nine de Jean-Baptiste Sénat, une eau-de-vie de lie-de-vin sélection de grains nobles 1998 de Binner...

    Vu la qualité et la finesse des vins cités ci-dessus, l'Hermitage 1988 de la Cave de Tain a énormément déçu la tablée. On ne fait pas d'un âne un cheval de course.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu