Avertir le modérateur

piémont

  • Le vin anar qui met des couleurs sur le gris des pavés

    Le bon goût se cache dans le Piémont, c'est entendu. Un vigneron anarchiste aussi, c'est moins connu. Avec qui peut-on parler à la fois de Mario Rigoni Stern, le père du berger Tönle, et de la singularité du grignolino, ce cépage piémontais qui offre toute sa poésie à la cuvée Anarchico ? La réponse : Morandi Silvio, qui produit donc un grignolino del Monferrato Casalese (à peine une dizaine d'euros la quille). Rencontré à Plappevignes, il fut sans doute la grosse sensation de ce salon.

    photo.JPG

    Vin de soif, vin d'amitié, vin libre, il rend la vie plus légère. Comme dirait Léo, il met des couleurs sur le gris des pavés. Petit rouge qui coule, il impressionne ceux qui continuent à avoir des idées reçues sur le vin italien. Son papa propose de faire quelques moules au citron et au safran pour l'accompagner, oui du rouge avec des moules. Révolution.

    Les "grosses" cuvées du domaine s'apprécient tout autant pour à peine quelques euros de plus. Le seul souci ? En trouver en France, à part à La Vigne d'Adam.

  • Les meilleures pâtes fraîches de ce côté des Alpes

    Ce minuscule coin de paradis en bas de la maison s'appelle Osteria dell' Anima. Ce resto "vous n'en entendrez pas parler à la télé, vous ne le verrez pas à la radio" : très peu de guides le mentionnent. Et c'est tant mieux, je me le garde. Déjà que la salle n'est pas grande, qu'il faut réserver sauf si on se pointe à deux à 20h un lundi. C'est vrai que la façade est minuscule, mais toute bleue elle détonne à côté d'un autre italien sans intérêt. A l'intérieur tout jaune, des serveuses souriantes et des assiettes souriantes. Des lasagnes aux trois viandes (13 euros) à se damner.

    P26-11-09_20.35.JPG

    OK la photo ne leur fait sans doute pas honneur. Sinon une ribambelle d'autres pâtes fraîches moulinées minute sur la grande table près de l'entrée. Plus fraîches tu meurs ! Pour gaver ma soif de fruits de mer, ben ce sera pasta aux fruits de mer (17 euros). Rien à redire, un fumet enivrant. Quant au tiramisu, on avait déjà bien tapé dedans. D'ailleurs c'est incroyable : ici pas de tiramisu aux fruits rouges, ni à l'abricot, ni à la mangue. Encore moins au pop-corn, alors que c'est devenu la spécialité d'un resto pseudo branché à quelques arrondissements de là. Non juste un tiramisu classique, poudré, italien. Un tiramisu quoi !

    P26-11-09_20.49.JPG

    Le seul souci c'est côté vin, ça pèche un peu. Une jolie carte, les régions italiennes assez bien représentées. Faut dire que je n'ai goûté que les blancs. Le soave du Piémont (4 euros le verre) se laisse bien boire, les autres sont moins tranchants.

    Osteria dell' Anima, 37 rue Oberkampf, 75 001 Paris, 01 43 38 40 03. Comme c'est en bas de la maison, on y va rarement. On a tort, d'autres le font pour nous, ils ont raison.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu