Avertir le modérateur

vouette et sorbée

  • Le Siffleur de Ballons, ou comment bien faire passer le mois d'août

    Puisqu'il faut que je me trouve une nouvelle "seconde maison", je profite de l'été pour visiter d'autres résidences viniques potentielles. Avec Jacques et Antonin, Eva m'a amené au Siffleur de Ballons, du côté de Faidherbe-Chaligny. Joli lieu ouvert sur l'extérieur, de (très) belles bouteilles, de superbes assiettes (lard de Colonata, hareng, burrata...) des prix pas trop élevés, un accueil sympathique qui s'y connait en quilles. Bref, y a tout pour s'amuser.

    Ce soir, ça commence par l'Apostrophe 2010 de Jean-Christophe Comor. Il faiit chaud et la bouteille était un peu froide : on s'est précipité, on n'a pas ressenti toute sa complexité. Malgré ces conditions, la tablée est conquise. 

    IMG_2863.JPG

    La claque de la soirée, le champagne Fidèle de Bertrand Gautherot (Vouette et Sorbée). Goûté déjà, il y  a un an et demi chez Augé, il m'a fait le même effet : un superbe pinot noir, à la bulle fine et langoureuse, une bulle qui t'attrape et ne te lâche plus. Sans oublier la vivacité qui fait le lit à la suite des hositilités. Une superbe bouteille.

    IMG_2865.JPG

    Autre vin délicieux, le saumur blanc 2008 du domaine du Collier, celui d'Antoine Foucault, le fiston et neveu des proprios du Clos Rougeard. Une folle complexité, un tout petit poil d'oxydation absolument pas dérangeant : une bouteille qu'on a bue à la fin de la soirée, qu'on a dégustée dans la lenteur comme on l'aurait fait d'un vieil armagnac.

    IMG_2869.JPG

    J'ai complètement oublié de photographier les plats et le Bourgogne Grand Ordinaire 2010 de Prieuré-Roch. Ce qui était un vin superbe il y a quelques mois (millésime 2007 acheté chez Pierre Jancou, faut dire) n'était que l'ombre de lui-même, caricature du vin naturel avec son nez et sa bouche de basse-cour. Ce n'est pas cela qui me fera changer d'avis : Prieuré-Roch est l'un des plus grands domaines de France et cette quille, il faudrait l'attendre. 

    Prix ? Deux bonnes assiettes et une bouteille par tête en ne se limitant pas aux quilles les moins chères, pour une petite cinquantaine d'euros.

    Le Siffleur de Ballons, 34 rue de Citeaux 75012 Paris 01 58 51 14 04.

  • Selosse, le boss et Drappier, mon préféré

    Bien sûr, on avait les pieds gelés.

    Bien sûr, le champagne était trop frais.

    Bien sûr, on s'est (re)tapé la verticale Drappier. Avec Charline, aussi pétillante que les vins de de son papa.

    Bien sûr, on s'est tapé la verticale Vouette et Sorbée. Avec Bertrand Gautherot qui racontait son percheron qu'il a choisi polonais.

    P19-12-09_15.44.JPG

    Bien sûr, on s'est tapé la verticale Selosse. Enfin, ce qui était dispo. Anselme Selosse a sorti le VO, l'Initial, le millésimé 1999 et l'extraordinaire liqueur de champagne qu'il ne vend pas aux particuliers.

    P19-12-09_16.24[01].JPG

    Bien sûr, c'était aux caves Augé.

    Euh... ah oui, on a aussi goûté le champagne Beaufort. Mieux vaut attendre un peu avant de le boire pour le 2005. Et un vrai régal en réserve 2006. C'est d'ailleurs lui que j'ai choisi. Déjà pour son rapport qualité/prix inégalable (23 euros). Et pour son caractère inédit, tellement loin des pétillants à la "Moët-et-Glandon", comme dirait Gautherot. J'en ai pris trois et n'attends que de le regoûter.

    Euh... en fait, Olivier sera d'accord j'en suis sûr, je crois qu'il y a aussi tous les Selosse que je rêve de regoûter.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu