Avertir le modérateur

venise

  • Recioto di Angiolino Maule : il vino "stratosferico"

    Laisse les gondoles à certains quartiers touristiques de Venise et prends ma main, je t'emmène dans la meilleure épicerie de la cité des Doges. Elle est baptisée Pantagruelica et se trouve derrière le Ca' Rezzonico, le musée consacré au XVIIIe siècle vénitien. Précisément, c'est au numéro 2844 du quartier Dorsoduro, sur le campo San Barnaba. 

    C'était il y un an à peu près. On entre dans le magasin et comme tous les clients précédents, on salive direct. Le boss sait tout sur tout, du gorgonzola aux vins naturels. Ah ça, ce n'est pas donné. Oui d'accord c'est Venise mais je le répète :  ce n'est pas donné. Il me dit qu'il faut absolument tester les vins d'Angiolino Maule. Il s'extasie notamment sur une bouteille de 50 centilitres dont le mot recioto orne l'étiquette. Prononcez ré-tchioooo-to. Quoi ça ? Il faut s'imaginer à Venise, avec un accent caractéristique. "C'est un vin extraordinaire ! Lorsque je veux me faire plaisir chez moi, je me prépare un repas simple mais goûteux et à la fin j'ouvre cette bouteille et je reste des heures en tête à tête avec elle !" Il s'écrit à maintes reprises "stratosferico !". Pour les synonymes, voir altissimo ou eccezionale.

    Mais je n'en ai pas acheté : je ne connaissais absolument pas ce genre de vin et il y restait pas mal de sucre, m'a-t-il dit. Très peu pour moi pour ce soir-là : j'avais envie de moult charcuteries et de gorgonzola bien piquant : j'ai préféré un vin plus sec. Le soir même sur le balcon de notre modeste hôtel du quartier San Polo, ce fut l'orgie. D'Angiolino Maule, nous avons pris le sublime Pico 2004. Malgré tout, malgré cette ville si belle quand on sort des autoroutes place St-Marc/Rialto et place St-Marc/Gare, je n'arrêtais pas de penser au fameux Recioto : j'aurais vraiment aimé rapporter cette mini quille dans mes valises. Impossible. Dans l'avion du retour, nous n'avions pas pris le supplément bagage en soute. En ajouter un sur cette compagnie low-cost aurait fait drastiquement grimper le prix de ma bouteille.

    Mais j'en ai retrouvé à Paris !

    P1220672.JPG

    C'était chez RAP et nous avons bu le masieri d'Angiolino Maule chez Arthur, à L'Hédoniste. Ce soir-là, la quille était un peu dans les choux.

    Et puis l'autre soir au Vin en Tête, je tombe sur MA bouteille, mon fameux recioto, version 2004. Il était même moins cher qu'en Italie : c'est dire la marge que se faisait notre gugusse.

    Bon d'accord, mais c'est quoi ? Pour simplifier à l'extrême, disons que c'est le vin passerillé de la Vénétie. Le cépage s'appelle garganega, celui qui fait (parfois) des merveilles dans le soave. Chez Maule, tout est cultivé en biodynamie. Mais surtout, et c'est là que ça devient marrant, les raisins sont accrochés à des fils et séchés jusqu'au mois de février, c'est-à-dire pendant 5 mois. J'ai trouvé cette vidéo : c'est plus facile pour comprendre le truc.

    La fermentation se fait ensuite  pendant 15 jours en cuve ouverte pour accentuer le brassage avec la flore naturelle. Bien évidemment, aucune levure exogène n'est ajoutée. Après la presse, le vin part vieillir dans des fûts pendant 8 à 9 mois jusqu'à un degré alcoolique compris entre 14 et 16. Non filtré, il est mis en bouteille 3 ans après la vendange. 

    Et dans le verre, ça donne quoi ? On voit bien qu'il est troublard, non filtré, qu'il a une couleur de jus de chaussette. Au nez, du cassis pour l'acidité mais très vite arrive le côté poire au vin, puis la vanille. En bouche, on a des pruneaux très amers, puis un goût de whisky léger. En finale, l'acidité remonte, ce qui a pour avantage de faire disparaitre le sucré. On y trouve même quelque chose de piquant, limite pimenté. C'est un vin qui réveille ; au fur et à mesure de la dégustation, il devient droit et incisif. C'est assurément une très belle réussite.

    P1220682.JPG

    Ce petit texte, c'est ma participation à la 42ème édition des Vendredis du Vin. Si vous voulez participer, c'est ici et !

  • Le vin naturel slovène existe, je l'ai rencontré

    Tout commence dans une épicerie très fine de Venise où le mois dernier, je cherchais à me procurer les vins naturels d'Angiolino Maule. Le vendeur de cette boutique-là ne connait pas, je lui explique qu'il s'agit d'un vin non filtré, non collé et sans trop de soufre ajouté. Il me dit : "Vous devriez goûter ça, le merlot de chez Radikon. C'est aussi un genre de vin naturel. Ils sont à 50 mètres de la frontière slovène". Réponse un peu candide : "Ah bon, à la frontière slovène ? Si loin ? Aux confins de l'Italie ?..." Réponse plus assurée de mon vendeur dont le visage s'illumine : "Mais vous savez, ils produisent du très bon vin même en Slovénie. Bien sûr, il y a Radikon qui administrativement est en Italie mais il y a aussi Klinec de l'autre côté de la frontière".

    slov (4).JPG

    Je n'ai pas acheté cette bouteille de merlot à 60 euros mais j'ai décidé de partir à la conquête du vin slovène. Première halte : Al Merca où on avait déjà bu du Radikon. Bingo ! Le Pinot Grigio (pinot gris) de Klinec à 5 euros le verre. Un peu semblable au Ribolla Gialla de Radikon (une couleur de Chanel N°5, un nez de poire blette, une bouche explosive, un côté Jura prononcé avec une belle oxydation). Le Klinec est un poil en dessus du Radikon mais il gagne en buvabilité car plus rond.

    slov.JPG
    Quelques pas plus loin, le Rialto Biocenter (Campo de le Becarie 366, San Polo) offre la Malvazija (malvoisie d'Istrie) et le Rebula (l'équivalent slovène du Ribolla Gialla) de chez Klinec. C'est-à-dire deux superbes blancs produits à base de ces cépages du coin. Couleur intensément dorée, plutôt strict et acide pour le premier, plutôt chaud et présent pour le second.
    slov (2).JPG

    Tout est expliqué sur l'étiquette, ça change. "Le vin est biologique, les levures autochtones, il a été élevé deux ans en cuves d'acacia, il n'est pas filtré donc gros dépôt, il ne contient pas d'additif chimique et pour finir il comprend 25 mg/L de SO2 total".

    slov (3).JPG

    Reste à en trouver en France, c'est pas gagné.

  • Venise : c'est toujours au moment de partir...

    Sac au dos, direction la gare pour rentrer à Paris. Pas très loin de notre hôtel, au milieu de Santa Croce, nos yeux s'écarquillent. Non mais c'est quoi ce truc de malade ? C'est pas très loin de l'hôtel et on ne voit que ça maintenant ? On ne voit ça qu'au moment où on part ? On en ramène à la maison ? C'est la pâtisserie Rio Marin sur la fondamenta du même nom.

    P1190182.JPG
    P1190181.JPG
    P1190183.JPG

    Le prochain voyage à Venise, on saura par où le commencer.

  • Venise : la superbe cantine Pronto Pesce

    P1190131.JPG

    C'est sans doute l'un de nos meilleurs souvenirs de restaurants à Venise. A la fois traiteur, sandwicherie, cantine améliorée... Face au marché du Rialto, on a le goût du poisson frais.

    P1190163.JPG

    Ambiance jeune et plutôt vénitienne même si le Lonely Planet a déniché l'adresse (le Routard encore à la ramasse...).

    P1190179.JPG

    Pas mal de vins intéressants, mais ce midi une bonne Moretti, ça cale.

    P1190160.JPG

    Mini-croissants aux poissons : brandade, thon fumé. Le chèvre-espadon nous transporte à 10 000 lieux d'ici...

    P1190171.JPG

    Enfin des sardines grillées qui ne défoncent pas l'haleine.

    P1190172.JPG

    Coquilles saint-jacques au fenouil d'une extrême fraîcheur.

    P1190174.JPG

    Un risotto au bar (10 euros) qui change bien de ce dont on a l'habitude : il est bien all'onda, il a la bougeotte dans l'assiette... Certains diront qu'il est "liquide". Et le riz est al dente, encore croquant.

    P1190178.JPG

    Allez, on termine sur une note sucrée : gâteau aux amandes et confiture d'oranges. Plus classique mais bien exécutée.

    P1190180.JPG

    Pronto Pesce, Pescheria Rialto 319, San Polo, Venezia, 041 8220298.

  • Venise : un fragolino au restaurant Alla Vedova (Ca' D'Oro)

    P1190034.JPG

    Des Italiens nous avaient véritablement prescrit ce restaurant. Bon point, même si ça sent le plan touristique. Et ça n'a pas loupé : cartes en anglais, en français... en italien aussi. Passons. Le décor ne jurerait pas au fond d'un passage du 11e arrondissement. D'ailleurs il me fait penser à l'ancienne adresse du boss de Quedubon, qui s'appelait Ramulaud rue du faubourg-Saint-Antoine.

    P1190036.JPG

    Passons aussi sur le vin assez insignifiant, même si le vino della casa est toujours plus excitant que nos cuvées du patron. Par contre, dès que l'assiette arrive, ça en jette. Ici petite boulette de viande (polpette) de la maison : ça frit, ça croque, ça coule.

    P1190039.JPG

    Côté pasta, les bucatini alla amatriciana (poitrine fumée, tomate, pecorino ; 10 euros) ont une vraie bonne gueule.

    P1190043.JPG

    Mais mes préférées restent les linguine al nero di seppia (à l'encre de seiche, aux seiches, ail, huile d'olive ; même prix). La sauce est bien concentrée et, preuve qu'on utilise des produits frais et pas congelés, ça sent la mer... Ah ouais, la mer...

    P1190044.JPG
    P1190048.JPG

    En plat, un poulpe, olives, ail et sauce tomate avec une polenta blanche plutôt liquide. J'ai pris ma dose d'iode pour une décennie.

    P1190052.JPG
    P1190053.JPG

    En dessert, un truc typiquement vénitien difficilement dénichable (5 euros). Un fragolino, dont le cépage ne semble pas avoir les faveurs des pâles figures de Bruxelles. La production serait autorisée mais la vente serait interdite : certains disent que c'est à cause de son ascendance américaine (hybride de vitis americana), d'autres rétorquent qu'il rendrait fou, comme le jacquez ou le clinton. On en trouve pourtant dans certains bistros de Venise, sous la mention "vin doux". A ce que j'ai compris, c'est un cépage rouge parfois vinifié en blanc liquoreux comme ici. Son nom vient de la fraise (fragola) car le nez et la bouche du vin évoquent immanquablement ce parfum. Rien à voir avec les fragolini industriels pétillants auxquels on ajoute un arôme chimique. Ici, on le commande presque sous le manteau et on se régale de son côté très doux, amande-noisette et assez sucré.

    P1190054.JPG

    Il faut le boire avec les essei buranelli, petits gâteaux du coin, plutôt sans goût. Mais une fois trempés dans le vin comme il est de coutume, ils gagnent en amertume (si, si...). Avec nos bouches amères, le vin joue moins la partition sucrée. Comme on dit dans le bizness, c'est une association gagnant-gagnant (ouine-ouine en inegliche).

    P1190057.JPG

    Alla Vedova Ca' D'Oro, Calle del Pistor 3912, Cannaregio, 041 528 53 24.

  • Venise : retour au Costa-Rica

    Le meilleur torréfacteur de la ville fait aussi d'extraordinaires chocolats chauds quand on rentre de Burano et qu'on a les arpions gelés. Du pur chocolat, sans doute avec un coup de crème pour rendre le truc un peu liquide. Tu bois ça, t'as plus faim...

    P1190024.JPG
  • Venise : la vigne sur la lagune

    Au pied du campanile des ruines de l'église Santa Caterina, la vigne était mourante ; elle est aujourd'hui en train d'être replantée. On est sur l'île de Mazzorbo, juste avant Burano, c'est-à-dire à plusieurs dizaines de minutes de bateau du centre de Venise. Paysage romantique à souhait.

    P1180799.JPG
    P1180793.JPG
    Donc dans la lagune, il n'y a pas que sur Sant'Erasmo (où est produit l'Orto di Venezia dont on reparlera) que pousse désormais la vigne.
  • Venise : Vini Da Gigio

    A fur et à mesure du temps que nous passons à Venise, les bons restos s'enchaînent. Alors que, comme beaucoup, on avait peur de mal y manger...

    P1180751.JPG

    Entrons dans la bonbonnière de Vini Da Gigio, un petit resto plein de Français : pour une fois ils ne se sont pas trompés. Je passe vite sur les 50 cl de pinot gris 2009 pas si mal du domaine Cecchetto, sur les jolies polpette et sa polenta blanche et sur les quelques tranches de San Daniele. Tout cela est bien sympa...

    P1180753.JPG
    P1180754.JPG

    ... mais n'a pas grand-chose à voir avec les extraordinaires plats de pâtes. En face, artichauts qui baignent avec la pasta dans une sauce exquise, à s'en lécher les doigts...

    P1180756.JPG

    Pour ma part, j'ai eu raison de prendre les taglioni alla granseola, c'est-à-dire aux araignées de mer. La transparence de la chair vient jurer avec le rouge de la tomate, douce, pas trop amère. D'ailleurs la tomate et les herbes ne viennent pas flinguer la finesse de la chair fragile de l'araignée. C'est beau, c'est fin, c'est frais... Un des meilleurs plats mangés à Venise.

    P1180757.JPG

    Vini Da Gigio, fondamenta San Felice 3628/a, Cannaregio, 041 5285140.

  • Venise : petit arrêt à Adelaide

    Autre adresse planquée, la petite Adélaïde avec sa verrière extraordinaire. Ce soir-là, autour des tables ne se serrent que des habitués dont un énorme chien. Pas un touriste hormis nous, alors qu'on n'est tout de même pas dans les confins de Venise.

    P1180740.JPG

    A l'ardoise, une majorité de vins bios pas chers (2,50 euros). Tentons deux petits blancs tranquilles en 2008. Le premier, un Durello du domaine Fongaro. Acide et fruité sur des fruits jaunes, très très facile à boire.

    P1180743.JPG

    Le Bianco del Tabor San Raffaele du domaine Montetabor à Illasi, près de Vérone, pas très loin de chez Angiolino Maule. Il est plus élevé, presque plus lourd, il appelle  un repas, un poisson noble.

    P1180744.JPG

    Osteria All'Antica Adelaide, Cannaregio 3728, 041 5232629.

  • Venise : et au milieu surgit un tableau

    Cet après-midi, visite du Ca' Pesaro. C'est la galerie d'art moderne de la ville et sur le papier, hormis la visite d'un joli palais, je n'y vois rien de très excitant. Jusqu'à ce sublime tableau d'Angelo Morbelli (1853-1919). Peu amateur de peinture, je ne connaissais pas l'existence de ce type. Mais quelle puissance, quelle maîtrise, quel réalisme. Et quelle raisonnance : lorsque Morbelli peint "Il Natale dei rismati" (le Noël des Oubliés), on est en 1903...

    Morbelli.jpg

    L'interdiction stricte de prendre des photos dans les musées vénitiens m'oblige à montrer cette mauvaise reproduction qui ne rend pas hommage à l'original.

  • Venise : grignotage dans un bistro au hasard

    A la recherche de polpette (boulettes), de tartines et de spritz, j'entre dans un bistro au hasard (chose que l'on déteste). Je n'ai plus l'adresse précise mais on est juste en face de l'église sur le très calme Campo San Giacomo dall'OrioSanta Croce). Tout vibre, bouge, virevolte dans le bistro. Et ça a une sacrée gueule...

    P1180687.JPG
    P1180690.JPG
  • Venise : de la friture au bord du canal

    P1180670.JPG

    C'est l'un des secrets les mieux gardés de la Venise gastronomique. Pourtant, c'est tout à côté du couru Nono Risorto et en plein sur l'autoroute Rialto-Ferrovia. Il suffit de repérer l'ardoise du midi, de rentrer, de dire "scartosso di pesce" et de ressortir plus léger de 10 euros.

    P1180671.JPG

    Avec notre trouvaille en main, on fait marche arrière, on passe le porche et on prend à gauche au pied de l'église. On se pose face au canal.

    P1180684.JPG

    Roulements de tambour.

    P1180673.JPG

    Que cache ce carré de polenta blanche ?

    P1180674.JPG
    P1180675.JPG
    P1180676.JPG

    La friture de la lagune admirablement légère : calamars, micro-poulpes, bar, mini-crevettes extrêmement raffinées, dés de poivrons... Superbe repas vénitien pour ce midi.

    P1180680.JPG
    Vecio Fritolin, Calle della Regina 2262, Santa Croce, Venezia, 041 522 28 81.
    Lien permanent Imprimer Catégories : Ailleurs dans le monde 0 commentaire
  • Venise : Trinquer avec Mussolini ?

    Venise, une petite épicerie de la calle del Capeler (sestiere San Polo) à côté du célèbre marché aux poissons. La vitrine alléchante expose des vinaigres balsamiques exceptionnels de chez Leonardi. Rien que ces flacons donnent envie d'entrer, on ne s'en prive pas. L'intérieur se révèle décevant ; en fait, les produits semblent plutôt bas de gamme.

    L'oeil est aussitôt attiré par ces bouteilles placées en haut d'une étagère. "Tiens, tu as vu les étiquettes du pinard là-haut ? C'est marrant, le vigneron a mis le Che et Bob Marley sur ses boutanches, c'est un peu débile non ? Putain, mais attends... Au milieu, là... Mais, c'est... c'est... c'est Mussolini ! C'est pas possible... Onore alla patria, Honneur à la patrie... C'est pas possible... une bouteille à l'effigie de Mussolini..."

    P1190122.JPG

    Et bien si, c'est possible. C'est bien le Duce en uniforme militaire, entre le révolutionnaire latino-américain et le reggaeman jamaïcain. On n'en croit pas nos yeux.

    De retour en France, je lance une petite recherche. Derrière ces quilles plus que douteuses se cache (à peine) un dénommé Alessandro Lunardelli, patron d'une exploitation viticole fondée en 1967 dans le Frioul. De petit vigneron, il est devenu patron d'un gros négoce qui produit 100 000 bouteilles chaque année et 15 types de vins différents. C'est en 1995 qu'il a eu l'idée de mettre des têtes connues sur l'étiquette. Son site internet est on ne peut plus clair : "Ce sont des bouteilles de vin de très grande qualité dont les étiquettes nous rappellent la vie des personnages célèbres de l'histoire italienne et mondiale : Che Guevara, l'empereur François-Joseph, Antonio Gramsci, Hitler, Karl Marx, Mussolini, Napoléon et Sissi. Depuis lors, de nombreux médias à travers le monde se sont intéressés à notre entreprise à la fois pour l'originalité de notre idée et la qualité de nos vins. Aujourd'hui, la moitié des bouteilles produites par notre domaine est dédiée à ces séries historiques qui sont devenues des objets cultes (sic) pour les collectionneurs".

    Plus loin sur le site internet, défilent un grand choix d'étiquettes : pas moins de 22 pour Mussolini et 26 pour Hitler et d'autres dirigeants nazis avec tout le toutim (croix gammées, salut hitlérien, slogans bien connus...). Sans compter Staline, Lénine, Tito ou Franco noyés parmi des bikers, la Joconde ou des filles à poil. D'ailleurs le fait que le nobre de motifs politiques l'emporte de manière écrasante sur les dessins plus anodins n'en finit pas de donner la nausée. Pour qui a encore envie d'acheter une bouteille, le procesus est simple mais pas courant : on clique d'abord sur l'étiquette avant de faire son choix parmi les vins disponibles. Preuve s'il en fallait encore une, que le contenant passe avant le contenu.

    On perd son italien devant tant de bêtise. En s'essayant à un marketing sordide, notre homme réutilise l'Histoire à ses fins pour s'attirer la faveur de buveurs idiots. Ce type de raisonnement dit tout de la société capitaliste actuelle : le faux vigneron est prêt à tout pour vendre, prêt à tout pour faire un coup, il n'a aucune mémoire, aucun respect. Son objectif : l'argent. Le véritable amateur de vin se dit que si Lunardelli est obligé d'aller si loin pour qu'on parle de lui, c'est que son pinard doit lui aussi être répugnant.

    Certains convoquent la liberté d'expression pour laisser faire. A mon sens, le problème est plus concret : c'est un nouvel avatar de la prise en otage quotidienne de l'Histoire. Et de la prise en otage quotidienne de l'une des plus belles réussites de l'humanité, à savoir le vin.

    P1190120.JPG

    Il y a deux ans, ces bouteilles avaient été repérées dans un supermarché de Lombardie et retirées de la vente sous la pression médiatique. Mais le domaine continue à produire ce genre de bêtises et à deux pas du très couru pont du Rialto, le touriste peut s'en procurer.

  • Venise : Encore un cappuccino

    Je suis toujours autant sidéré par le cappuccino. Entre son prix (1,20 euro) et sa bonne gueule. Ici avec un croissant à la farine intégrale et au miel, dans l'une des meilleures adresses de Venise : le planqué Caffe del Doge.

    P1180534.JPG
  • Venise : pique-nique bio sur le balcon

    P1180511.JPG

    Les chambres de notre petit hôtel donnent sur un peu de flotte, un luxe pour Venise. Alors on a décidé d'en profiter. Bon d'accord, on ne voyait pas grand-chose, il fait frisquet et il faut rentrer la bouffe à l'intérieur pour pouvoir prendre des photos un tant soit peu correctes.

    P1180512.JPG

    A ceux qui, un soir, veulent reposer leurs jambes éreintées par les ponts et qui n'ont pas forcément de cuisine à disposition, direction Pantagruelica, la meilleure épicerie de la ville (Campo San Barnaba 2844, Dorsoduro). Notamment pour ce gorgonzola au lait cru. Un truc énorme. Je n'en avais jamais goûté un pareil. Moi désormais, j'aime le gorgonzola. Enfin, ce gorgonzola. Il ne ressemble à rien de commun : fondant, persillé, crémeux...

    P1180524.JPG

    Pour l'accompagner, le roi du vin naturel dans ce coin de l'Italie : Angiolino Maule, du domaine de la Biancara à Gambellera. On m'avait soufflé son nom ici. A Venise, j'ai d'abord beaucoup cherché cette bouteille chez tous les cavistes compétents, j'ai posé des questions. Mais personne ne connaît alors que le domaine n'est qu'à 90 bornes d'ici. Bref il y a encore des lacunes dans la lagune.

    Jusqu'à la visite chez Pantagruelica. Quand je disais que c'est la meilleure épicerie de Venise... Nez-à-nez avec le Pico 2004. Classé en vin de table car 100 % garganega, un des cépages qui entrent dans la composition du soave

    P1180527.JPG

    La vaaache... Oui, "stratosfeeeeeriiiiiico" même. Nez dévastateur, le reste ne peut qu'être au niveau. Bouche caractéristique des vins naturels, on pense tout de suite à Overnoy/Houillon, comme si la petite oxydation avait traversé les Alpes.

    P1180528.JPG

    Le lendemain, il gagne en finesse, laisse sa force de côté, oublie l'oxydation, s'alsacifie pourrait-on dire. Goût de pêche mûre, blette mais pas pourrie, incroyablement fin, bouche qui parfois laisse penser à un whisky alors que le nez évoque le cognac, un peu comme un Overaged de Michel Couvreur.

    P1180529.JPG
    Quand Antonin du Guide Vindicateur m'a demandé quelques jours plus tard quel était mon vin italien de l'année, je n'ai pas beaucoup hésité...
  • Venise : l'ouverture officieuse du Carnaval

    P1180470.JPG
    Tant qu'à faire, vu qu'on était dans le coin pour l'ouverture officieuse du carnaval, il fallait bien qu'on aille voir à quoi ça ressemble. C'est officiellement ce soir le Grand Toast à Venise où locaux et touristes trinquent au petit rouge local imbuvable qui coule des fontaines de la piazzetta San Marco, au pied du Palais des Doges. Atmosphère familiale et bon enfant mais question pinard, il faut marcher un peu plus loin pour retrouver de vrais bistros où boire un bon coup...
    P1180467.JPG
    P1180486.JPG
    P1180501.JPG

  • Venise : le tiramisu au poids (et au poil)

    P1180319.JPG

    Tira mi su : "tire-moi vers le haut" ou "emporte-moi au ciel".

  • Venise : la trattoria Della Marisa

    P1180274.JPG

    Là où finit Venise, entre la gare et le Ghetto, règne Marisa. Sa trattoria a beau être citée dans pas mal de guides touristiques, peu d'étrangers remontent toute la ville pour y déjeûner. Ici on est à la maison, ce n'est pas un troizétoiles car on sait être généreux dans l'assiette, dans l'ambiance, dans le sourire.

    P1180272.JPG

    Entrée (pâtes), plat et légumes, un quart de vin, une bouteille d'eau et un café = 15 euros et pas de coperto. Si c'est pas un bon plan...

    P1180268.JPG

    Le menu change tous les jours, comme dans nos familles où on ne mange pas la même chose deux jours de suite. Les pâtes aux tomates restent un peu en retrait, par contre celui au ragù (la vraie bolognaise) explose dans la bouche comme un tavel de Pfifferling, l'un des meilleurs plats mangés à Venise.

    P1180257.JPG
    P1180259.JPG

    Plat et légume, un saint-pierre (rien que ça) pané, quelques petits pois et des pommes de terre aux poivrons. Et le vino della casa surpasse encore une fois les horribles cuvées du patron des brasseries parisiennes.

    P1180266.JPG
    P1180262.JPG

    Trattoria della Marisa, Fondamenta di San Giobbe 652b, Cannaregio, Venezia, 0417 20211.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Ailleurs dans le monde 0 commentaire
  • Venise : le meilleur café de Venise à 0,90 euro

    P1180229.JPG

    Peu de touristes s'y arrêtent même si l'adresse est partout. Et malgré le fait que ce torréfacteur (l'un des derniers de Venise) soit situé sur l'autoroute piétonne entre le Rialto et la gare (Ferrovia). En tout cas, un petit voyage chez Costa-Rica, ça ne coûte pas très cher. Pour le meilleur café de la ville à n'en pas douter, l'espresso della sposa, de l'épouse, amer et presque salé, entre les sacs en toile de jute, c'est 0,90 euro. Faudrait penser à exporter le (bon) café en France non ?

    P1180228.JPG
    Costa Rica, Rio Terà San Leonardo 1337, Cannareggio, Venezia.
  • Venise : un café, un croissant

    P1180120.JPG

    Cette culture du café vite bu et des croissants fourrés, c'est ça l'Italie mon pote. Mais là je m'interroge : pourquoi le cappuccino atteint-il des prix stratosphériques en France ? Ici à Venise, qui n'est tout de même pas la ville la moins chère de la botte, le cappuccino du bistro de quartier c'est 1,20 euro...

    P1180119.JPG
  • Venise : deux boissons locales

    En Vénétie, il n'y a pas que le spritz... Ainsi la bière, comme partout. Sauf qu'on aurait pu imaginer que les marketeurs avaient juste écrit"Venezia" sur un breuvage infâme. En fait, non, pas ici. Chez Nono Risorto, adresse que les habitués partagent avec les touristes, la Birra Venezia est un peu plus intelligente que ça. Une production qui n'a rien à voir avec les grands noms question quantité pour ce breuvage de fermentation haute et qui plus est, sans conservateur. Un joli goût acidulé plus percutant qu'une lager traditionnelle.

    P1180034.JPG

    Quant au sgroppino, c'est la version shakée du colonel (sorbet citron et vodka) avec un peu de prosecco. Bien doux et pas complètement con, à la fois dessert et digestif.

    P1180037.JPG
  • Venise : deux versions de la glace artisanale à la pistache

    A ma gauche, Lo Squero près de l'Accademia (Fondamenta Nani 99, Dorsoduro). Fondante, assez sucrée, bien verte (du colorant ?), au terrible goût de pistache, presque trop fort. A déguster dans un cadre idyllique : juste en face, au bord du canal et au pied de l'église san Trovaso.

    P1170929.JPG

    A ma droite, Alaska juste au nord des Frari (Calle Larga dei Bari 1159, Santa Croce). Plus blanche, avec des morceaux de pistache qui semble torréfiés, douce et de consistance plus salivaire et moins chère que la précédente. On la mange où on peut. Mais pas grave : c'est sans doute ma préférée.

    P1180692.JPG
  • Venise : le marchand de légumes sur l'eau

    Manque de place, certains primeurs tanguent.

    P1170876.JPG
    P1170879.JPG
  • Venise : Al Merca, le bar à vin naturel tel qu'on le rêve

    Mais c'est quoi cet attroupement ? Une manif anti-Berlusconi ?

    P1170849.JPG

    Ouais, si tu veux mon pote. C'est l'anti bling-bling à l'italienne : ça s'appelle Al Merca. Un bar entre 4 planches, t'es obligé de boire dehors, c'est juste un comptoir en fait et toutes les classes sociales s'y pressent. Et ils servent quoi ? Du spritz comme partout à Venise mais aussi des vins naturels italiens absolument incroyables. Le bar qu'on voudrait avoir en bas de chez soi à Paris, à Metz, à Hong-Kong... Les Vénitiens ont décidément beaucoup de chance.

    P1170848.JPG

    Un bar à vins naturels ? Avec tous ces jeunes ? Et oui, les jeunes Vénitiens semblent avoir plutôt bon goût question quilles.

    1.JPG

    J'étais alors à la recherche des superbes pinards d'Angiolino Maule (La Biancara), lorsque je tombe sur son rouge qui trône sur l'ardoise d'Al Merca. J'avoue ne pas forcément connaître les autres, de toute façon c'est le "non filtrato" qui me fait les yeux doux.

    2.JPG

    Roule, ma poule pour le Rosso Masieri dudit Maule.

    3.JPG

    Je n'avais jamais bu de merlot comme ça... Son petit côté pétillant s'assagit vite. Nez de fruit rouge amer, extraordinaire buvabilité. Bref un vin de copain comme on en fait rarement mais comme les amateurs de vins naturels en boivent beaucoup. Même s'il est un peu plus fin, un peu plus évolué. Une belle rencontre.

    4.JPG

    Je suis retourné plusieurs fois chez Al Merca pour goûter à nouveau le Rosso Masieri, boire un spritz ou tester d'autres quilles hors du commun. Comme les blancs naturels dont le choix est encore plus impec'.

    5.JPG

    Ainsi le cépage Ribolla Gialla du superbe domaine Radikon (tout à l'est de l'Italie) nous a clairement emballé malgré (grâce à ?) ses 6 euros. Une couleur de cidre bien fermenté, un nez explosif, une bouche typée Jura.

    6.JPG

    "Les Italiens sont des Français de bonne humeur" aurait dit Jean Cocteau. Il a dû venir boire un coup chez Al Merca pour lancer une phrase aussi perspicace.

    Al Merca, Campo Bella Vienna 213, San Polo. A 30 mètres du Rialto et pourtant aucun touriste...

  • Venise : l'authentique bar à vin vénitien

    P1170836.JPG

    Cantina Do Mori est un bacaro, un bar à vins traditionnel comme on en rencontre encore à Venise. Les cuivres au plafond, les cicchetti (tapas locaux) à disposition et les grosses bonbonnes de vins fins où on peut venir remplir sa propre bouteille. Ou en boire quelques verres autour de 3-4 euros.

    P1170834.JPG
  • Venise : depuis le temps qu'on vous le dit...

    Juste au pied du pont du Rialto, ce caviste a tout compris. Parmi les bouteilles très classiques en vente dans sa boutique, fleurissent des étiquettes distinguant certains vins. "C'est bien meilleur sans soufre ajouté ! Santé !"

    P1170832.JPG
  • Venise : l'église Saint-François-de-la-Vigne

    P1170829.JPG

    L'église si joliment nommée San Francesco della Vigna rappelle que des vignes étaient plantées sur ces terres avant qu'elles ne deviennent franciscaines. A l'intérieur, le magazine Géo en poche, il suffit de traverser la nef, de prendre à gauche, de mettre 20 centimes d'euros dans la fente et on se paye un Bellini rien que pour soi.

    P1170824.JPG
  • Venise : les bonnes adresses de la Calle del Cafetier

    P1170814.JPG

    Du côté du Castello, on aime le café. Entre l'église San Francesco della Vigna (quel joli nom) et la grande basilique san Giovanni e Paolo Calle, voici la calle del Cafetier. Et ça tombe bien, au 6661A voici un des meilleurs torréfacteurs de la ville. Je n'ai pas son nom ; pas besoin, il suffit de lever le nez. On boit son noir bien serré au comptoir, on repart avec des paquets de café géniaux ou des machines innovantes.

    P1170795.JPG
    P1170792.JPG

    Juste à côté, une excellente pâtisserie (Gnata Giovanni, 6645) qui sert comme partout le café au comptoir. On vient surtout pour les fritelle veneziane, un genre de beignet aux raisins secs que l'on mange surtout au moment du Carnaval. Une drogue impossible à s'en défaire (1,50 euro).

    P1180587.JPG
    P1180590.JPG
    P1170797.JPG

    Et une version au sabayon (zabayone). C'est un goût d'amande qui explose en bouche.

    P1170800.JPG
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu