Avertir le modérateur

olivia

  • Noël le 18 décembre

    On fête la fête une semaine avant l'heure. L'occasion de s'échanger quelques cadeaux, de manger de bons petits trucs et d'en boire de tout aussi bons.

    T'as eu quoi pour Noël ? Une superbe étiquette de bouteille de vin, fin XIXe, représentant "Le Vin de Monsieur" et spécifiant bien la teneur en alcool : "XI°". Comme l'arrondissement. Ma boule à thé, même un peu design, faisait pâle figure.

    Puis on a enchaîné sur les huîtres Gillardeau. Avec le Corbières blanc de la Treille Muscate (11 euros). Le vin a mis du temps à s'ouvrir. C'était un 2008, il n'avait pas les attributs du millésime qui me reste encore en bouche, mais dont j'ai oublié la date. Le 2006 je crois. Le 2007 étant lui un poil trop visqueux. Le 2008 me paraît déjà un peu oxydé. Il me reste trois autres quilles pour m'en convaincre. En tout cas l'alliance avec les huîtres était parfaite. Le seul souci (mais en est-ce un ?) c'est que les Gillardeau étaient vraiment au top. Le vin semble fade à côté. Alors que seul il en impose bien.

    P18-12-09_20.10.JPG

    Suivent foie gras, époisses et fourme d'Ambert. Bref parfait avec un petit liquoreux me direz-vous. Mais tout le monde sait que je ne porte pas dans mon coeur le monbazillac ou le sauternes. Mais je sauve le jurançon. Là j'avais opté pour un ovni en demi-bouteille (11 euros au producteur). Une tuerie qui s'accorde avec tout et mieux, qui sublime tout.

    P18-12-09_20.52.JPG

    Il s'agit d'un Blanc de Noir 2001 de chez Binner, Cuvée Excellence. Là il faut s'expliquer.
    - Vin d'Alsace
    - Cépage pinot noir, le cépage des grands bourgognes et des quelques alsaces rouges
    - Sauf que celui-là était vignifié en blanc, sans les peaux de raisins en quelque sorte
    - Et en surmaturité
    = un pinot noir blanc moelleux.

    Bref un vin hors du commun. Par sa rareté, par son originalité, par la mentalité du vigneron qui ose. Et par son goût indéfinissable, à s'enfiler à la petite cuillère.

    Avec le foie gras et ma petite confiture mangue-vanille (recette de Christine Ferber, Alsacienne elle-aussi), ce fut un mélange évident. Mais encore plus sublimant avec le coulant de l'époisses. Un véritable accord de maître. De ceux que doivent rechercher les grands chefs.

    Encore une chose. La couleur de ce vin. Je l'ai mis sur la page d'un livre pour faire ressortir la couleur de l'ambre. J'aurais même dit orange, le vin du Modem, le vin de Bayrou.

    P18-12-09_20.56.JPG

    Le livre en question a le tort d'être le dernier opus de Tariq Ramadan. En pleine discussion sur l'identité nationale, je me suis dit qu'associer ce livre à ce vin ne pouvait qu'élever le débat. Sans doute respecte-t-il son identité alsacienne (pinot noir, surmaturité) mais son côté déviant le rend un peu à part. Une jolie voix dissonante.

    Qui allait parfaitement aussi avec le dessert, un Ispahan de Pierre Hermé. Le meilleur dessert du monde sans chocolat.

  • A regoûter

    Il me faudrait un vrai amateur (et connaisseur) de bière avec qui goûter à nouveau la Cantillon, joyau de la dernière brasserie artisanale bruxelloise. Un 100 % lambic, bio de surcroît. Parfum acide-amer, couleur soleil trouble. Déroutant pour le palais habitué aux lager mais tout à fait plaisant ce sentiment de toucher à quelque chose d'élitiste. A ré-essayer et à se documenter pour mieux comprendre. (4,5 euros les 37 cl chez Caves à Bulles, 45 rue Quincampoix, 75 001, 01 40 29 03 69).

    P01-11-09_18.37.JPG
  • Lundi soir, suite du feuilleton Ze Kitchen Galerie

    Non, cette fois, ce n'était pas pour manger. Dommage.

    Mais juste pour apprendre cette info, en arrivant au travail :

    GaultMillau : William Ledeuil (Ze Kitchen Galerie) "cuisinier de l'année"

    PARIS, 26 oct 2009 (AFP) - Le chef du restaurant parisien Ze Kitchen Galerie (VIe), WilliamLedeuil, a été élu "cuisinier de l'année" par l'édition 2010 du guide gastronomique GaultMillau, à paraître jeudi.

    Le chef, qui vient d'ouvrir un deuxième établissement parisien, KGB (pour Kitchen Galer ie Bis), "invente des passerelles et courbe l'espace-temps en rapprochant les continents", chez lui "chaque convive est en partance", estime le guide.

    William Ledeuil, ancien chef de Guy Savoy, "connaît tout de la grande cuisine française", écrit le guide. "Il y ajoute une science des herbes et des épices, plus particulièrement d'Asie du Sud-est, qui donne autant de mystère que d'originalité à un bouillon, un wok de légumes ou même de simples pâtes", ajoute-t-il.

    Le guide recense au total 3.560 restaurants et 1.580 hôtels. (GaultMillau 2010 - 1.440 pages - 29 euros)

    William Ledeuil 08.09 (108).jpg

    Pour ceux qui suivent, et c'est le billet précédent, là juste en-dessous, on a donc mangé à Ze Kitchen Galerie samedi, deux jours avant cette annonce. Le bouillon les pâtes, tout est déjà expliqué.

    Samedi soir, j'avais bafouillé trois mots à William Ledeuil. Quand je lui parlais des médias où on l'entendait peu, alors qu'on y voyait tout le temps ses restaurants, il donnait la plus belle réponse : "mon métier, ce n'est pas la communication. Mon métier, c'est d'être en cuisine."

  • La fève tonka, ou comment je succombe à la mode

    Revenu de G. Detou avec mon petit bocal de fèves tonka (3,5 euros), une question me turlupine. Car c'est bien joli, c'est à la mode sur les blogs de cuisine Le problème, c'est que l'odeur de vanille, de caramel, de cacao, de... est terriblement envoûtante.

    Nom de Dieu, qu'est-ce qu'on boit quoi avec un truc pareil ? On sirote quoi avec un dessert à la fève tonka, ou parfumé de fèves tonka ? Merci d'être original en répondant autre chose que Porto ou Rivesaltes. Je n'accepterai pas non plus Maury, ni Banyuls. Surtout quand on sait que l'écrasante majorité de ses vins n'ont aucun intérêt.

    Moi, j'aurais une idée, mais c'est pas évident. Un vieil Irouléguy blanc, de chez Brana. Comme celui qu'on a ouvert l'autre soir avec Olivier, un 2001 si mes souvenirs sont bons (la cave des Galeries Lafayette, boulevard Haussmann, les avait planqué derrière les 2005, il fallait avoir l'oeil, 15 euros). Son goût de rancio, ce côté madérisé, aurait pu s'accomoder d'une petite madeleine saupoudrée de fève tonka.

    L'épicerie G. Detou, à Paris, n'a pas besoin de moi pour sa pub. Il suffit de googliser comme un grand.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu