Avertir le modérateur

pré verre

  • Inventaire à la Prévert des improbables desserts du Pré Verre

    Il suffit de passer le pont, c'est tout de suite l'aventure. Ah, le Pré Verre... Magnifique adresse située dans ce quartier de Paris qu'on a appelé Outre-Petit-Pont jusqu'à la Révolution. C'est tout de même plus joli que "rive gauche". J'y ai mangé maintes et maintes fois au Pré Verre, le midi et le soir. Déjà croqué ici, et encore . C'est l'un des premiers restaurants parisiens à avoir osé l'association avec les épices asiatiques. Et ces mariages sont réussis : on n'est pas dans la fausse cuisine ou dans l'épate à tout prix : tout est pensé, parfaitement exécuté et ça en devient évident. On voit bien qu'un chef tient la baraque, c'est Philippe Delacourcelle.

    J'y suis revenu l'autre midi, ça faisait bien un ou deux ans que je n'avais pas poussé la porte. Je jette un coup d'oeil sur la carte : vins biens choisis, formule du midi détonnante et peu chère, parfait usage des épices, produits de qualité... Rien n'a changé. De même, les desserts sont toujours aussi improbables. Et délicieux.

    Ce jour-là, à 7 euros et 50 centimes (comme pour chaque dessert), un tiramisu d'endives au café. Si, si. L'amertume du café vient s'acoquiner avec celle de l'endive qui s'assagit au contact des fruits de la passion. C'est évidemment hors norme et très subtil.

    P1230174.JPG

    P1230178.JPG

    Bien sûr, on trouve aussi à la carte des choses plus classiques : du cheesecake, de la truffade de chocolat noir ou de la mousse de châtaignes (en saison). Mais c'est vrai que l'endroit est coutumier des réinterprétations un poil farfelues. Lors de notre premier passage, c'était une glace au curry. Aussi surprenant que cela puisse paraître, c'est très bien envoyé : le côté crémeux et régressif s'entend bien avec l'épice et sa force. C'est ça l'équilibre.

    currry.jpg

    Autre glace incroyable. Ce n'est pas du sésame noir comme souvent. Ni du thym ou du romarin additionné de yaourt pour aller avec les abricots. С'est bien du 100 % persil qui surmonte ce riz au lait. Certes, il faut aimer l'herbe mais encore une fois, le crémeux et le sucré viennent équilibrer parfaitement la chose. 

    persil.jpg

    L'exemple le plus abouti des desserts improbables du Pré Verre est certainement cette tarte au poivron rouge, dévorée un midi d'août. Oui, une tarte au poivron rouge, je préfère le répèter une seconde fois pour être sûr que tout le monde ait bien compris. Très douce, un peu relevée, archi fondante. Un vrai délice pas évident à imiter à la maison, à moins d'avoir la posologie précise.

    poivron.jpg

    Qu'on se le dise : pour finir sur une note sucrée, il y a autre chose que les fondants au chocolat qui sortent du congélateur. Au moins, la tarte au poivron rouge, tu es certain qu'elle n'a pas été achetée chez Métro. Il y en a encore que ces desserts rebutent ? Il suffit de passer le pont.

    Le Pré Verre, 8 rue Thénard, 75005 Paris, 01 43 54 59 47.

  • Un midi d'août dans un Pré Verre

    J'ai déjà dit ô combien le menu du soir du Pré Verre était épatant pour 28 euros.

    Et je tiens à souligner combien celui de midi est plus qu'épatant. Les jours de semaine ainsi que le samedi midi (ce qui est plutôt rare), la formule à 13,50 euros comporte entrée, plat, un verre de vin et un café. Seul inconvénient, le menu imposé. Il faut faire confiance au chef.

    La cuisine, c'est comme tout : l'irrégularité mène le monde. Si certains jours le menu est bon, d'autres il est extra. Il suffit d'un peu de chance. Aujourd'hui, jour de chance.

    Ce midi donc, une salade de concombres au curry pour commencer. Pas cet infâme poudre jaune mais une subtile crème aux épices. Les concombres en fait, c'est bon. En plat, la poitrine de veau aux épices. Ses pâtes alsaciennes, quelques morceaux de betteraves, du cumin, quelques lentilles. En bouche l'évidence. Le rosé qui l'accompagnait (aucune mention, ni de l'origine ni du producteur : dommage pour une maison qui s'y connait si bien en vin) se révèle fruité et long.

    IMG_0061.JPG

    Ma curiosité m'autorise un dessert : la tarte au poivron et fruits de la passion (+ 7 euros). Passé le goût surprenant du poivron associé au sucré, on finit la tarte très vite. Mais tu aimes ça ? Oui ! Pourquoi ? Parce que c'est bon.

    IMG_0063.JPG

    Ce qu'on aperçoit à peine sur la photo, ce sont les pommes granny smith en forme de frites et saupoudrées de jus de citron et basilic. Un délice à reproduire très très vite.

    Le Pré Verre, une institution au 8 rue Thénard, 75005 Paris, 01 43 54 59 47 (téléphone à apprendre par coeur pour qui veut choisir sa table).

  • Le Pré Verre, le retour

    Comme Camdeborde hier, je suis retourné ce samedi au Pré Verre. J'en disais le plus grand bien au mois de janvier dans cette note, en ce qui concerne le repas du soir.

    Le repas de midi est l'une des meilleures affaires de Paris. Un verre de Languedoc accompagne une mousse de céleri au curry et une tomate farcie au piment d'espelette. Et un café. Par ici les 13,50 euros. Merci.

    P13-02-10_13.32.JPG
    P13-02-10_13.57.JPG
    P13-02-10_14.30[01].JPG
    Ce qu'il faut surtout noter, c'est que cette formule existe le samedi. Alors que beaucoup d'autres endroits précisent bien que le menu d'appel est disponible la semaine "sauf week-end et jours fériés". Et comme on est samedi, on s'autorise un petit dessert. A la carte cette fois (7 euros en rab). C'est dans cette catégorie que les frères Delacourcelle se laissent aller. Souvenez-vous de la glace au curry. Ici on va plutôt tenter le cheesecake classique. Il arrive droit dans son fromage blanc, mais a un peu trop pris le goût de la roquette voisine. Ce qui peut rebuter.
    P13-02-10_14.59[01].JPG
    Je décide de me lancer à l'assaut du riz au lait. Grand classique direz-vous. Certes. Mais avec sa sauce persil et ses cacahuètes, certains auraient encore pu trouver à redire. Olivier un peu embêté par la roquette du cheesecake a préféré ce dessert. Comme quoi.
    P13-02-10_14.59.JPG
    Nous avons ensuite digéré devant le film "12" de Nikita Mikhalkov. Belle après-midi.

    Le Pré Verre, 8 rue Thénard, 75 005 Paris, 01 43 54 59 47. Devenu un classique.
  • La cuvée du patron, pour la 12 !

    Quand un menu fait 12,50 euros, avec entrée + plat + dessert + 1/4 de vin, on peut avoir peur. Bien sûr, il y a les superbes formules de superbes bistrots, comme le Pré Verre ou l'Avant-Goût, dont on a déjà parlé ici. Ce qui m'énerve, c'est que de telles pépites ne fourmillent pas dans chaque rue de Paris. La majorité est composée de troquets minables. Ce Kurde-là, Dilan, rue Mandar, est un tout petit cran au-dessus. C'est gras, copieux, pas transcendant. Les 25 cl de rouge n'ont que peu de goût, mais ça ne brûle pas l'œsophage. C'est déjà ça.

    P30-10-09_12.48[01].JPG

    Dilan, 11 rue Mandar, 75 002 Paris. 01 40 26 81 04

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu