Avertir le modérateur

puimisson

  • Sébastien Benoit-Poujad, vigneron acharné

    L'aramon lui tournant la tête
    Elle murmura quand tu voudras
    Fernandel, "Félicie aussi"


    L'aramon, c'était la pépite des vins du Languedoc et, en même temps, la cause de leur perte. Ce cépage hyper productif a fait la fortune des grandes familles de Béziers et d'ailleurs, mais à force de le faire pisser sans contrôle, de miser exclusivement sur les rendements, on a tué la poule aux œufs d'or.

    L'aramon, c'était le petit vin facile, celui du quotidien, qu'on boit parce qu'il faut boire, parce que l'eau ce n'est pas terrible. 

    L'aramon, ce vin frais, léger, fruité est, chez Fernandel, enfin élevé à quelque chose d'un peu plus noble, quelque chose comme un allié objectif de la drague. C'est forcément à cette chanson qu'on pense quand on rencontre Sébastien Benoit-Poujad (domaine de La Banjoulière, à Puimisson au-dessus de Béziers) et qu'on boit son aramon.

    sébastien benoit-poujad,languedoc,jeff coutelou,puimisson

    Le sien (cuvée La Prairie) fait vraiment tourner la tête, plutôt à la manière de Piaf en réalité. Car voilà, l'aramon quand c'est bon, c'est très bon. Fringant, fruité, ni futile, ni fortuit. Catégorie vin de soif, vin des copains, jaja dont chaque gorgée soude l'amitié. D'ailleurs, chaque lampée en appelle une autre : c'est, je ne me répéterai jamais assez, la définition même du bon vin.

    sébastien benoit-poujad,languedoc,jeff coutelou,puimisson

    Sébastien ne fait pas que de l'aramon. Il travaille aussi le grenache en blanc et le carignan en rouge. Avec des doses de soufre minimales voire inexistantes. C'est Jeff Coutelou qui lui ouvre la voie. C'est vrai : quelques heures passées sur le domaine nous donnent envie de crier haut et fort que les vins bien faits ont dans ce coin de France une gueule particulière.

    sébastien benoit-poujad,languedoc,jeff coutelou,puimisson

    En plus, le cas de ce vigneron est un peu à part, dans la bande des natures. Au fil des années, le domaine familial n'a fait qu'augmenter de surface. Quoi de plus logique dans cette région où la productivité, et elle seule, mène la danse. Avoir un (trop) petit domaine, c'est se vouer à ne plus exister.

    Aujourd'hui, le domaine de La Banjoulière s'étend sur 50 hectares. Et 50 hectares, c'est énorme, surtout quand on est seul, aidé seulement par la famille. Sébastien passe toute la semaine dans ses vignes, il ne s'arrête pas. Forcément il n'a pas le temps de publier la photo de ses cuisses sur Instagram. Ni la possibilité matérielle de convertir l'ensemble du domaine en "naturel". Qu'importe, les choses doivent se faire progressivement. Pour l'heure, la majorité de la production est vendue à la coopérative en bio.

    Sauf les trois cuvées natures qui évidemment ne représentent qu'une infime part de la production.

    Mais cet "infime" est tout, là où se cache l'avenir. Désormais, Sébastien peut faire le vin tel qu'il le décide. Il ne met pas encore son nom sur les étiquettes, seulement celui du domaine ; ça ne devrait pas tarder, on a toujours envie de connaître le vrai nom du vigneron quand le vin est bon. Il dessine lui-même les étiquettes, avec grand talent. Il choisit le nom des cuvées. Grâce à Jeff, il fait son vin. C'est peut-être un détail pour vous, mais pour lui, ou pour le visiteur qui a passé ne serait-ce qu'une heure sur le domaine, ça veut dire beaucoup.

    Forcément, il se pose des questions. On lui fait des remarques pas toujours flatteuses. C'est normal, il fait différent. Jeff et Sébastien sont les seuls vignerons de leur coin à nous servir des vins comestibles et qui, plus est, très bons. Autour, c'est la panoplie du petit chimiste dans les vignes. Certains râleurs avancent que 50 ha pour un domaine naturel, c'est trop ; habituellement un vigneron naturel, c'est un petit artisan barbu, pas lavé depuis 13 jours et qui a 0,23 hectare de vignes... C'est idiot de catégoriser ainsi. Le problème est clair : passer d'un coup 50 hectares en naturel demande un travail de titan. Pour l'instant, Sébastien mène sa barque et les choses se font comme le vin, naturellement.

    Sébastien, tu n'as pas à rougir de ces cuvées. Au contraire. D'où qu'ils viennent, les commentaires blessants ne sont que l'œuvre des jaloux. A Paris, je te montrerai le sourire des gens qui boivent ton vin. Buvez, partagez, célébrer les vins de Sébastien Benoit-Poujad ! Ah ben si vous n'en trouvez pas chez votre caviste préféré, c'est normal : Sébastien n'est pas dénichable partout, c'est peu de le dire. Amis cavistes, vous savez ce qu'il vous reste à faire. Tous à Puimisson !

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu