Avertir le modérateur

la note rouge

  • Apprenez le geste qui sauve les vignerons

    P1170179.JPG

    Accrochée dans mon couloir, cette affiche vantant les vins de Loire de Catherine et Pierre Breton date d'il y a quelques années maintenant ; elle a toujours été un cri de ralliement des adorateurs du dieu sobrement appelé Vin Naturel. Aujourd'hui encore, elle continue à prendre tout son sens. Ainsi l'histoire d'Olivier B. qui a enflammé la blogosphère du vin moins sobrement appelée "bloglouglou".

    Il faut avouer ici qu'avant cette affaire, je n'avais jamais entendu parler de ce vigneron travaillant dans ce coin du Vaucluse. Jamais non plus je n'avais croisé les bouteilles d'Olivier B. chez un caviste, parisien ou non. J'essaye de récapituler la chronologie pour moi-même. Premier acte : Olivier B. annonce la fin de son activité pour diverses raisons, mais surtout pour une : il est aujourd'hui difficile de vendre du vin. Deuxième acte : il lance un appel à la bloglouglou traversée par des débats existentiels pour l'aider à faire connaitre ses vins. 3ème acte : poussé par la bloglouglou, Olivier B. envisage tout un scénario et pleins de possibilités pour retrouver un peu de souffle. Reste à savoir si le quatrième acte va se traduire en actes et avoir une vraie influence sur la (bonne ?) marche de l'entreprise d'Olivier B. Et si oui, on aura notre réponse : oui, la bloglouglou sert à quelque chose.

    Commençons par suivre les dernières consignes d'Olivier B. Direction la rue Saint-Martin près du centre Pompidou et le caviste La Note Rouge que je ne connaissais pas non plus. Décidément... Tiens un Quattuor à 43 euros ? Sans doute le meilleur prix de Paris. Les autres bouteilles tendance nature me parlent assez mais on n'est pas là pour ça, on est là pour les Amidyves, le domaine d'Olivier B. Même pas besoin du mot de passe "bloglouglou" comme mentionné sur les posts du vigneron... Le caviste : "Olivier B. m'a appelé et m'a dit que si des gens venaient et s'intéressaient à ses bouteilles, il fallait que je leur fasse goûter ses vins..." Mon attention se porte tout de suite vers le blanc 2009 (grenache et roussanne). Nez explosif et bouche ronde où on sent bien le grenache. J'en suis baba de ce genre de vins : le grenache blanc peut parfois être bien supérieur à certains chardonnays. Côté rouge, ouverture du 2007 qui titre à 15° mais on lui en donnerait deux de moins tant il coule gaiement, toujours avec ce côté "concentré sans être lourd'' des vins sans chimie. Prenons un blanc et un rouge (autour de 15 euros pièce), on va les boire à la maison, à gorge reposée.

    P1170198.JPG

    A ce moment précis, à l'instant où je paye le caviste, je reçois un mail d'Olivier B. qui m'annonce qu'une commande groupée est en train de s'organiser sur Paris. En voilà une idée qu'elle est bonne... A suivre. Et l'autre bonne idée du soir, c'est d'associer le blanc 2009 des Amidyves avec mes lasagnes maison (bon sauf la pâte, j'avoue j'ai pris des De Cecco). Et là on passe un bon moment. Mission remplie pour Olivier B. qui écrit sur la bouteille : "Trinquez, buvez, échangez, rigolez et mon but sera pleinement atteint !"

    P1170182.JPG
    P1170193.JPG
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu