Avertir le modérateur

pâtes

  • Padoue : une vraie "bolognese"

    P1170475.JPG

    Ici on est chez L'Anfora et on ne rigole pas avec la tradition. La sauce bolognaise que l'on connait en France n'est qu'une lointaine cousine de la vraie bolognese italienne, appelée ragù (alla bolognese). Peu de tomate donc peu de sauce et surtout de la viande qui mijote. Le résultat donne quelque chose comme ça...

    P1170484.JPG

    Ou sinon les fameuses pâtes à l'encre de seiche.

    P1170485.JPG

    Et pour accompagner cela, à nouveau un valpolicella della casa. Un vin bien bon pour la cuvée du patron. D'ailleurs il s'y connaît pas mal en vin, la carte est étoffée et les références sérieuses. Et tiens, y a même un muscadet de Jo Landron. A la fin du repas, je vais voir le patron et lui demande comment est-ce qu'il connaît ce vigneron français ? Il me répond dans un français hésitant mais le sourire aux lèvres : "je le connais... parce que c'est bon !"

    P1170470.JPG
    L'Anfora, Via dei Soncin 13, Padoue, 049 656629.
  • ll Prezzemolo : encore un Italien !

    Tiens, allez, encore un petit Italien dans le quartier. Mais faut dire qu'entre les pizzas d'Al Taglio, les pâtes de l'Osteria et le fulgurant Fulvio, il ne reste plus beaucoup de place.

    Il Prezzemolo dans la jolie rue de Commines. Partis pour une pizza, nous nous retrouvons avec des pâtes. Un genre de carbonara à ma façon (mais avec des asperges : ça je leur pique leur truc)...

    IMG_0311.JPG

    ... et un autre plat à la boutargue (ou poutargue selon les envies) qui, inutile de le rappeler, est constituée d'oeufs de mulets séchés. Miam...

    IMG_0313.JPG

    Verdict : c'est bon et copieux. Mais ça ne vaut pas les autres cités en début de post.

    Il Prezzemolo 13, Rue Commines 75003 Paris. Entre 15 et 20 euros le plat, pas donné-donné.

  • Un voyage au Japon, c'est pas si cher en fait

    C'est un quartier que les fous du Japon connaissent sur le bout des baguettes. Le quartier japonisant de Paris. Mais il faut savoir que la rue de l'Echelle constitue le prolongement de la rue Sainte-Anne par-delà l'avenue de l'Opéra. Ce qui signifie que Zen est un peu à l'écart de la meute. On est presque rue Saint-Honoré, déjà un autre monde.

    Ce nom-là, Zen, est un peu pourri. Passons.

    Ah oui mais il y a le décor aussi. Déroutant. Ce vert granny smith, comment dire... je n'en suis pas un inconditionnel. On se demande encore dans quel mauvais film on s'est embarqué. Heureusement, on avait été prévenu : "ne pas se fier au décor". En plus d'être vert, il est aseptisé, presque digne d'une hôpital à la D&Co. Mais bon on s'assoit, on est là pour ça. Passons bis.

    P05-12-09_12.19.JPG

    C'est bizarre, les clients ne sont que des Japonais. Encore plus bizarre, les serveurs ne sont pas des Chinois comme dans presque tous les restos japonais ; eux aussi sont des Japonais... Comme là-bas dis, tout en retenue. Notre homme en tablier attend gentiment à côté de nous qu'on ait posé la carte pour rappliquer. Et remercie, s'excuse, s'excuse, remercie, s'excuse, remercie. Et s'excuse de remercier. Le niveau sonore est celui d'un resto groenlandais, malgré la salle comble. Arrivent des gyoza (5 euros pour 5 merveilleux raviolis frits) et du kara-agé (4 euros les quelques bouchées de poulet frit).

    Puis la grosse affaire. L'unagi (18 euros la brochette d'anguille sur du riz, sauce soja caramélisée). Rien que de l'écrire j'ai la bave aux lèvres. Mais je comprends que ça ne plaise pas à tout le monde, cette texture gélatineuse, à la fois proche du poulet mais dont l'odeur rappelle au glouton qu'il s'agit bien d'un poisson. La sauce sirupeuse ajoute à l'aspect rondouillard de la chose ; d'ailleurs c'est servi sur du riz dans un bol. Une spécialité d'Osaka si je me souviens bien.

    P05-12-09_12.31.JPG

    Katsudon ramen (14 euros). Bon pour ceux qui sont pas au jus (merde, faites un effort !) : il s'agit d'un des plats le plus courants au Japon, qu'on ne mange d'ailleurs pas forcément dans un bouillon (dans ce cas-là on enlève ramen et ça s'appelle simplement katsudon). Du sublime porc pané (demi-sel sans doute, en tout cas le seul qu'on mange comme ça à Paris), avec quelques tranches de lard, des pâtes, le tout dans un gros bouillon donc. Il y en avait pour deux ou trois.

    Là-dessus une Kirin pression, l'équivalent de notre Kronenbourg. En plus noble s'il vous plaît.

    Merci, au revoir, à très bientôt.

    Zen, 8 rue de l'Echelle, 75 001 Paris,  01 42 61 93 99.

  • Les meilleures pâtes fraîches de ce côté des Alpes

    Ce minuscule coin de paradis en bas de la maison s'appelle Osteria dell' Anima. Ce resto "vous n'en entendrez pas parler à la télé, vous ne le verrez pas à la radio" : très peu de guides le mentionnent. Et c'est tant mieux, je me le garde. Déjà que la salle n'est pas grande, qu'il faut réserver sauf si on se pointe à deux à 20h un lundi. C'est vrai que la façade est minuscule, mais toute bleue elle détonne à côté d'un autre italien sans intérêt. A l'intérieur tout jaune, des serveuses souriantes et des assiettes souriantes. Des lasagnes aux trois viandes (13 euros) à se damner.

    P26-11-09_20.35.JPG

    OK la photo ne leur fait sans doute pas honneur. Sinon une ribambelle d'autres pâtes fraîches moulinées minute sur la grande table près de l'entrée. Plus fraîches tu meurs ! Pour gaver ma soif de fruits de mer, ben ce sera pasta aux fruits de mer (17 euros). Rien à redire, un fumet enivrant. Quant au tiramisu, on avait déjà bien tapé dedans. D'ailleurs c'est incroyable : ici pas de tiramisu aux fruits rouges, ni à l'abricot, ni à la mangue. Encore moins au pop-corn, alors que c'est devenu la spécialité d'un resto pseudo branché à quelques arrondissements de là. Non juste un tiramisu classique, poudré, italien. Un tiramisu quoi !

    P26-11-09_20.49.JPG

    Le seul souci c'est côté vin, ça pèche un peu. Une jolie carte, les régions italiennes assez bien représentées. Faut dire que je n'ai goûté que les blancs. Le soave du Piémont (4 euros le verre) se laisse bien boire, les autres sont moins tranchants.

    Osteria dell' Anima, 37 rue Oberkampf, 75 001 Paris, 01 43 38 40 03. Comme c'est en bas de la maison, on y va rarement. On a tort, d'autres le font pour nous, ils ont raison.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu