Avertir le modérateur

maria bonita

  • Soirée raclette, on racle tout

    Pour sa pendaison de crémaillère, Manu nous a fait mettre le cap sur Sainte-Marie-aux-Chênes. Frontière Moselle/Meurthe-et-Moselle. On n'a pas salopé les murs, on n'a pas chié dans ses bottes et on n'a pas vomi par terre. Pourtant on avait beaucoup mangé. Et bien. Et je dis pas ça parce que Manu lira ce post. De toute façon une raclette, c'est bon. Même au lendemain d'une tartiflette.

    J'avais ramené un des magnums de riesling de Binner acheté au Salon des Vignerons indépendants. Qu'on n'a pas bu. Manu, j'espère que tu ne l'as pas fait gelé sur la terrasse...

    Puisque je te tiens, ton champagne c'était quoi ? Je crois que toute la tablée a bien apprécié, on n'avait pas l'impression de boire du Perrier, ce qui est le plus grand problème du champagne.

    Un peu de blanc, un Orvieto, joli vin d'une jolie ville italienne. Que la raclette écrase. Mais quel vin n'est pas écrasé par la raclette ?

    Avec le dessert, je m'étais trimballé le pétillant/frizzante/perlant Maria Bonita des Foulards rouges. Même avec un coup dans le nez, il s'ouvre bien.

    IMG_1351.JPG

    Et il se boit bien aussi. J'ai déjà dit tout l'amour que je porte à ce vin dans cette note.

    Là encore évidemment, il se goûtait bien. Une sacrée régularité dans ce vin, c'est agréable. J'aurais prendre en photo son côté troublard, ce sera pour la prochaine.

    Ce fut une bien belle soirée.

  • Perlant ? frizzante ? pétillant ? Dissertez... moi je le bois !

    Ce fut la révélation de mon retour d'Alger. Je comptais beaucoup dessus. J'avais attendu Olivier et Manu qui passait son concours le lendemain. Donc attention, on ne boit pas beaucoup, et que des bonnes choses. Ce sera plus facile de se lever tôt et d'avoir la tête reposée.

    On a commencé avec un Morgon de Lapierre. C'est le genre de vins qu'on oublie, tellement il fait partie de la famille. Il est là, il ne parle pas beaucoup avec des olives (oui je sais, c'est la cata l'alliance vin-olives), mais on lui servirait presque à boire à lui aussi. Puis avec le risotto aux cèpes un malbec argentin ramené par Manu. Pas con comme idée en fait. Si on considère que le malbec est le cépage des vins de Cahors et que le cèpe tire ses origines de par là en-bas, on peut penser qu'on est plutôt raccord question terroir... Ok, c'est un peu tiré par les cheveux.

    Puis vint ma star, celle à laquelle j'ai pensée toute la semaine de l'autre côté de la Méditerrannée. On m'avait dit "Attention, c'est plutôt un truc de dessert because les sucres résiduels". J'avais répondu "Ouais, ou un vin de fin d'après-midi, de lever de sieste, de goûter". C'est donc la cuvée Maria Bonita des Foulards Rouges, alliance muscat-macabeu (14,5 euros à la Crémerie, mon dealer).

    P17-11-09_15.08.JPG

    Capsule + bouchon. Aucune effervescence. L'arnaque ? Non, en fait il est très peu pétillant, la bulle très fine qui s'ouvre une fois dans le verre. Je vais pas faire le dégustateur à deux balles, car c'est pas l'objet de ce blog. Mais franchement, une douceur, une suavité qui renvoient nombre de champagnes, nombre de liquoreux dans les 22. Pour un dessert, pour un goûter, à 3h du matin, après l'amour (ou avant, voire pendant), ce vin est une évidence.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu