Avertir le modérateur

petits luxes anti-crise

  • Le cornichon made in France contre la "mondiabanalisation"

    Le made in France est à la mode et c'est idiot. Parce qu'un bidule serait produit en France, il serait de meilleure qualité ? Qui peut croire à cet évangile ? Economiquement et politiquement, le ressort est utile mais en ce qui concerne la qualité intrinsèque du produit, aucune vérité n'est absolue.

    1.gif

    Aujourd'hui, je me penche sur la microéconomie du cornichon. Comme à chaque fois dans les rayons de ton hypermarché préféré, l'objectif est de proposer le produit au moindre coût. Ce qui fait que toutes les grandes marques (que tu connais très bien, donc pas besoin de les citer) vont se fournir en Inde et en Chine. Si, si. Ton cornichon, il n'est pas très vert en fait. Et quand il vient de France, ne t'en fais pas, c'est indiqué sur l'emballage. Or il faut reconnaitre que les cornichons que nous servent ces grands groupes sont plus que médiocres. Tu veux du cornichon qui te laisse un souvenir ? Alors teste plutôt ceux de chez Martin Pouret, une maison historique, dernière survivante des 200 à 300 vinaigriers qui occupaient les bords de Loire à la fin du XVIIIe siècle. Ici oui, le made in France veut dire quelque chose.

    Aujourd'hui, sur son site internet, cette entreprise dénonce la "mondiabanalisation", terme fort heureux que je me réapproprie. Et elle met la contre-offensive en pratique avec ses cornichons. 

    2.gif

    Ils sont cultivés en France, en Bourgogne et conditionnés avec du sel de Guérande, des épices et un petit secret, le fameux vinaigre d'Orléans qui sublime les condiments. Martin Pouret est la dernière maison à en produire de la sorte. "La transformation du vin en vinaigre se fait par une fermentation naturelle de surface sans aucun brassage du vin, ni ajout de ferments ou autres accélérateurs d’oxydation. Le vin à l’abri de la lumière dans des vaisseaux en chêne d’une capacité de 240 litres, se transforme en vinaigre en 3 semaines à une température constante de 30°C. Rien à voir avec la fabrication industrielle en acétator qui peut produire plusieurs dizaines de milliers de litres de vinaigre en vingt-quatre heures. Ensuite, notre vinaigre vieillit pendant au moins 1 an dans des foudres de chêne en cave". Forcément, le cornichon s'y plait plus que dans un vinaigre blanc austère.

    Bon, et en bouche ? Les cornichons de petit calibre n'ont rien à voir avec les cousins industriels. Ce qui saute aux papilles, c'est, outre la longueur en bouche, ce côté croquant tout à fait irrésistible. D'ailleurs, comme pour le vin, chaque récolte est millésimée : afin de garder son croquant, le cornichon doit se consommer dans l'année. Tout ça pour dire que ce soir, on va se taper une jolie ravigote. Ou quelques ornithogales sur un lit d'épinard avec quelques rondelles de lingot vert.

    3.gif

    J'ai décidé de reprendre mes chroniques du lundi, sur les petits luxes anti-crise ! Les quoi ? Les petits luxes anti-crise, ce sont des produits d'exception ou des bouteilles hors du commun qui, pour moins de 10 euros, mettent tout le monde d'accord. Ici les cornichons Martin Pouret sont conditionnés en bocal de 670 grammes que La Grande Epicerie du Bon Marché vend 7,30 euros. Je suis tombé dessus par hasard l'autre jour. Tous les petits luxes anti-crise sont à retrouver ici

  • Petit luxe anti-crise #23 : quand un vigneron ne fait pas fermenter son raisin

    Les petits luxes anti-crise ! C'est quoi ? Des produits d'exception ou des bouteilles hors du commun pour une poignée d'euros. Plus d'infos sur ce lien.

    P1230198.JPG

    "Discret mais efficace." La RVF n'a pas tort en ce qui concerne Pascal Pibaleau, vigneron du côté d'Azay-le-Rideau. On le connait pour ses remarquables chenins, jeunes, en cubi, vieux, en moëlleux, etc. Il fait partie de ces vignerons dont on a déjà souvent bu les vins mais dont on ne parle pas assez souvent.

    C'est chez Versant Vins que j'ai découvert son grolleau non fermenté. Kézako ? Ben, du jus de raisin monocépage grolleau tout simplement. Pour ceux qui n'ont toujours pas compris, c'est sans alcool. L'occasion de se familiariser avec ce goût bien particulier. Et cela vous en coûtera 3,90 euros. 

    C'est rudement joli : on croirait presque voir un gamay bien naturel, sentir des arômes de fraises assez soutenus mais équilibrés par un sucre qui en réalité fond très vite. L'étiquette propose aussi de l'associer avec 2/3 de crémant rosé pour "déguster un apéritif à 8°, de quoi passer un bon moment tout en gardant ses esprits". La belle idée...

    Dans la catégorie jus de raisin, je garde aussi un souvenir ému des bouteilles du domaine de Mazel. Très difficile à trouver à Paris (il y en avait parfois au Vin se Livre, mais cette belle boutique a fermé).

  • Petit luxe anti-crise #22 : le miel qu'on achète chez le caviste

    Les petits luxes anti-crise ! C'est quoi ? Des produits d'exception ou des bouteilles hors du commun pour une poignée d'euros. Plus d'infos sur ce lien.

    P1220663.JPG

    Pourquoi mon miel est-il millésimé ? Parce que je l'ai acheté chez mon caviste, tout simplement.

    Passant l'autre samedi à la Cave des Papilles, alors que je cherchais des quilles de Hirotaké Ooka, je tombe dessus par hasard. L'apiculteur s'appelle Michel Aubertin et bosse à Saint-Herblain. A voir les mines réjouis des tauliers quand je leur apporte ce pot de miel pour le payer, j'imagine que c'est un bon copain.

    P1220661.JPG

    Sirupeux et pas trop liquide, il est très fort en goût, ce qui se voit déjà à sa couleur. Tout en étant vraiment... fruité, ce qui n'est pas un qualificatif ordinaire du miel.

  • Petit luxe anti-crise #19 : la générosité de la charcuterie Ronceret

    Oui, oui d'accord... Chaque lundi, je reprends les petits luxes anti-crise ! C'est quoi ? Des produits d'exception ou des bouteilles hors du commun pour une poignée d'euros. Plus d'infos sur ce lien.

    C'est une adresse que les gourmands se refilent sous le manteau, comme si on était honteux ou comme si des puissances extérieures au bon goût nous occupaient. Souvent le passant qui n'est pas dans la confidence passe devant Ronceret en regardant à peine la vitrine. Faut dire que ce coin de la place Voltaire est bien achalandé question barbacque avec pas moins de 4 boucheries-charcuteries sur quelques dizaines de mètres (dont une chevaline de l'autre côté de la place). 

    Pourtant, notre charcutier-traiteur est assez réputé, mais pas très médiatique. Médailles pas en toc et diplômes obtenus à la force des bras ornent les murs. A l'intérieur, on quitte Paris pour une auberge de province rassurante. Je n'ai pas encore goûté les plats cuisinés ; dans une telle boutique, je m'intéresse plus à la charcuterie qu'au traiteur. Jambon à l'os, jambon fumé, andouille, andouillette... Et surtout les pâtés et le fromage de tête maison (moins de 20 euros le kilo, soit quelques euros la belle tranche). On voit d'ailleurs que toute la tête est là, avec la belle ligne blanche formée par l'oreille.

    IMG_8832.JPG

    Voici une belle maison qui prépare elle-même ses terrines. On ne se contente pas de prendre le camion frigorifique direction Rungis et une fois revenu à la maison, d'ouvrir le plastique. Il y a un vrai travail d'artisan, voire d'artiste. Une adresse rare.

    Ronceret, 138 rue de la Roquette, 75 011 Paris, 01 43 79 71 19.

  • Petit luxe anti-crise #16 : il est bon ton café, gringo

    Les petits luxes anti-crise ? Des produits d'exception ou des bouteilles hors du commun pour une poignée d'euros. Plus d'infos sur ce lien.

    P1190194.JPG

    Il y a bien un mois que je n'avais plus fait de petits luxes. Allez, on se reprend...

    Donc oui mon café, il est bon tu m'étonnes. Je le prends chez l'un des derniers torréfacteurs de la capitale, dénicheur de grands crus qui plus est. Eric Duchaussoy des Cafés Verlet fait le job dont je rêve : parcourir la planète à la recherche d'un super produit. Il les propose en grains, moulus gros, moulus moyen ou moulus fin. Ce jour-là pour 8,50 euros, j'ai choisi la Birmanie (le Chaung Gwe) pour son côté épicé et citronné.

    P1190196.JPG

    Mis à chauffer dans la petite cafetière italienne ramenée de Venise, franchement ça change du Nespresso...

    P1190200.JPG
  • Petits luxes anti-crise : kézako ?

    Pour oublier brièvement les soucis du quotidien, rien de mieux qu'ouvrir une bouteille hors du commun ou manger un plat d'exception. C'est ce que je vais essayer de faire partager chaque semaine en mettant à l'honneur ces petits luxes anti-crise qui ravissent les papilles sans percer le porte-monnaie. Disons 10 euros au grand maximum (et le plus souvent moins).

    Comment ça marche ? Chaque lundi, un petit post vient mettre à l'honneur un comestible qui rend heureux et qui coûte tout juste une poignée d'euros. Car à "luxe" reste accolé l'adjectif "petit" : je le répète, on ne va pas se ruiner.

    Un exemple ? Quoi mieux que le chocolat pour réconforter ? D'ailleurs en ce moment il est partout, dans tous les magazines, sur toutes les vitrines. La faute à l'ouverture du salon du Chocolat à Paris. Pour mes petits luxes anti-crise, je ne vais pas vous dire "allez acheter un kilo des merveilles que confectionne Patrick Roger !" ; il vous en coûterait une centaine d'euros. Pourquoi ne pas se faire simplement plaisir avec deux ou trois petits chocolats de dix grammes chacun dont le souvenir sera quasi mythique.

    Mais au fait... le luxe c'est quoi ? Avant tout on peut parler gros sous comme Louis Vuitton qui vend de la toile cirée au prix du caviar. Le luxe = quelque chose de très très cher. Peut-être... mais pas que. Le luxe, c'est aussi avoir une idée qui sort de l'ordinaire : marier tel aliment de qualité avec tel autre de toute aussi bonne qualité, trouver des produits singuliers, dégoter la petite bouteille qui illuminera la table...

    Maintenant, va falloir s'y tenir chaque lundi. La liste exhaustive des petits luxes anti-crise qui se complétera semaine après semaine est à retrouver en cliquant sur ce lien.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu